Animosity #3 : Comics Review

Animosity est une des ongoing que j’apprécie le plus. Depuis la sortie de son premier tome chez Snorgleux Comics j’en suis tombé amoureux et le second opus a confirmé mon sentiment. J’ai tout de suite été touché par les relations entre les personnages, surtout celle entre Jesse et son chien Sandor qui devenait, après son éveil, un substitut paternel. De plus la cause animale est un aspect qui me touche et pour lequel je suis sensible et Marguerite Bennett aborde de plus en plus de thèmes importants. Le troisième tome sort aujourd’hui dans toutes les bonnes librairies et il est donc temps d’en parler avec vous !

Capture.PNG

Sandor où es-tu ?

Ce troisième tome reprend l’intrigue après que nos compagnons aient vaincu la horde du dragon rouge de la forêt dans le précédent ouvrage. Ils se sont retrouvés en face d’un énorme essaim d’abeilles qui les ont forcé à retrouver certaines des leurs qui ont été enlevées par des humains. Une partie de la troupe se rend donc vers cette colonie qui utilise les abeilles pour polliniser leurs récoltes. A première vue tout semble magnifique et parfait, Jesse retrouve même Mittens, le chat de ses voisins lorsqu’ils habitaient encore à New York. Mais quelque chose la tracasse ! Dans cette ferme, il n’y a aucune femme.

Nos protagonistes sont toujours en route pour tenter de rejoindre la Californie, forcément depuis New York ça fait une sacrée marche. Malheureusement cet objectif est de plus en plus relégué au second plan. Les personnages n’en parlent presque plus et ils sont la plupart du temps submergés par les actions ou les antagonistes qui se dressent devant eux. Cela rend leurs progressions et l’attachement que l’on peut avoir avec l’histoire un peu moins fort qu’au départ. On a plus l’impression de les voir succéder les péripéties sans liens et sans but. On ressent beaucoup plus que précédemment la structure du récit en arc. Dans ce tome l’arc principal est lié aux abeilles et on sait déjà que le tome suivant en proposera un autre.

D’un côté ce système est assez classique donc on ne peut pas trop en vouloir à l’autrice, c’est le système de la BD américaine qui est formaté de cette façon. De plus avec chaque arc, elle se permet d’introduire des notions beaucoup plus philosophiques et qui amènent à réfléchir. Dans le tome précédent, on voyait la place de la religion et l’au-delà suite à l’éveil des animaux et quelle place ceux-ci pourraient avoir après leurs vivants. Dans ce troisième tome, Marguerite Bennett se penche plus sur les minorités, et surtout les minorités invisibles et sans voix. Encore une fois elle l’utilise avec parcimonie et brio et on sent que son message n’est pas forcé. Ces passages permettent d’élever un peu le récit et de le sortir des ses phases d’action et d’aventure.

Capture.PNG

Et malheureusement ce tome marque une petite rupture dans mon ressenti de l’oeuvre en grande partie à cause d’un choix narratif. Je suis tombé amoureux de l’oeuvre pour la relation Jesse – Sandor. Elle m’apparaissait comme magnifiquement écrite et inédite. De voir un chien s’occuper d’une petite fille, lui faire faire ses devoirs, … Et au fur et à mesure de l’histoire cette relation disparaît petit à petit. Nous n’avons pratiquement plus d’interaction entre ces deux-là et je trouve cela vraiment dommage. Bien sûr cela va avec leur évolution et développement au sein du récit et du fait qu’on ne puisse garder un statut quo, mais cela n’enlève pas ma tristesse de perdre cette relation parfaite.

Des explosions, toujours des explosions !

Concernant la partie graphique Rafael de Latorre est toujours aux manettes et continue à imprimer le style qu’il a mis en place sur les tomes précédents. Il n’y a pas trop d’évolutions là-dessus, je suis toujours satisfait de son travail pour le moment. Son trait colle plutôt bien aux différents personnages et il arrive à maîtriser les différences de tons qui peuvent se succéder au cours des chapitres. On a toujours droit à quelques compositions de pages un peu stylisées. A part cela je n’ai pas grand chose à dire de plus sur le graphisme de ce troisième tome, on reste en grande partie sur le travail déjà entrevu sur les tomes précédents.

Légère déception à la lecture de ce troisième tome d’Animosity. Moi qui adorait littéralement la série jusque là, je reste un peu sur ma faim concernant cette suite. Le récit perd en fluidité et on ressent beaucoup la structure narrative en arc qui éloigne les personnages de leur but premier. Même si ces arcs permettent à chaque fois d’aborder un sujet de société important et de le projeter sur le monde animal. Je suis également déçu par la perte d’une relation forte et puissante entre Jesse et Sandor comme on avait au début de l’histoire. J’espère de tout cœur que cela reviendra dans la suite.

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-65

Comics Review 88 : Animosity #2

Bonjour cher(e) passionné(e) de littérature, installe toi confortablement dans ton canapé, ta chaise de bureau ou l’endroit privilégié où tu poses tes fesses. Dans cette review je t’embarque dans un univers qui me tient à cœur ! Déjà parce que Animosity est publié par un jeune éditeur, Snorgleux qui réalise un travail d’édition très intéressant que ce soit au niveau du choix des séries mais également sur le format dans lequel il publie leurs ouvrages. Et puis parce que le premier tome de cette série a probablement été l’une des mes premières claques au niveau comics. Je ne sais pas pourquoi mais auparavant je me freinais quand à mon ressenti sur mes lectures, il me manquait toujours un petit quelque chose pour prendre mon pied. Animosity m’a débloqué sur ce point et je peux maintenant prendre un plaisir immense sur un tome.

img_20180919_084858_hdr-1480407336.jpg

Et ce second opus, est-ce qu’il arrive à la hauteur de son prédécesseur ? Déjà il reprend exactement où la série s’était arrêtée. Jesse, une jeune adolescente accompagnée de son chien de garde Sandor et de toute une troupe d’animaux, qui se sont éveillés, sont à la recherche du frère aîné de la jeune fille en Californie. Sur leur route ils vont tomber sur des factions de « survivants » que ce soit de la race animale ou humaine. Vont-ils les aider ou empêcher leurs progressions ?

Les plus attentifs d’entre vous reconnaîtront peut-être des similarités avec la série Walking Dead de Robert Kirkman. Forcément elles partagent un fond plutôt commun, à savoir un univers post-apocalyptique, même si c’est très dilué dans le cas d’Animosity. Néanmoins l’utilisation de groupes que nos héros rencontrent au fur et à mesure de leurs aventures me semble absolument incontournable. La seule chose que j’espère c’est que cette série évitera la répétition incessante que l’on peut avoir dans celle publiée chez Image.

Là ou Kirkman fait de son élément déclencheur, à savoir l’épidémie de zombies, une élément non central de son histoire, au fur et à mesure Marguerite Bennett continue d’explorer l’éveil des différents animaux du globe. De nouvelles races sont donc ajoutées et apportent plus de profondeur à la richesse de l’univers. Par exemple la fin du tome précédent nous faisait miroiter la présence de dragons qui aurait pu amener le récit dans un tournant légèrement différent du monde similaire au notre dans lequel il avait commencé. L’explication trouvé par l’auteur est bien trouvé et démontre un réel travail de recherches (même si l’habitat naturel de l’animal choisi ne semble pas être le continent Américain). On pourrait reprocher à celle-ci de donner légèrement trop de connaissances à sa jeune héroïne qui reconnait sans mal le volatile. De plus Bennett continue de développer ses personnages animaux en leur donnant des backstory très intéressantes et une explication à leurs comportements dans le présent de l’histoire. Bien sûr tout cela est lié à la réaction des humains à la suite du Réveil. Cela permet également de lier les deux parties bien distinctives de l’histoire et qui se complètent parfaitement. Marguerite est en mesure de donner des passages très violents aux personnages, que ce soit dans ce qu’ils subissent ou ce qu’ils font subir, et de les contre balancer avec des moments beaucoup plus apaisants et apaisés. Cette différence se retrouve également dans les illustrations de Rafael de La Torre.

De plus ce tome touche une notion non explorée jusqu’à présent avec l’aspect religieux de cet éveil des races d’animaux. L’auteur énumère la façon dont les différentes religions du monde ont de traiter les animaux dans l’au delà. Nous partons donc sur des questionnements beaucoup plus philosophiques que ce que nous pourrions penser. Les animaux tels que présentés ont-ils une âme à présent ? L’avaient-ils déjà auparavant ? Suite à cette mutation une place leur est-elle réservée dans l’au delà ? Chaque religion a sa propre opinion là-dessus, tout comme chacun d’entre nous. Cette partie nous amène à nous poser le même genre de questions dans notre monde et cela touchera tous les possesseurs d’animaux je pense. De plus cela ne ralentit absolument pas la narration, l’histoire continue son cours et là où j’avais pu déplorer des ellipses dans le tome précédent, celui-ci n’en souffre pas.

img_20180919_084227_hdr1427543971.jpg

Je trouve malgré tout que l’on perd légèrement la relation forte entre Jesse et son chien Sandor, il me semble que cela serve à faire évoluer les deux personnages pour les rapprocher de nouveau mais cela était l’un des points forts de la série et le diluer est dommage.

Au niveau graphique Rafael de La Torre est de nouveau de la partie. J’avais trouvé son univers un peu brouillon si on peut dire mais ce second tome me satisfait beaucoup plus. Peut-être que je suis maintenant habitué à son trait mais ce n’est pas toujours ce que je ressens sur une série qui m’aurait déçu graphiquement à ses débuts. Il arrive d’ailleurs à réussir à jongler entre les aspects très sombres et durs de l’histoire avec des planches aux tons foncés et les parties beaucoup plus légères et joyeuses. On peut parfois passer d’une page en fond de noir à une page totalement blanche sans que cela ne soit gênant. Les compositions sont de plus en plus belles, à mon sens, et certaines illustrations en full page font leur apparition et ne m’ont pas laissé indifférent.

Animosity était l’un des tomes que j’attendais le plus cet été et il ne manque pas du tout sa cible. L’esprit imprimé dans le premier ouvrage est toujours présent, un savant mélange de violence verbale et physique et de moments plus intimistes et joyeux. Marguerite Bennett arrive d’ailleurs à nous questionner sur la condition animale, s’ils disposent d’une âme ou non et de leur présence dans l’au delà. Je ne m’attendais vraiment pas à ce que l’auteur essaie de toucher ces sujets, et tout cela est magnifiquement illustré par les traits de Rafael de La Torre. Si vous n’avez pas encore découvert cet univers, foncez sur ce petit chef d’oeuvre !

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67

Comics Review 14 : Animosity

Nouvelle review sur le blog, aujourd’hui je vais vous parler de Animosity publié par Aftershock Comics aux US et chez Snorgleux Comics en France et je les remercie grandement parce que bordel que ce tome ait bon. C’est très clairement mon coup de cœur comics de l’année, qui arrive à point nommé avant la fin de celle-ci.

Animosity j’en avais entendu parler sur Twitter lors de sa sortie, ça semblait cool, les retours étaient bons mais il n’était pas dans mon pool de lecture prévu. A chaque fois que j’allais dans mon comic book store je le voyais et hésitais à le prendre, j’ai peur des achats irréfléchis sur un coup de tête, j’ai encore le Superman American Alien qui me freine à certains moments. Et pour cette fois magnifique idée que j’ai eu de sortir de ma zone de confort, je peux le dire de suite, je vais mettre un 5 étoiles à ce comic. Pas parce que c’est un comic parfait, il a quelques défauts, mais pour la claque qu’il m’a mis, la joie que j’ai ressenti pendant sa lecture, c’est du bonheur à l’état brut que j’ai ressenti, le genre de bonheur que tu ne peux complètement expliqué, je suis peut être bon client de ce que ce tome raconte et montre.

La transition est toute trouvée, Animosity qu’est ce que ça raconte ?

Le pitch de l’histoire c’est qu’un jour les animaux se sont éveillés, qui est appelé Le Réveil, et ont commencé à parler et pour certains à se révolter contre la race humaine. A partir de là on peut tout avoir, l’idée de base est intéressante mais en fonction de son exécution on peut avoir un comic brillant ou qui n’arrive pas à la hauteur de ses attentes (au vu de l’intro tu te doutes bien que je l’ai ressenti comme étant de la première catégorie). La très bonne idée du début du récit c’est, après une scène d’accroche, de démontrer par des chiffres que la race humaine est ultra minoritaire sur la planète. Dit comme cela, ça peut paraître bête, mais est-ce que tu t’es déjà assis et demandé combien il pouvait y avoir d’insectes ou d’animaux sur Terre. Et bien le livre nous le dit, il y a environ 20 000 121 091 000 000 000 animaux sur notre planète, et juste deux fois moins d’insectes, pour resituer un peu ce chiffre correspond à 20 milliards de milliards. Grâce à quelques nombres tu comprends que l’éveil des animaux peut vite devenir très dangereux pour les humains, que ce soit en terme de nombre d’ennemis potentiels, qui peuvent être des bêtes féroces, mais aussi pour l’alimentation. La deuxième très bonne idée du début de tome c’est la représentation graphique de l’éveil des animaux, les auteurs nous mettent face à 3 pages successives identiques dans le découpage et dans les différentes situations, chaque case nous montre une scène avec humains et animaux, et à chaque page la narration avance dans chaque case pour nous montrer l’éveil des animaux et je trouve cette idée brillante et magistralement représentée.

img_20171224_133654748062531.jpg

Voilà pour le pitch de base, mais l’histoire se concentre sur une famille et notamment une jeune fille à peine adolescente et son chien. Celui-ci va donc s’éveiller et va protéger à tout prix son amie, et leur relation sera celle d’un père et de sa fille mais là ou on pourrait avoir une relation père-enfant classique dans une situation « post-apocalyptique », les auteurs utilisent le fait de mettre en scène des animaux pour montrer des situations incroyables. Sandor, le chien, nous exposera donc qu’il a du mal à aider Jesse à faire des maths, et sa justification est que c’est un chien. C’est tellement grandiose de lire ce genre de choses, un chien qui est déprimé voir en colère car il n’arrive plus à aider sa maîtresse avec ses leçons de maths. C’est tellement ubuesque comme situation que s’en est géniale pour moi.

Et Sandor il faut en parler, parlons en de ce chien, je pense que c’est l’un des personnages les plus attachants que j’ai pu voir dans un comic, c’est assez hallucinant, la qualité du récit tient en grande partie à ce personnage, à son dévouement envers sa maîtresse et amie, aux sacrifices qu’il est prêt à faire pour son bonheur.

Un léger défaut serait que le récit avance assez rapidement, voir trop rapidement à mon goût. Certaines idées du début de tome aurait mérité un tome complet à mon avis, par exemple on nous montre qu’après leur éveil les animaux ont commencé à discuter avec les leaders de la race humaine pour conclure une sorte de pacte, pour empêcher une guerre notamment. Ce genre d’idées de négociation entre humains et animaux est généralissime et aurait mérité un approfondissement sur plusieurs chapitres. Malgré tout cela aura donné une des cases de comic les plus génialement déjantée que j’ai vu, quand les animaux envoient pour émissaire un cerf, surmonté de deux écureuils portant des mitraillettes, comment mettre un lecteur sans voix en une leçon !!!

img_20171226_210108_hdr1962873133.jpg

Et cela ne sera pas la seule situation ubuesque avec les animaux, pour ne citer qu’eux un koala avec des flingues, des tortues portant des lances missiles, une baleine qui peut citer Pokémon, j’en passe et des meilleurs.

Niveau patte graphique, ça fait le job, ce n’est pas à la hauteur de ce que le tome raconte mais je me demande si n’importe quelle représentation aurait pu être à la hauteur du récit, pour moi en tout cas. La claque que j’ai prise a été tellement sévère que c’est une des rares fois ou j’ai trouvé que l’aspect graphique n’importait que très peu. J’imagine que c’est après cela que l’on reconnait la qualité d’un récit et de son développement de personnages.

Je ne vais pas plus m’étendre sur le sujet, tu auras compris que pour moi Animosity c’est la bombe à ne surtout pas rater, que tu sois lecteur de comics réguliers, ou que tu n’es jamais eu un comics entre les mains, Animosity est fait pour toi, Animosity est fait pour le monde. Il FAUT absolument lire ce genre de pépites, c’est pour ces récits-là qu’on est fans.

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67

Shipwreck : Comics Review

La semaine passée je vous parlais d’Atomic Robo et de son label Paperback qui réussit un sans faute en sortant d’excellents comics. C’est également le cas de la maison Snorgleux qui dispose d’un catalogue de qualité avec Animosity pour ne citer que lui. Quand en plus l’éditeur se paie les droits d’adaptation française d’un récit complet en un tome de Warren Ellis et Phil Hester il y a de quoi être tenté ! Sans plus tarder passons à l’analyse de Shipwreck.

rco014_1484152225

Bon on va commencer simplement, si vous n’avez pas encore acheté ce comics, faites-le ! Tout de suite ! Allez, quittez cette page et foncez vous le procurer ! Je ne vais pas spoiler le déroulé du récit comme d’habitude mais sérieusement découvrez-le sans idées préconçues. Découvrez-le avec un esprit vide de toute notion, vide de toute représentation. Cela vous en fera le plus grand bien et je pense que vous pourrez prendre une claque de la même intensité que moi. Vous êtes prévenus maintenant allons-y !

Il est très compliqué de résumer Shipwreck sans révéler des informations de l’intrigue pour une raison que je vous exposerais par la suite. Au lieu de résumer avec mes mots je vais vous proposer la quatrième de couverture de l’éditeur, ça sera moins original mais ça permettra de ne pas en dire trop ou trop peu.

Seul survivant d’un naufrage aussi singulier que secret, le Dr Charpentier ne sait pas où il se trouve. Vraisemblablement piégé sur une route sans fin, à la poursuite d’un saboteur qui détient la clé de son salut, ou de sa perte.

rco015.jpg

Voilà le point de départ, un homme plongé dans un mystère et qui ère à la recherche d’un homme et de la compréhension. Et c’est pour cette raison que le tome est difficilement résumable car il s’agit d’un mystère complet lorsqu’on ouvre la première page. Warren Ellis va nous distiller les pièces du puzzle lentement au fur et à mesure de l’avancée de son personnage et je ne suis même pas sûr d’avoir tout découvert à la première lecture. Le personnage avance de situations en situations, de lieux en lieux et de rencontres en rencontres. Quel plaisir de ressentir cette sensation, de ne pas tout comprendre au début pour voir au final les explications nous être données au compte goutte. Quel plaisir de ne pas connaître un univers, ses règles, ses personnages et leurs passés. A la lecture de ce comics je retrouve cette joie d’être déboussolé en démarrant une histoire, cette joie que j’ai perdu face à des séries que je connais comme Batman pour ne citer que lui. Si vous cherchez une série au scénario bien mené, qui prend son temps et dévoile son univers au fil des chapitres Shipwreck sera fait pour vous ! Je n’en dis pas plus concernant l’histoire pour vous laisser découvrir ses rebondissements.

Passons maintenant à la partie graphique de l’oeuvre. Et l’essai est somptueusement transformé par Phil Hester. Bien que le monsieur ait de la bouteille dans l’industrie c’était le premier comics que je lisais sous son trait. Et bordel quelle claque ! Quel univers immersif il arrive à créer, des illustrations en osmose avec le scénario mis en place notamment sur le mystère de la terre et des personnages. Un style minimaliste encore une fois, avec très peu de détails mais qui en exprime tellement. Parfois on peut proposer une vision simple et sans fioritures qui marche bien plus que quelque chose qui regorge d’informations. Shipwreck en est l’exemple parfait !

rco003_1478709637

Dès les premières pages on est emporté dans ce tourbillon. Au départ sans dialogues et juste avec une narration visuelle. L’encrage est également très présent et notable, tout comme la colorisation. Comme vous pouvez le voir nous sommes sur des tons ternes, des couleurs dé-saturées, pas de flashys ici et cela colle encore une fois parfaitement à l’histoire du Dr Charpentier perdu dans son malheur et dans sa recherche. D’ailleurs Snorgleux propose en annexe l’évolution de deux pages du scénario, en passant par le crayonné, l’encrage, la colorisation et le lettrage. Pour tout ceux qui aiment savoir les dessous de la création je vous conseille franchement d’y jeter un oeil.

Et si ce n’est que cela mais Phil Hester regorge d’idées de découpage et de mise en scène. Cela fait très longtemps que je cherche un exemple précis de page à analyser dans mes reviews. Une page qui m’aurait sauté aux yeux par sa fluidité et je l’ai trouvé ici. Là voici.

rco019

A première vue rien de bien différent mais étudions cela plus en détails. Tout d’abord l’œil est attiré par la première case, assez rapidement nous passons à la seconde et c’est là que le dessinateur nous propose un cheminement visuel pour comprendre pleinement sa scène. La seconde case était sur la partie droite, on baisse l’oeil vers le héros en contre jour, héros qui tient un balai vers le haut, balai qui nous amène vers ce globe et cette traînée de sang. Puis la chaussure, la brochette, le couteau et le comptoir pour enfin basculer sur la case finale et la finalisation de l’action. Grâce à la mise en scène des éléments du décor Phil Hester a forcé notre oeil à suivre le mouvement pour atterrir exactement où il le souhaitait. Et voilà ce que cela donne avec une explication visuelle.

RCO019.jpg

Et comme d’habitude je vous propose un petit florilège de cassages de rétines.

Shipwreck est une véritable claque, un petit bijou en un tome. Warren Ellis nous propose une aventure mystérieuse qui dévoile ses enjeux lentement et qui mérite assurément une seconde lecture. De son côté Phil Hester complète parfaitement l’oeuvre avec un style simple mais grandiose, une colorisation parfaite, des idées de découpage et de mises en scène à faire étudier (dur de continuer à trouver des superlatifs). Bref Shipwreck est un comics à posséder !

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67

 

Comics Haul Spécial Festival d’Angoulême 2019

Salut à tous, fans de comics, et bienvenue sur l’Atelier Comics. Aujourd’hui je vous propose un premier article suite à mon passage par le festival international de la bande dessinée d’Angoulême. Premier car il y en aura plusieurs de prévu au fur et à mesure des jours et semaines à venir. De quoi vous partagez mon expérience mais également vous permettre de voir ce qu’il s’y est passé si vous n’avez pas eu la chance de vous y rendre.

Et pour le premier nous allons commencer avec un Comics Haul pour voir ensemble mes achats comics mais surtout les signatures et sketchs que j’ai pu me me procurer. C’est parti !

Commençons par les ouvrages non dédicacés. Tout d’abord j’ai pu passer sur le stand de Snorgleux Comics, notre éditeur de comics marseillais. J’ai rattrapé mon retard avec l’achat de Shripwreck de Warren Ellis et Phil Hester. Hâte de le lire, il semble assez dingue sur sa partie graphique. Ensuite j’ai pu profiter de l’un des avantages du salon avec les ouvrages en avant première. Snorgleux en proposait deux, le second tome de Jimmy’s Bastard mais surtout (pour moi) le troisième tome d’Animosity ! Je suis ultra fan de cette série et je vais m’empresser de relire le précédent avant de foncer sur celui-ci.

Passons ensuite chez Urban Comics. L’ensemble des achats que j’avais prévu se liait à cet éditeur mais j’ai effectué pas mal de changements sur le salon en fonction d’autres éditeurs et de ce qu’il proposait. D’ailleurs les deux tomes que j’ai acheté chez Urban n’était absolument dans ma liste. On commence avec Mad Love de Paul Dini et Bruce Timm. Je savais que je l’achèterais un jour ou l’autre mais la jaquette spécial festival limitée à 300 exemplaires m’a « forcé » la main. Je pourrais enfin découvrir ce classique. Et le tome A la vie, à la mort qui était offert avec 2 achats et que La cour des comics m’a gentiment fait cadeau. Un grand merci à toi ! Et pour ceux qui ne l’ont pas lu, c’est tout simplement le meilleur chapitre sur Batman de ces dernières années.

Finalement pour cette première salve, j’ai craqué sur un tome que je ne connaissais absolument pas : Grand Hôtel Abîme. J’ai craqué pour plusieurs raisons ! Déjà pour le travail d’édition de ce tome de Rackham (l’éditeur français de Sin City et 300 notamment). Le tome est tout en longueur comme un 300 par exemple. L’objet est absolument sublime et j’ai pris une claque en le feuilletant rapidement. Ensuite j’ai foncé pour son dessinateur, David Rubin. L’espagnol commence à se faire un nom dans le comics US avec notamment des séries comme Sherlock Frankenstein ou Ether. Si vous ne connaissez pas le monsieur je vous recommande son travail surtout sur la colorisation. J’ai hâte de lire cette bande dessinée publiée en Espagne !

Passons maintenant aux tomes dédicacés. Le second tome chez Urban et le second de Paul Dini (cela se voit-il qu’il était présent sur le festival ?). J’ai sauté le pas d’Une histoire vraie après le récit qu’il nous a fait durant la masterclass du vendredi matin (on en reparlera rapidement sur le blog). J’ai longtemps hésité entre lui faire dédicacer celui ou Mad Love mais cette histoire est plus personnelle à ses yeux, cela me paraissait donc plus approprié.

Ensuite vient mon chouchou, l’oeuvre que j’adore au plus haut point, Urgence Niveau 3 de Bliss Comics. J’avais déjà pu avoir une dédicace de Pat Masioni lors de la Comic Con Paris, et j’ai pu compléter cela. Joshua Dysart l’un des scénaristes a pu y apposer sa marque. Et de plus Alberto Ponticelli, le second dessinateur, a réalisé un second dessin magnifique. J’ai été époustouflé par son style, sa rapidité et la confiance de son trait lorsqu’il dessine. Déjà il fait tout au marqueur sans préparation et il est vraiment bluffant !

Et voilà la fin et avant tout la plus grosse surprise du salon pour moi. J’aimais je n’aurais imaginé acheter les trois tomes de la série Grégory Sand publié par Wanga Comics. J’ai été conquis par la patte graphique de Josselin Billard, par le scénario à base de légendes du marchand de sable de Morbias et par le fait que ce soit une création 100% française. Et puis je ne suis absolument pas déçu pour le moment au vu des sketchs réalisés par Josselin. On m’a beaucoup envié ce Joker sur le salon et je comprends pourquoi.

Voilà pour ce premier article en lien avec le festival internationale de la BD d’Angoulême. N’hésitez pas à commenter ici ou sur les réseaux pour me dire ce qui vous fait le plus envie dans mes achats. On se retrouve très rapidement pour parler à nouveau du festival et de ses événements.

1er Décembre : L’Atelier Comics de Noël 2018

Bienvenue dans ce nouvel article de l’Atelier Comics de Noël, notre calendrier de l’avent participatif. C’est au tour de Capt’ain Jah’maica de se lancer dans l’aventure et on l’en remercie grandement. Avant de lire ce qu’il a à vous de proposer je me permets de vous partager son compte Twitter ainsi que sa chaîne Youtube de qualité. N’hésitez pas à aller le suivre si ce n’est pas déjà fait. Je laisse la place maintenant pour son partage.

Débuter les comics indépendants

Tout d’abord je tiens à remercier Martin de me permettre d’écrire ces quelques lignes et à vous souhaiter la bienvenue sur le blog de l’Atelier Comics !

Quand on parle de comics on pense tout d’abord à Superman, Spiderman ou encore Batman.  Cela est dû à la quasi surexploitation des héros des maisons Marvel et Dc Comics. Mais bien que ces deux maison d’édition détiennent le monopole du comics et du genre Super-Héros aux Usa, elles sont loin d’être les seules sur le marché.

En effet si vous cherchez à diversifier vos lectures il va falloir voir ailleurs et dans le monde du comics cela et non seulement nécessaire mais très bénéfique . L’atelier comics et moi même ne pourront être tenus pour responsable si vous utilisez ce conseil dans d’autres domaine que la lecture.

Mais comment commencer les comics indépendant me direz vous ?

Tout d’abord si vous ne souhaitez pas trop sortir du genre du Super-Héros je ne peux que vous conseiller les titres parus chez Vaillant Comics, qui au fil du temps à développer un univers cohérent et “mature” de Super Héros. Ainsi vous trouverez dans des titres tels que Bloodshot, Ninjak ,X-O Manowar de vraies perles. Et tous ces titres sont bien entendu disponible en Vf chez Bliss Comics!

Mais beaucoup d’autres titres se rapprochent plus ou moins du super-héros, ainsi des titres tels que Spawn, Hellboy, Invincible ou encore les Tortues Ninja seront vous ravir. Plus récemment l’univers de Black Hammer peut vous satisfaire également. Je laisse Martin développer cet Univers.

Les super-héros c’est bien! Mais nous on recherche autre chose? Alors on choisit quoi ?

Une deuxième technique (que j’ai pratiqué ) et de répondre à cette question : Quel genre de lecture appréciez vous ?

La science fiction ? et les récits d’anticipations ? Lisez DMZ ou encore Transmetropolitan !

5265

Le Post Apocalyptique ? Je ne peux que vous conseiller un titre quasi inconnue Walking Dead ou encore Animosity.

animosity

Vous êtes plus polar? 100 Bullets et l’excellent Emprise écrit et dessiné par un Français est disponible.

Capture

Vous aimez les Road Trips? FONCEZ sur Preacher.

Le fantastique? Ma spécialité justement  Je ne peux vous conseillez The Wytches, Redneck , American Vampire et bien d’autres titres!

Il est toujours intéressant de regarder les noms de l’équipe créative lorsque vous lisez un
comics qui vous a particulièrement plus. En effet suivre le travail d’un scénariste est aussi un facteur à prendre en compte pour débuter ou continuer les comics indépendants. De plus généralement un scénariste est beaucoup plus libre et donc créatif sur un titre indépendant que sur un titre de super-héros.

Enfin certains parmi vous ont peut être noté que je ne parle pas d’un titre phare du comics indépendant, Hellblazer . J’estime que cette série est la pierre angulaire du comics indépendant, car en 300 numéro elle a réuni bon nombre de scénariste qui ont écrit une grande quantité de comics de grande qualité. Elle réunit à elle seule une grande partie du comics indépendant ou non!

J’espère par le biais de ces quelques lignes vous avoir incité,motivé ou conseillé de lire des comics indépendants. Pour ma part j’ai apprécié vous écrire cette article et si vous le souhaitez je reviendrai sur le blog de L’Atelier Comics pour vous partager ma passion.
N’oubliez pas les comics ce n’est pas que du super-héros!

Comics Haul Septembre 2018

Hello tout le monde, comme à chaque début de mois je vous fait part de mes différents achats comics que j’ai fait le mois dernier, ce qui vous permet de voir ce que je lis en ce moment et ce que je pourrais review à l’avenir ou ce qui l’a déjà été.

Comme à chaque fois deux catégories, les TPB qui sont les magasines regroupant plusieurs chapitres et les single qui sont les éditions qui sortent chapitre par chapitre. Commençons comme souvenant par les TPB.

img_20180929_184918-11951836770.jpg

TPB

  • Detective Comics Rebirth #2
  • Batman Noël
  • Babyteeth #1
  • Animosity #2
  • Sherlock Frankenstein
  • Ether
  • Invisible Republic #2
  • Locke & Key #4
  • Green Lantern Green Arrow
  • God Country

Et deux kiosques que je vais mettre dans la liste des TPB avec Batman Europa et le récit complet sur Nightwing.

img_20180929_185222-692865537.jpg

Single

  • Doomsday Clock #7
  • Batman Damned #1

Comme vous pouvez le voir un bon craquage ce mois-ci, donc je prends la résolution de ne rien acheter jusqu’à la Comic Con fin du mois d’octobre 🙂

Pas mal d’indépendants ce mois-ci avec les deux nouveaux tomes de Snorgleux Comics, Babyteeth et l’excellent Animosity. Ensuite chez Hi Comics, la suite de Locke & Key avec les tomes 4 et 5 qui préparent la fin de cette très bonne série ainsi que le second tome de Invisible Republic. Et chez Urban Indies, le récit a 10€ Ether, le premier spin-off de Black Hammer avec ce Sherlock Frankenstein et l’excellent God Country de Donny Cates. Et dans tout ça un peu de DC quand même, Batman Day oblige je me suis procuré le second volume de Detective Comics Rebirth ainsi que le Batman Noël de Lee Bermejo. Et pour préparer la Comic Con j’ai pris le Green Lantern Green Arrow afin de le faire signer par Neal Adams.

Et dans tout ça encore beaucoup moins de single avec uniquement Doomsday Clock pour lequel je vais aller jusqu’au bout, et le premier numéro de Batman Damned avec la fameuse polémique ! Voilà pour ce mois-ci, si je me tiens à ne pas faire d’achats comme je le prévois je ne ferais peut-être pas de haul le mois prochain ou alors peut-être dans un article dédié Comic Con. D’ici là, lisez bien, ne faites pas comme moi en cassant votre tirelire et parlez de vos lectures sur les réseaux !

Comics Rumble 2018 : 8ème de finale

Le Comics Rumble 2018 bat son plein. Si vous avez suivi le déroulé la semaine passée, j’ai décidé de lancer un tournoi afin d’élire le meilleur comics que j’ai pu lire cette année. Via des sondages Twitter vous élisez vos comics préférés dans une liste pré-établie. De mon côté je fais un tournoi en solo pour m’arracher les cheveux sur les choix cornéliens que j’ai à faire. Tout est expliqué dans l’article de présentation que j’ai fait.

Je vous ai laissé un peu plus d’une journée afin de voter pour le premier tour, vous avez fait vos choix et vous avez été entre 29 et 41 à voter en fonction du match. Merci à tous ceux qui ont participé, les nombres sont déjà plutôt élevés. On essaie d’atteindre les 50 pour les quart de finale ?! Mais sans plus attendre débriefons vos résultats ainsi que mes choix pour les différentes catégories.

Batman Rebirth #3 vs The Few

Capture.PNG

Le résultat est plutôt sans appel de votre côté. Le tome I Am Bane de Tom King l’emporte très facilement. Je pense en grande partie à cause de la méconnaissance de l’adversaire. Si vous n’avez pas lu The Few chez Hi Comics je vous le conseille, ma review est dispo ici.

Personnellement je vais voter inversement. Malgré que je sois dithyrambique sur le troisième tome de Batman Rebirth, j’ai quand même pris une plus grosse claque en lisant The Few cette année. Son identité visuelle y joue pour beaucoup.

Vote du public: Batman Rebirth #3

Mon vote: The Few

The Killing Joke vs Sweet Tooth

Capture.PNG

Encore une fois pas photo pour votre vote. Killing Joke écrase le Sweet Tooth de Jeff Lemire. Là on est sur une double explication. Le comics d’Alan Moore est clairement entré dans la légende, si vous commencez les comics DC et Batman il y a de fortes chances que celui-ci soit l’un de vos premiers achats, à minima dans un top 10. Sweet Tooth quant à lui est beaucoup moins connu chez les néophytes, je ne l’ai connu qu’il y a peu.

Néanmoins Sweet Tooth m’a beaucoup plus marqué et affecté que Killing Joke n’a pu le faire, sans rien lui enlever. Lemire est au sommet de son art quand il développe les univers qu’il créé et il maîtrise ses personnages à la perfection. C’est pour cela que mon vote va pour le comics Vertigo. Et si vous n’avez pas lu ce chef d’oeuvre, laissez vous tenter, donnez lui une chance !

Vote du public: The Killing Joke

Mon vote: Sweet Tooth

Emprise vs The Button

Capture.PNG

Cette fois-ci je suis surpris du résultat, pas dans sa finalité mais dans la marge entre les deux opposants. Je pensais réellement voir le Badge écrasait le comics indépendant de chez Akiléos. Je suis très content qu’il soit si haut et j’espère que ça prouve qu’une partie d’entre vous l’a lu et l’a apprécié. On en reparlera bientôt sur le blog …

Malgré tout l’amour que j’ai pour Emprise, là c’est le fan absolu de Batman qui va parler. C’est le fan qui a eu des frissons lorsqu’il a lu ce comics et vu Bruce combattre aux côtés de son père. Celui que la dernière tirade de Thomas Wayne n’a pas laissé de marbre. Pour ses raisons, et pour la première fois, je suis le vote du public et fais passer The Button.

Vote du public: The Button

Mon vote: The Button

Un Long Halloween vs Magnus

Capture.PNG

Le résultat était à mon sens cousu de fil blanc. Encore plus que pour The Killing Joke. Un Long Halloween est l’une des meilleures histoires de Batman et de DC Comics (à mon sens la meilleure). Comment pouvait-il en être autrement qu’il batte le tout récemment sorti Magnus ? Malgré toutes les qualités du titre c’était peine perdue. Et malheureusement pour lui, mon vote va aller dans le même sens. J’ai besoin de plus de temps pour savoir si Magnus va devenir un grand comics dans mon esprit, alors que je sais déjà que Un Long Halloween l’est.

Vote du public: Un Long Halloween

Mon vote: Un Long Halloween

Royal City vs 300

Capture.PNG

Le chef d’oeuvre de Frank Miller l’emporte facilement. Il faut dire que le comics 300 est exceptionnel même si vous avez vu le film précédemment. Miller reste un génie de l’écriture et du dessin et j’aime tout particulièrement son interprétation de la mythologie grecque. Mais encore une fois, mon vote ne va pas se porter sur ce titre. Même si je suis un grand fan de Miller, je pense être un encore plus grand fan de Lemire. Et Royal City est une des œuvres que je lui préfère. Si Sweet Tooth pouvait paraître légèrement trop religieux, ici rien de tout cela (un tout petit allez), on est confrontés au drame d’une famille sur plusieurs générations et c’est magistral. Le second tome est absolument à couper le souffle, j’en tremblais lors de la lecture. Si ce n’est pas fait, faites-moi le plaisir de lire ce bijou !

Vote du public: 300

Mon vote: Royal City

Crisis on Infinite Earths vs Mutafukaz

Capture.PNG

Encore une fois le géant l’emporte. L’une des crises les plus connus et les plus qualitative de l’univers DC prend le dessus. Que dire d’autre ? Lisez Crisis on Infinite Earths si ce n’est déjà fait.

Personnellement c’est le match où j’ai eu le plus de mal à faire un choix. J’adore crisis pour l’inventivité dont a fait preuve Marv Wolfman, pour la prise de risque sur la mort de certains personnages. C’est le genre de comics qu’on aimerait que DC continue à sortir, un comics avec des conséquences. Et d’un autre côté on a la pépite Mutafukaz publié par Ankama. Ce comics représente tout ce que l’indé a de bons à offrir. Des gens talentueux qui racontent leur histoire et qui ne sont pas bridés. Au fur et à mesure c’est vers ce genre de publications que je me tourne de plus en plus. Et c’est pour cela que j’ai décidé de voter pour Mutafukaz.

Vote du public: Crisis on Infinite Earths

Mon vote: Mutafukaz

Wonder Woman Rebirth #2 vs TMNT L’histoire secrète du clan foot

Capture.PNG

Le vote le plus serré, et pour cause on finit à une voix d’écart malgré le tweet de Liam Sharp pour faire gagner son titre.

Capture.PNG

Mais vous avez choisi le titre des Tortues Ninja et pour ne pas changer je vais faire l’inverse. Même si cette histoire est vraiment très bonne et que j’ai absolument adoré l’aspect japon féodale et que j’en redemande. Ce tome de Wonder Woman mérite à mon sens de continuer son parcours. Les dessins de monsieur Sharp étaient absolument magnifique et l’histoire vraiment prenante. Voilà pourquoi il a mon vote.

Vote du public: TMNT L’histoire secrète du clan foot

Mon vote: Wonder Woman Rebirth #2

Black Hammer vs Animosity

Capture.PNG

Et voilà pour le match final de ces 8ème de finale. Deux récit indépendants avec Black Hammer de Jeff Lemire (encore) et Animosity. La victoire me semble logique comme le récit de Lemire est plus connu que le second, même s’il mérite une reconnaissance plus grande. Et je vais aller dans votre sens en votant pour Black Hammer également.

Vote du public: Black Hammer

Mon vote: Black Hammer

Voilà qui finalise ces 8ème de finale, il est maintenant temps de s’attaquer aux quart et voici les tableaux récapitulatifs. Le premier est votre tournoi, ce sont les matchs pour lesquels vous allez voter et les sondages Twitter seront publiés dans la journée également. Le second c’est le mien, quelques différences déjà et on verra si cela se poursuit pour la suite.

Votre tournoi

Capture.PNG

Mon tournoi

Capture.PNG

Et maintenant place aux quarts de finale, merci pour vos votes et vos partages et essayons de passer les 50 votes !

200_d

Comics Rumble 2018 : Présentation

Est-ce que vous êtes prêt à ce que l’on joue ensemble ? Je me place un peu en temps que Jigsaw en disant cette phrase mais ne vous en faites pas vous ne serez pas blessés mes amis. Le blog va bientôt franchir un cap avec sa première année d’existence. Ce qui, au départ, n’était qu’un blog perso a grandi pour prendre plus d’importance et accueillir d’autres contributeurs depuis le changement de nom. Mais je reviendrais sur tout cela dans un article dédié pour les 1 an.

Ce qui nous intéresse ici, c’est un jeu auquel j’ai envie de vous faire participer. En un an j’ai sorti un peu plus de 75 reviews de comics et depuis pratiquement le début je m’amuse à donner une note à ceux-ci. Cette note sur cinq n’est pas forcément un moyen de comparer les lectures entre elles mais plus de donner mon ressenti lors de celle-ci. Néanmoins maintenant j’ai envie de confronter ces différents et pour se faire je vais organiser le Comics Rumble 2018. J’ai sélectionné les 16 tomes qui ont hérité des meilleures notes cette année et après tirage au sort les ai disposé dans un tableau afin de les voir s’affronter.

giphy

Pour chaque phase du tournoi (8ème de finale, quarts, demis et finale) je vous mettrais à contribution sur Twitter via un sondage pour élire le comics que vous voulez voir aller plus loin dans la compétition. Si vous n’avez pas lu un des participants, tant pis, votez par rapport à ce qui vous plait, ce que vous avez entendu, … Je compte sur vous pour qu’on ait le plus de votes possibles pour que ce soit le plus serré possible.

Et comme je n’ai pas envie de vous laisser vous amuser seul, je vais moi aussi me prêter au jeu et participer au rumble de mon côté. Nous aurons donc deux tournois qui se tiendront en même temps, le vôtre et le mien. Et comme ces comics ont tous eu des notes très élevées je peux déjà vous dire que les choix vont être cornéliens pour moi. Je m’arrache déjà les cheveux au vu du tableau.

A chaque fin de tour, je ferais un article récapitulatif pour vous donner les résultats des votes ainsi que la progression de mon tableau en vous donnant les raisons de mes choix. Et bien sûr je présenterais la suite de la compétition.

Je n’ai perdu personne ? J’espère que les règles sont clairs pour vous et que l’idée vous plait. Si vous ne me suivez pas encore sur Twitter rejoignez-moi pour participer également au tournoi via ce lien. Sans plus attendre voici le tirage du premier tour et les sondages Twitter suivront dans la foulée. Je vous mets les liens vers les reviews à la fin de l’article si vous voulez y jeter un coup d’oeil.

Capture

Le Comics Rumble 2018 est maintenant lancé !!!

 

Batman Rebirth #3 / The Few / The Killing Joke / Sweet Tooth / Emprise / The Button / Un Long Halloween / Magnus / Royal City / 300 / Crisis on Infinite Earths / Mutafukaz / Wonder Woman Rebirth #2 / TMNT L’histoire du clan foot / Black Hammer #2 / Animosity #1

Comics Discovery #2

Bonjour à tous et bienvenue dans Comics Discovery l’article où je parle de la première lecture comics d’un membre de mon entourage. Cela me permet de partager ma passion à ma famille, leur faire passer outre les clichés liés au média que l’on apprécie et d’essayer de faire ressortir des points communs entre les différentes lectures qui permettront de mettre en lumière certains aspects que nous, lecteurs réguliers, avons tendance à oublier. Je vais essayer de prendre des personnes ayant une vue de la lecture différente, d’âges différents, … pour ne pas avoir exactement le même avis sur chaque rubrique.

img_20180311_122935_hdr-1552698641.jpg

Le cobaye du jour est ma mère, Agnès, qui a 54 ans. On a donc une personne d’horizon différent par rapport à la 1ère Comics Discovery. J’ai décidé de lui faire lire le comics Animosity publié par Aftershock Comics et Snorgleux Comics en France, notamment à cause de la relation entre cette petite fille et son chien après l’éveil de celui-ci. Ma mère étant une adepte de nos amis canins j’avais bon espoir que cette histoire lui plaise, voyons si c’est le cas.

Peux-tu nous dire quel passé tu as avec la lecture ?

Adolescente je lisais des BD, les Boule et Bill et je m’amusais même à les dessiner, j’ai donc une expérience de la bande dessinée mais c’était il y a longtemps (très longtemps). Ensuite j’ai lu des romans, par exemple des histoires vraies (Pierre Belmare, …) et certains romans de fantaisie comme Harry Potter, Twilight, …

Note de Martin : Aussi longtemps que je me souvienne j’ai toujours connu ma mère en tant que lectrice, elle lisait en vacances au bord de la piscine notamment. Et nous lisions ensemble la saga Harry Potter, elle me laissait lire les livres en premier, parce que c’est une super maman, et ensuite elle en faisait de même et on en discutait. Je me souviens que je devais attendre qu’elle ait fini pour enfin pouvoir en parler à quelqu’un, ah l’avant Internet.

Quel était ton état d’esprit avant la lecture de ce livre ?

Même si cela peut faire rire, j’avais de l’appréhension dû à ma mauvaise vue, l’appréhension que je ne puisse lire efficacement les dialogues même avec mes lunettes. De plus en feuilletant le livre je me suis rendu qu’il était assez sombre ce qui n’aide pas, je devais lire en journée sinon je n’y voyais rien ^^

Note de Martin : Cette partie là me fait réfléchir sur la perception d’une oeuvre en fonction de la vue que l’on a. Je pense notamment à Sin City qui est un ouvrage ultra sombre à cause de l’utilisation du noir et blanc. Je me demande si certaines personnes n’adhèrent pas à cause d’un manque de visibilité lors de la lecture.

Peux-tu rapidement nous résumer ce que tu as lu ?

Le livre nous montre une belle histoire entre une enfant et son chien, leur union est très forte et c’est une belle histoire d’amour. Le chien étant un substitut de parents pour la petite fille, ce qui est assez original.

Quels éléments du livre as-tu le plus appréciés ?

Comme dit juste au-dessus, c’est la relation entre la fille et son chien que j’ai préféré. J’ai également apprécié la planche de flashback où la famille va chercher le chien quand il est tout petit.

img_20180318_220932-1240007483.jpg

Quels sont au contraire les éléments que tu as le moins appréciés ?

Ce n’est pas une chose que j’ai moins apprécié mais j’ai eu un peu de mal sur savoir comment lire les bulles de dialogue, l’ordre, à qui était rattaché telle bulle. Je n’avais pas lu de BD depuis 30 ans donc ce n’était pas facile, j’avais oublié ^^

Sinon ce que j’ai le moins apprécié c’est la partie sanglante du tome, qui l’est trop à mon goût.

img_20180325_135543101163538.jpg

Pour toi, quels sont les avantages de la bande dessinée par rapport à d’autres médias ?

Le plus flagrant est la rapidité de lecture par rapport à un roman par exemple et je trouve que même sans coup de cœur on a l’envie de continuer la lecture comme cela ne prend pas trop de temps à lire. Les illustrations apportent également une touche par rapport à un livre écrit.

img_20180318_221000_hdr-1723040476.jpg

Quel était ton ressenti après la lecture ?

Je veux savoir la suite de l’histoire, savoir ce qui arrive à cette petite fille et son chien. Ensuite je n’imaginais pas que la collection de BD de mon fils comportait autre chose que des super héros et du Batman ^^ Cela a été une bonne surprise même si j’aimerais quand même lire une BD de ce genre.

Est-ce que via cette lecture tu aurais envie de continuer à lire des BD ?

Déjà suivre la suite de cette série pour savoir ce qui se passe. Ensuite je ne pense pas acheter une BD tout seul à cause de la difficulté à choisir ce qui pourrait me plaire. Mais avec des conseils, oui pourquoi pas lire autre chose 🙂

Un dernier mot ?

Vivement le tome 2 !

 

Voilà pour ce second numéro de Comics Discovery, on est déjà en mesure de ressortir une information, c’est la difficulté de lecture des dialogues pour les « néophytes », chose qu’on oublie à force d’en lire régulièrement. Néanmoins je suis content de la réception de mes 2 premiers cobayes qui ont, via cette lecture, changé en partie leurs opinions sur les comics. Cet objectif est donc pour le moment rempli, maintenant pour le second, à savoir la réception des articles, je m’en remets à vous. J’espère que cette lecture aura été intéressante et comme toujours n’hésitez pas à me donner des axes d’améliorations dans les commentaires ou sur Twitter.

d802ec7d9a92942a008cb425187af197465cb6a9_hq