Après nous avoir très agréablement surpris dans un premier tome, que Martin nous avait chaudement recommandé ici, la boite de conserve indestructible la plus connue des Etats-Unis (dans cet univers), et accessoirement conçue par le génial Nikola Tesla, revient dans une deuxième livrée centrée sur la seconde guerre mondiale. Alors, pari tenu?

Le robot le plus détendu / détaché du monde revient, et il va avoir intérêt à l’être, puisque ce tome 2 se concentre sur l’année 1943, et le rôle de notre héros dans le débarquement en Italie. Aux prises avec des bataillons nazis, et à la tête des forces américaines, Atomic Robo ne sera pas de trop pour mener à bien la campagne d’Italie, qui, dans ce Roboverse, le verra affronter des forces inconnues auparavant.

Pieds
Atomic Robo met les pieds où il veut, et c’est souvent dans la gueule

Les goûts et les couleurs

Le duo Clevinger / Wegener est à nouveau aux manettes, et je me dois d’évacuer un point qui peut s’avérer particulièrement clivant de prime abord à savoir l’aspect graphique. Tout le monde, moi le premier, n’est pas forcément à l’aise avec le dessin cartoony, basé sur des expressions exagérées, des visages disproportionnés, des corps anguleux, le tout souligné par des lignes épaisses. Cela pourrait donner un côté presque enfantin au dessin, ce qui pourrait décourager des lecteurs « sérieux », mais il faut, je pense, dépasser ce pré-jugement, comme je l’ai fait, car ici, le dessin sert l’histoire et non l’inverse.

Je ne dit pas que le dessin est secondaire, voire moche, au contraire, mais je le trouve parfaitement adapté au ton décalé et humoristique de la série, ce qui sert le propos de l’auteur, et surtout le développement des personnages et leurs interactions multiples.

Le rendu des visages pourra en rebuter plus d’un, mais ce serait passer à côté de personnages croustillants et hauts en couleurs

Le Barbouze de Métal

Car ce qui met clairement en avant ce tome 2, ce sont ces personnages secondaires, et la relation qu’ils vont avoir avec notre héros. Le choix de développer un tome plus court, centré sur une période continue (1943) et 5 arcs distincts, permet de resserrer l’intrigue d’une part et de laisser entrer de manière cohérente de nouveaux « alliés » pour Atomic Robo. Et ces alliés de circonstance vont se révéler précieux, voire salvateurs dans les moments clés. Un lieutenant GI désabusé, une espionne britannique ou encore un commando québécois hilarant, tout est là pour verser dans le film de guerre quasi-parodique, car c ‘est ce dont il est question, surtout quand on s’apprête à faire face à la sacro-sainte menace nazie (euh…), et à tous les fantasmes de fiction qui gravitent autour, robots géants et super-soldats en tête.

Ennemi
Un héros qui n’aura de cesse de se retrouver en mauvaise posture tout au long du tome

Pulp and Fun

Car pour ceux qui chercheraient un récit crédible et serious business, inutile de répéter qu’Atomic Robo n’est pas la solution. On est ici en présence d’un pur récit pulp à l’ancienne à l’esthétique cartoony-steampunk, décomplexé et avant tout drôle. Car la force principale de la série reste tout de même son personnage principal, totalement détaché des situations ultra-périlleuses dans lesquelles il se trouve, ne paniquant jamais, n’éprouvant pas la peur, car, tout simplement, n’étant pas programmé pour ça. Robo est l’élément le plus proche du lecteur, car ne doutant jamais de sa réussite, comme s’il savait que, de toute façon, il était destiné par le scénariste à vaincre, ce qui lui donne parfois un côté extérieur au récit.

Cover
Le calme avant la bataille pour notre héros au regard bleu…acier

Et c’est ce qui crée principalement l’humour d’Atomic Robo, ce comique de décalage que j’affectionne, entre des situations proches de l’apocalypse fréquentes, et un héros en mode « je gère, tout va bien, tout est normal ». Possible que la répétition de ce genre de ressort comique en agacera ou lassera certains, mais pour le moment, l’opération fonctionne parfaitement, et m’a fait passer un excellent moment avec ce deuxième opus d’Atomic Robo que je vous recommande chaudement. Vous aimez l’humour décalé, les films parodiques et les expressions québécoises, ce tome 2 est fait pour vous.

 

Note Globale 5 étoiles

Une réflexion sur “Comics Review : Atomic Robo et les Chiens de Guerre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s