Aujourd’hui sort la suite de l’une des séries indépendantes publiés par l’éditeur Hi Comics, à savoir Invisible Republic. En dehors de leurs deux séries phares avec Tortues Ninjas et Rick et Morty, celle-ci reste la dernière en cours pour l’éditeur et se place plus pour un public moins mainstream si l’on peut dire. Déjà rien que pour le sujet qu’il traite, avec un personnage principal journaliste (et pas du genre Spider Jerusalem ou Elise Lucet (quoi je compare les deux ?!)) et une intrigue tournant autour de la montée au pouvoir d’un dictateur et des ramifications de sa destitution et de son héritage. En plus de tout cela, mon ressenti sur la série avait pris un coup lors de la lecture d’un second tome que j’avais trouvé particulièrement décevant. Ce troisième relève-t-il la barre ?

J’avais de gros points de blocage sur le tome précédent et dans cet article je vais prendre les plus importants pour voir s’ils se confirment dans ce nouvel opus. Cela permettra de voir où je me situe concernant la série.

Prise de temps

Mon premier problème venait de la mise en place de l’intrigue, qui prenait beaucoup trop de temps à mon sens. Cela était notamment dû à de très long passages de flashbacks via les mémoires de Maia (qui représentait également un autre problème). Dans ce troisième tome, le soucis est à moitié résolu. L’intrigue avance plus rapidement, c’est certain. La série évolue et la fluidité de la narration est de retour, comme elle pouvait l’être dans le premier tome. Néanmoins il est certain que l’on ne sera pas sur un tome qui va à cent à l’heure, ce n’est pas ce qu’on lui demande. La structure du série se repose également fortement sur les flashbacks, ceux des mémoires de Maia, et maintenant également ceux d’Arthur McBride, ce qui entraîne forcément un ralentissement de l’intrigue principale. Ce que le récit perd en rapidité, il le gagne en développement de personnages et d’univers passé. On ne va donc pas s’en plaindre.

Verbosité

Je pense que mon plus gros problème venait de là. La verbosité utilisée par les auteurs qui m’avait anesthésie lors de la lecture du second tome. On en revient encore aux mémoires de Maia qui était écrites de manière romanesque et qui inondaient, littéralement, les pages. On perdait tout effet percutant de l’action retranscrite et il fallait un temps, bien trop conséquent, pour tourner les pages. Là-dessus, je suis bien plus satisfait par ce troisième tome. Ces pages sont toujours présentes mais en plus petite quantité et surtout elles sont bien mieux maîtrisées à mon sens. Et cela change radicalement la donne. On prend beaucoup plus plaisir à découvrir l’histoire de Maia quand on est en mesure de finir une page sans repasser 2 ou 3 fois sur chaque case.

Teintes de gris permanentes

Et ce qui complétait le trio perdant des problèmes que j’avais rencontré lors de la lecture du tome 2 venait des illustrations et surtout de la colorisation toute de grise vêtue. Bien sûr l’ambiance sombre, grisâtre et sans couleur collait parfaitement à l’univers que les auteurs s’efforçaient à décrire. Malheureusement cela renforçait encore plus cet effet d’engourdissement profond qui venait des deux points précédents. Qu’en est-il de ce troisième tome ? Ô joie ! La couleur est de retour !

Quel plaisir de retrouver des illustrations colorées et qui apportent une bouffée d’air au lecteur et un peu de gaieté. L’intrigue principale reste toujours en teinte de gris mais ce sont les flashbacks qui apportent cette touche de couleur bienvenue. On a donc une belle démarcation entre les deux périodes temporelles.

Ce troisième tome d’Invisible Republic me réconcilie après la série après la lecture de son prédécesseur qui m’avait profondément engourdie. Peut-être faudrait-il que je m’y replonge pour voir si mon analyse avait été la bonne. Toujours est-il que la série repart (de mon point de vue) et que j’ai hâte de voir ce que nous réserve la suite. Et puis les illustrations de Gabriel Hardman, à elles seules, devraient pouvoir vous convaincre de vous lancer.

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-66 

Une réflexion sur “Invisible Republic #3 : Comics Review

  1. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s