Bonjour bonsoir à toutes et à tous et bienvenu dans cette 3ème itération de notre rendez-vous consacré à ma review de l’intégrale de The Sandman !

Après avoir couverts les 4 premiers tomes dans cet article et celui-ci, nous allons aujourd’hui nous pencher sur A Game of You et Fables & Reflections.

Sans plus d’introduction, lovez-vous gentiment sous votre couette, et rejoignons Morpheus dans son Royaume…

A Game of You

Résultat de recherche d'images pour "a game of you the sandman"

Ce 5ème tome contient les issues 32 à 37 et accueille toujours un large florilège d’artistes, dont un tas de nouveaux talents : Neil Gaiman, Shawn McManus, Colleen Doran, Bryan Talbot, George Pratt, Stan Woch, Dave McKean et Todd Klein.

Nous retrouvons ici le personnage de Barbie, qu’on avait déjà rencontré à l’occasion de The Doll’s House en tant qu’un des personnages habitant la maison. Elle qui se rêvait à l’époque princesse d’un fabuleux Royaume, ne rêve désormais plus. Elle est arrivée à New York, et réside dans un immeuble aux personnages tout aussi hauts en couleur que les locataires de la maison de Doll’s House : Wanda, la colocataire transsexuelle de Barbie, Hazel et Foxglove, un couple de lesbiennes, Thessaly la sorcière et George, un homme silencieux et mystérieux. Alors que Martin, un des personnages de son rêve débarque dans le monde éveillé, Barbie et ses voisines se retrouvent propulsées dans le rêve de Barbie pour arrêter la dangereuse « Cuckoo » qui menace le Royaume.

Résultat de recherche d'images pour "a game of you the sandman"

Je suis assez admiratif de ce titre à vrai dire, car j’ai l’impression de lire un spin-off de Sandman. Morpheus lui-même est assez peu présent, arrivant seulement vers la fin du bouquin. Pour autant, ça reste excellent à lire. Les personnages sont suffisamment intéressants et tellement bien écrits qu’on en oublierait presque qu’on est en train de lire The Sandman ! On développe encore un peu plus l’univers du Dreaming, ses règles, la fin et la « mort » des rêves, les règles qui régissent aussi le monde des vivants à travers la sorcière Thessaly… Et surtout les thèmes évoqués dans ce bouquin sont extrêmement intéressants. Les concepts d’identité et d’identité sexuelle sont beaucoup développés au travers du personnage de Wanda, principalement sur le dernier chapitre où Barbie a une réaction purement géniale face aux différents membres de sa famille. Une énorme introspection sur l’acceptation de soi pour les différents personnages, groupe de femmes marginales aux aspects de couvent joignant leurs forces pour se dépasser et relever les défis improbables qui peuvent exister dans ce coin de l’univers DC.

Côté dessins, c’est toujours sublimes. Ce nouveau rêve que l’on découvre est assez différent du Dreaming que l’on a exploré jusqu’à présent. Pas d’exploration du Royaume de Morpheus en tant que tel, mais bien le rêve, la construction d’un des personnages de l’histoire. En guise d’onirisme, nous sommes plus en présence d’un genre de conte, on pourrait presque se croire dans Alice au Pays des Merveilles.

Image associée

Fables & Reflections

Résultat de recherche d'images pour "the sandman fables and reflections"

Bien. J’ai été assez peu critique sur Sandman jusqu’à présent. Fallait bien que ça change à un moment. Et ce moment est arrivé…

Fables & Reflections est donc le 6eme tome de la saga The Sandman, recueillant les issues  hum… C’est un peu compliqué déjà ici, et c’est le gros point noir de ce tome pour moi : nous ne sommes pas en présence d’un vrai tome construit avec un arc et une histoire développée, mais un recueil d’histoires sans lien les unes avec les autres. 9 très exactement. Et 9 histoires pas connectées, eh bien c’est long et ça ne marche pas très bien… Plutôt que de vous faire une critique de ces 9 histoires et de rendre l’article aussi chiant et imbuvable que ce tome, je vais plutôt vous parler des histoires que j’ai préféré lire ! Et à commencer par une qui me touche tout particulièrement en tant qu’aspirant bébé auteur :

Fear of Falling

Todd est un dramaturge à la veille des répétitions pour la première de sa nouvelle pièce. Mais voilà. Todd doute et veut tout annuler, ne se sentant pas assez bon, pensant son texte trop nul, le poids des mots le pesant. Et Todd fait toujours le même rêve à l’approche de sa première : il gravit une immense montagne, et finit par tomber. Il ne voit que deux alternatives à sa chute : mourir ou se réveiller. Jusqu’à ce que Morpheus lui trouve une 3eme option lui redonnant confiance en lui et son art : voler.

Résultat de recherche d'images pour "the sandman fear of falling"

Ça semble assez anecdotique et peut être un peu ridicule dit comme ça, mais ce Todd c’est moi à chaque page blanche, à chaque panne d’inspiration devant un chapitre qui ne veut pas se terminer, un personnage que je coince dans une situation et qui me bloque… Et ça rend cette histoire très personnelle et très touchante.

August

Cette nouvelle histoire raconte le règne de Augustus Caesar, empereur romain en 7 av J.C. Une histoire extrêmement sombre et qui permet encore de voir l’étendue des pouvoirs de Morpheus ainsi que ses petits détours dans les rêves des différentes figures de l’humanité.

Image associée

Augustus Caesar, succédant à son oncle Jules Caesar dirige l’empire romain en se basant sur 2 prophéties qu’on lui a faite : une dans laquelle l’empire s’étend pour conquérir le monde pendant des millénaires, et une autre dans laquelle l’empire s’éteint après une centaine d’années. Sur les conseils de Morpheus qui l’a prévenu dans un rêve, il passe 1 jour par an déguisé en mendiant, échappant ainsi au regard des dieux, qui s’en foutent pas mal d’un pauvre faisant la manche. Profitant de ce jour de tranquillité, il prépare sa revanche envers Jules, pour tout ce qui lui a fait subir dans son enfance…

C’est l’histoire la plus noire que j’ai pu lire dans The Sandman, et c’est tellement inattendu qu’on arrive à la fin bouche bée. Le plan d’Augustus est merveilleux, qu’on ne comprend pas avant la toute fin, ce qui rend la lecture encore plus plaisante.

The Song of Orpheus

Petite ré-interprétation personnelle de Gaiman du mythe d’Orpheus donc, qui est ici le fils de Morpheus et Calliope. On assiste ici à son mariage aussi mignon que rapide, se terminant par la mort tragique de sa nouvelle femme Eurydice. On y découvre un jeune homme meurtri, blessé, prêt à tout pour sauver l’âme de sa femme perdue dans l’Underworld. Malheureusement, tout ne va pas se passer comme prévu, et le refus de Morpheus d’interférer et d’aider son fils va l’éloigner de Calliope, séparation dont on aura plus de détails dans le prochain tome (mais chut, ça c’est spoiler :))

Résultat de recherche d'images pour "the sandman the song of orpheus"

Cette issue était très intéressante de par la ré-interprétation du mythe d’Orpheus et les utilisations de la mythologie Grecque à la sauce Gaiman. C’est également l’occasion de revoir un peu Death et Destruction, et c’est toujours très sympa à lire 🙂

The Parliament of Rooks

Encore une histoire sans Morpheus, mais qui explore un peu les relations entre les différentes personnes qui peuplent son Royaume : Cain, Abel, Eve et Matthew rejoint par Daniel Hall, l’enfant né dans le Dreaming (cf Doll’s House et Season of Mists). S’en suit un genre de concours d’histoires, chacun des protagonistes se mettant à raconter l’histoire des trois femmes de Adam, comment Cain et Abel se sont retrouvés dans le Dreaming, et le fameux « Parliaments of Rooks » dont l’issue tient son titre. Daniel ne fera qu’un passage éclair dans le Dreaming, le temps d’entendre ces histoires et de rentrer dans le monde éveillé auprès de sa mère.

L’une des histoires racontées ici nous présente les « Lil Endless », Death et Dream en tant qu’enfants, style très vite devenu un favoris auprès des lecteurs, moi compris 🙂

Résultat de recherche d'images pour "death and dream as children"

Ce qui me marque le plus dans cette histoire, c’est la capacité de Gaiman à reprendre des éléments d’histoires précédentes (Cain et Abel, Daniel) et réussir à en construire quelque chose en si peu de pages.

Conclusion

Eh bien nous y voilà, la première mauvaise critique de Sandman ! Avec un peu de recul, mon avis n’est pas si négatif. Les histoires étaient globalement intéressantes à lire dans ce 6ème tome, mais c’est plus le côté fourre-tout qui ne fonctionne pas. On y trouve cependant des pépites, entremêlées d’issues plus oubliables.

Cela n’a en revanche pas entaché mon avis global sur cette saga, mais ce n’est pas un tome que je relirai dans le futur.

On se retrouve très vite pour la critique des prochains tomes, on a fait la moitié du chemin !

Tony

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s