Il y a quelque chose de bien avec les conventions et festivals BD / comics c’est le fait de découvrir de nouveaux éditeurs, des éditeurs bien moins connus que les Panini ou Urban. Et avant que tu te demandes pourquoi je te parle de conventions alors que je suis censé te faire la review d’un tome, ne quitte pas et lis bien ce qui suit. Je disais donc que les conventions ça aide à s’ouvrir à d’autres publications qu’on a pas toujours la chance de voir arriver en librairie, d’éditeurs tellement « petits » qu’ils ne publient que sur internet ou en festival justement. Arrive Angoulême 2019 où je découvre l’éditeur Wanga Comics, que je connaissais de nom mais sans avoir jamais vu d’œuvres de chez eux. Et là je vois Gregory Sand, un design avec du caractère et une histoire de marchand de sable. Il n’en fallait pas plus pour que je me lance, enfin si il y en a eu plus. Car Mobias, le scénariste, et Josselin Billard était présent en dédicace. Les sketchs c’est mon truc et si vous voulez voir ce qu’ils ont réalisé je vous rejoins sur l’article qui contient les photos. Et comme cette introduction est un million de fois trop longue, je vais m’arrêter là, posez vous tranquillement, fermez les yeux car je vous embarque dans le monde des rêves.

Gregory Sand va permettre de suivre, comme son nom l’indique, les aventures du personnage de Gregory Sand, qui est l’incarnation du dieu mythologique des rêves. Il va rapidement être confronté à une enquêtrice de police qui le suit à la trace. Plutôt que de continuer à la repousser en utilisant ses pouvoirs pour la plonger dans le sommeil quand il le désire il va l’embarquer dans ses aventures qui les emmèneront tous les deux aux confins des royaumes du rêve, voir bien plus loin encore.

Vous ne le savez probablement pas mais la mythologie grecque c’est mon dada. Je ne suis absolument pas objectif dès que je lis une oeuvre qui touche à cette partie de notre histoire. C’est par exemple pour cela que j’ai une attirance pour Wonder Woman, mais que je finis souvent déçu car cela reste souvent en backstory. Avec Gregory Sand, l’aspect mythologique est complètement assumé ! Que ce soit pour les personnages principaux, les antagonistes, les lieux et les actions passées, tout touche aux dieux de l’Olympe. Donc forcément j’ai été happé par l’histoire, pour preuve j’ai dévoré les trois tomes en moins de 24 heures. Il m’a été impossible de ne pas continuer à lire cette histoire.

Cela fait vraiment plaisir de voir un comics français prend à bras le corps cette période historique et proposer un récit qui tient la route et qui satisfait pleinement le lecteur sur son déroulé. On sent forcément la passion et le travail de recherche nécessaire à l’élaboration de ce type de comics. En résumé et sans aller plus loin dans les différents points d’intrigue, je ne serais que trop vous conseiller cette lecture si vous êtes un fan de la mythologie grecque. Et de manière générale pourquoi ne pas découvrir un comics français, édité par des français, écrit et dessiné par des français !

Car en plus de proposer une histoire passionnante et bien écrite, Gregory Sand est aussi magnifiquement illustrée par Josselin Billard. C’est ce qui m’a poussé à me procurer le tome au départ, le trait très personnel et très loin de ce qu’on voit dans des comics mainstream. Je n’étais pas très convaincu par une histoire sur le marchand de sables au départ, j’avais peur de voir une filiation trop proche à Sandman. Mais comme Mobias, me l’avait confirmé, on est assez loin de ça.

Josselin Billard met en place une ambiance qui change régulièrement en fonction des actions, de la temporalité et surtout des lieux où se passe l’intrigue. On a notamment des passages très oniriques dans leurs représentations et qui collent donc parfaitement avec un récit sur le monde des rêves. Le scénario et le dessin se combine parfaitement et chaque facette améliore son homologue. Si vous aimez les propositions graphiques qui sortent des carcans habituels Gregory Sand sera également fait pour vous.

Cette série de comics de l’éditeur Wanga Comics est une très bonne découverte. J’ai littéralement dévoré les trois tomes de l’oeuvre, chose que je ne fais pratiquement jamais. Si vous aimez la mythologie grecque, les épopées et les graphismes oniriques et léchés, foncez sur cette oeuvre !

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67

2 réflexions sur “Gregory Sand : Comics Review

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s