Chers lecteurs, avant de vous exposer mon rêve,

je vais tout d’abord vous mettre en contexte et vous parler de mon attachement pour les comics et pour un personnage en particulier.

J’ai une dizaine d’années et tous les week-ends sans exception, je me lève tôt. Mais pourquoi me direz vous ? Bon c’est vrai, pour la Nintendo 64, mais aussi et surtout pour les dessins animés. Je me munis de mon plus beau bol, de mes meilleurs céréales au chocolat et j’allume la télé. Au programme ce matin, Batman forcément, mais SURTOUT Spider-Man, mon personnage préféré.



Pourquoi lui et pas un autre ? Je ne sais pas, je suis du genre à sauter sur le canapé quand je vois une minuscule araignée, mais pourtant, elles me fascinent et Spider-Man encore plus. Quand j’étais gamin je voulais lui ressembler ; grimper aux murs, envoyer des toiles pour me balancer d’une rue à l’autre et évidemment, avoir mon spider sens. Autant vous dire que lorsque le 1er film de Sam Raimi est sorti, je suis devenu fou, un vrai accro.

Mon père m’a par la suite offert un des Strange de sa jeunesse avec à l’intérieur, une aventure d’Iron Man, Daredevil, mais surtout de Spider-Man. Je ne comprenais rien, c’était un épisode qui se situait en plein milieu d’un arc déjà commencé depuis quelques numéros, mais bon sang ce que j’ai pu le lire et le relire de long en large jusqu’à connaître la moindre bulle par coeur.

Par la suite, j’ai grandi et je me suis intéressé à d’autres choses, même si l’univers super-héroïque me faisait toujours des petits clins d’œil pour m’inciter à venir voir ses représentations sur la grande toile.

Pourtant, un jour que je me balade sur Lille dans un grand magasin dont je tairai le nom, je tombe sur le rayon BD et je me dis « tiens, allons faire un tour » et ça y est, j’ai 20 ans et je tombe amoureux du premier média des super-héros. Comme au début d’une relation, je suis passionné et je vais dans tous les sens, ne me refusant rien, aucun achat n’est trop beau ni trop cher et forcément, Spider-Man y passe. Au fur et à mesure de mes lectures, j’ai découvert de nombreuses aventures, de nombreux artistes et scénaristes, mais il y a surtout deux acteurs de cette industrie qui m’ont interpellé. Geoff Johns en tant que scénariste (Green Lantern) et Rafael Alburquerque en tant que dessinateur (American Vampire).

Ne vous en faites pas, j’arrive bientôt à la partie concernant mon rêve, mais je pense que vous commencez à deviner où je veux en venir alors, un peu de patience.

Aujourd’hui, j’essaie donc de rattraper mon retard sur mon personnage fétiche en achetant les intégrales de chez Panini, en collectionnant les albums Strange que je trouve soit en brocante, soit à la vieille bourse de Lille, mais aussi en lisant la série actuelle. C’est le moment idéal pour faire un petit aparté sur l’Amazing Spider-Man de Dan Slott. Loin de dire que cette série est mauvaise, je n’arrive pas à accrocher à son run un peu trop clownesque à mon goût (Spider-Man monte tout de même dans une fusée installée sur son toît pour aller sur un satellite et localiser le méchant). Malgré quelques idées intéressantes, je reste assez frustré du Spider-Man de ces dernières années et j’espère vraiment qu’en découvrant le fresh start de Marvel, je me retrouverai émerveillé comme le petit garçon que j’étais, tout excité devant ce nouveau personnage incroyable.

Enfin bref, revenons au sujet qui nous intéresse. Comme je le disais un peu plus haut, deux figures du comics ont retenu mon attention sur mes dernières années de lectures, Geoff Johns et Rafael Albuquerqe. Mon rêve serait donc le suivant : avoir ces deux personnes talentueuses sur le tisseur. Non seulement Monsieur Johns pourrait densifier l’univers du personnage comme il a su le faire sur Green Lantern ou bien Aquaman. Il pourrait inventer de nouveaux costumes, de nouveaux protagonistes, dire un véritable adieu à certains personnages enfin bref redonner un véritable renouveau à cette série qui sur certains aspects en aurait grand besoin et ainsi ramener le côté « amazing » du personnage. Le travail qui m’a le plus marqué chez Geoff Johns est Blackest Night, l’histoire est non seulement menée d’un main de maître, mais en plus cet arc à eu des répercussions sur l’univers DC. Alors imaginer un crossover de cette ampleur avec l’univers du tisseur me fait vraiment fantasmer. Passons maintenant à Rafael Albuquerque qui, quand à lui, grâce à son style graphique, pourrait dessiner un Spider-Man bien plus viscérale que Camuncoli. Bien que je ne déteste pas le style de ce dernier, mais il suffit de regarder le dessin ci-dessous pour comprendre ce que je veux dire. Il s’agit d’un dessin à l’origine d’un diorama afin de créer des figurines. Regardez-moi ça, c’est juste fou, le style, les détails, les couleurs et l’animosité qui s’en dégage, rien n’est à jeter.

Je pense donc qu’avoir cette équipe créative sur Spider Man pourrait résulter en quelque chose de complètement incroyable et peut être redonner ses lettres de noblesse à ce personnage, en espèrent que Geoff Johns ne prenne pas trop de retard (coucou doomsday clock).

C’est tout pour moi, je remercie encore une fois Martin de me laisser écrire sur l’atelier comics et je vous dis à la prochaine.

Maxime.

Une réflexion sur “Comics Dream #2

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s