Vous le savez peut-être mais l’Atelier Comics, au travers d’un de ses membres, a eu la chance de se rendre au festival internationale de la BD d’Angoulême. Nous avons déjà publié deux articles en lien avec l’événement que vous pouvez retrouver ici (masterclass Batman et exposition Batman). Mais le festival aura été également l’occasion pour nous de discuter avec des auteurs et des éditeurs et de vous préparer quelques interviews. Aujourd’hui, on ne va pas parler comics américain, on ne va même pas parler BD franco-belge à proprement parler, car dans cet article nous allons aborder le sujet de la bande dessinée érotique.

Nous avons eu le plaisir de rencontrer Katia Even, une autrice de BD érotique, dans le cadre du lancement de son nouveau projet, Le petit derrière de l’Histoire. L’oeuvre est plutôt orienté coquin plutôt qu’érotique grâce à son design cartoon. Si vous avez peur de voir des designs réalistes dénudés, cela ne sera pas le cas dans cet article. Nous allons égayer l’article avec des planches qui vous permettront de voir ce qu’il en est.

Pour finir et si l’histoire de ce tome vous intéresse n’hésitez pas à vous rendre sur la page Ulule du projet afin de le soutenir ! C’est parti pour l’interview !

4

Peux-tu te présenter, nous expliquer rapidement ton parcours et ton arrivée dans la BD érotique ?

evenJe m’appelle Katia Even, je suis autrice BD depuis 2009 où je m’occupe du scénario et des dessins. J’ai toujours eu envie de faire de faire de la BD érotique parce cela me manquait en tant que lectrice. Tout ce que je trouvais parlait plus au fantasme masculin qu’au fantasme féminin. 46 pages de viol, ça ne m’intéresse pas.

Donc j’ai commencé à écrire le petit derrière de l’histoire il y a 10 ans quand j’ai commencé, c’est un projet qui est là depuis longtemps. Et puis je l’ai proposé à deux éditeurs seulement qui me disaient « oui je l’aime bien mais je ne peux pas le faire rentrer dans ma collection. L’érotique et l’humour ça ne passe pas ensemble ». Et puis je l’ai mis sur Internet pour au moins le partager et en convention c’est ce dont on me parlait le plus. On me demandait « Quand sort le petit derrière de l’Histoire ? ». Alors que dans ma tête il n’était pas prévu que je le sorte ! Et puis Zep (le papa de Titeuf) a sorti Happy Sex et je voyais énormément de femmes autour de cet ouvrage et qu’il y avait un public à prendre. Même si mon album ne s’adresse pas qu’aux femmes, ce n’est pas quelque chose foncièrement féministe, ça s’adresse à tout le monde !

happy-sex_3

D’où vient l’idée du Petit derrière de l’Histoire ?

evenL’idée est très simple, elle vient de l’adage « derrière chaque grand homme il y a une femme ». Et moi je me suis dit, c’est marrant cette phrase, et si la gonzesse dont on parle c’était toujours la même. Et en plus de ça si elle venait de notre époque contemporaine et qu’elle avait été prise dans un voyage dans le temps. Et comme on sait tous que c’est sur l’oreiller qu’on a nos bonnes idées, elle va souffler à l’oreille de certains hommes des idées. Forcément ces idées existent à son époque mais pas forcément pour ceux à qui elle les dit.

Cet album n’est pas fait pour exciter le lecteur, c’est une distraction !

Quels sont les points importants lors de la création d’une BD érotique ?

evenDe travailler l’anatomie. Autant pour une histoire standard on peut avoir des personnages avec une anatomie normale mais ce n’est pas le plus important. Pour la BD érotique si les personnages sont trop raides ça ne passera pas. Le lecteur quand il achète sa BD c’est soit pour rigoler soit pour avoir une petite excitation et si c’est raide et pas assez humain ça ne passera pas. Le travail de l’anatomie il permet de se rapprocher du réalisme mais ça dépend de l’histoire. Par exemple pour Le petit derrière de l’Histoire mes personnages sont absolument pas réalistes. C’est des personnages en SD, une grosse tête et un petit corps, donc l’anatomie ici on s’en fout. On est plus sur quelque chose de coquinou que d’érotique.

1.PNG

Comment as-tu eu l’idée de mêler la partie érotique et la partie historique ?

evenJe voulais quelque chose d’érotique parce que c’est là où je m’éclate vraiment, j’aime bien dessiner les corps entremêlés, j’aime bien les gros nichons aussi (rires).

Mais je ne voulais pas forcément une histoire érotique, je voulais une histoire. J’aime bien l’Histoire et j’avais envie d’en parler. Et je pars du principe que mes chers lecteurs vont devoir réfléchir parce que Marie va rencontrer pas mal d’hommes devenus célèbres. Mais pour compliquer la chose je ne donne jamais leurs noms et donc à partir du prénom, du contexte, du mobilier présent, … le lecteur va devoir et pouvoir deviner de quels hommes il s’agit. Bien évidemment à la fin du livre je mettrais un pense-bête pour lister tous les hommes qu’elle aura visité dans ce tome. Donc on aura un petit jeu d’énigmes lors de la lecture.

2.PNG

Concernant la publication, tu vas passer par la plateforme Ulule, pourquoi ce choix ?

evenDonc ce projet était dans mes tiroirs, on m’en parlait régulièrement en convention et mon nom circule dans le milieu de la BD érotique. J’avais déjà fait 7-8 projets chez Ulule lorsqu’ils m’ont appelé en me disant que pour la Saint Valentin ils sortaient une sorte de campagne thématique où ils voulaient un grand nombre de projets de BD érotiques. J’avais deux projets qui pouvaient satisfaire ce besoin avec Le petit derrière de l’Histoire et Les Courtisanes mais je me suis plus rapidement tournée vers le premier. Par contre je leur ai dit que je n’avais pas le temps de le dessiner car il me restait 39 planches à faire, ce qui représente environ 6 mois de travail. Donc on a monté le projet ensemble avec Ulule, qui y croit énormément, forcément c’est eux qui sont venus me chercher pour la publier. Et donc ça sortira sur Ulule à partir du 12 Février à 12h pour 50 jours de campagne !

Derrière chaque grand homme il y a une femme, et si c’était la même !

Les paliers ont-ils déjà été réfléchis ?

evenBien sûr, tout est prêt ! L’objectif de la campagne c’est d’atteindre 18 000€ minimum. Si on rentre dans les chiffres sur ces 18 000, 8% vont pour Ulule, 19% pour ma coloriste, 5% pour l’impression des goodies, des ex-libris, … Ensuite on a 19% de coûts d’impression, encore 19% de coûts d’envoi. Le reste vient pour les charges sociales et pour ma rémunération. Donc même si 18 000 ça peut paraître beaucoup, au final ça ne représente pas grand chose pour l’auteur à la fin, y’a beaucoup de charges derrière. Bien sûr ce que j’espère c’est aller au-dessus des 18 000 pour augmenter ma coloriste, m’augmenter moi, faire de nouveaux goodies, …

Les paliers on y arrive, donc l’album sera à 20€ tout compris sur un grand format 24*32 en vernis sélectif avec dorure à chaud. Il fera 65 pages avec un cahier graphique à la fin où une dizaine d’artistes ont accepté de faire un dessin de mon personnage principal la petite Marie.

En plus de ce palier il y aura ensuite la possibilité d’avoir des dédicaces, des dédicaces couleurs, des originaux, … Y’en aura pour tous les goûts. Le premier palier sera à 10€ pour le format numérique tout en comprenant tous les goodies débloqués lors de la campagne. Et le palier maximum sera d’environ 400€ avec des planches originales, des dédicaces couleurs, …

As-tu peur que le côté érotique ou coquin prenne le dessus sur la partie historique ?

evenC’est du 50-50 au niveau du dosage. Donc que quelqu’un qui aime l’histoire doive subir la partie érotique ou que quelqu’un qui aime l’érotisme doive subir la partie histoire, pour moi c’est tant mieux ! Ça permettra de leur ouvrir leurs horizons.

3.PNG

Comment fais-tu pour que ton tome ne tombe pas dans un pamphlet sur la culture du viol dont tu parlais plus haut ?

evenY’a rien de plus simple. Il suffit que la totalité des personnages soit consentante tout le temps. C’est tout con en fait. J’ai un autre album sur la Rome Antique, une époque durant laquelle les gens n’étaient pas très tendres par rapport aux femmes, mais il n’y a aucun viol. Même quand je dessine des scènes d’orgies toutes les personnes sont consentantes et ont signé pour ce qu’il est en train de se passer. Donc finalement c’est assez simple à faire, d’arrêter de forcer quelque chose à l’autre. Que ce soit homme ou femme d’ailleurs.

Et comment as-tu géré cette problématique plus spécifiquement sur Le petit derrière de l’Histoire ?

evenSur la première page, Marie ne se rappelle plus de sa nuit et la personne avec qui elle a couché. Et en se réveillant elle se rend compte que c’est un homme des cavernes. On comprend rapidement que c’est une fille qui aime bien s’amuser, qui a eu une aventure d’un soir, qui a un peu trop bu. Et lorsque que l’homme des cavernes va chercher à la prendre elle va se rappeler sa nuit de la veille et se dire que c’est un bon prétexte pour s’amuser et essayer de nouveaux partenaires. Donc ça c’est fait facilement en fonction de la personnalité et du passé du personnage. Et toute l’histoire va découler de ça, du fait qu’elle veuille rentrer chez elle. Surtout qu’elle comprend rapidement que dès qu’elle donne une idée à un amant en étant avec lui elle refait un saut dans le temps. Finalement elle va donc aller chercher les relations pour arriver à son but.

As-tu des craintes sur la réception de l’oeuvre ?

evenAucune. Avec Le petit derrière de l’Histoire j’apporte quelque chose qui n’est pas fréquent dans le milieu de la BD érotique. La culture du viol est beaucoup plus fréquente que l’inverse. Au contrainte j’apporte quelque chose de nouveau et de frais avec ce design cartoon et humoristique. Et même pour ceux qui ont un peu plus de pudeur, le style de dessin peut leur permettre d’apprécier l’oeuvre, la vision de la sexualité sera moins agressive.

Voilà qui clôture cette interview qui j’espère vous aura plu et vous aura permis de découvrir un penchant de la bande dessinée un peu moins connu par le grand public. J’espère que l’histoire de Katia vous intéresse autant que moi avec ce mélange d’Histoire et d’érotisme enfantin. Si vous voulez encore en découvrir un peu plus voici le trailer youtube de l’oeuvre !

N’hésitez pas à aller jeter un œil à la campagne Ulule qui a déjà passé le cap des 100% du financement, l’album verra donc le jour et c’est une très bonne nouvelle ! Vous pouvez toujours continuer à la supporter, d’autres paliers sont présents avec de nouveaux goodies !

Et pour finir un grand merci à Katia pour le temps qu’elle nous a accordé et pour sa gentillesse. Bon courage pour la suite du financement du Petit derrière de l’Histoire !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s