Bonjour bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans ce petit édito, qui va s’attaquer à un sujet qui me tient particulièrement à cœur : la place du héros dans notre inconscient collectif, de sa définition et de ce qui fait son identité.

Si j’ai souhaité donner mon avis – et ça n’est que ça, un avis personnel et donc biaisé – sur le sujet, c’est parce que de trop nombreuses fois j’ai pu voir, lire, ou même participer à des débats sur les réseaux sociaux qui se terminent en “mais c’est pas le vrai Batman” ou encore “le vrai Thor c’est Odinson”. Et ça m’a donc fait arriver à tout un tas de questions : qu’est-ce qui fait du héros, le héros ? Est-ce l’arme ? La personne qui la tient ? La mort de ses parents à un âge qu’on trouve acceptable pour le propulser dans une violente folie justicière ?

Un peu de contexte : le cas “Thor Jane Foster” et le cas “Batman”

En 2014/2015, lors de l’event “Original Sin”, Thor Odinson reçoit une révélation qui va bouleverser son univers et le rendre “unworthy” de Mjolnir. Pour reprendre la place laissée vacante et parce que les neuf royaumes ont besoin d’un Thor, Jane Foster (re)devient digne de soulever Mjolnir et reçoit donc les pouvoirs de Goddess of Thunder.

goddess_of_thunder

The Goddess of Thunder. Franchement, elle a l’air aussi badass que Odinson non ?

Vous voyez déjà arriver les levées de bouclier, pas vrai ? “Quoi, une femme Thor ? Non, jamais, Thor c’est Odinson, la preuve, c’est son nom !”. Alors oui, certes, le Dieu du Tonnerre c’est Thor, mais c’est bien écrit sur le marteau que quiconque peut le soulever recevra les pouvoirs de Thor. En soit, Jane Foster ne devient pas Thor, elle en reçoit les pouvoirs et prend la place que Odinson a laissé. Dans les faits, elle se bat pour les mêmes valeurs et avec la même fougue – si ce n’est plus – que Odinson lui-même. Alors peut-on vraiment considérer qu’elle n’est pas le vrai Thor, quand elle prend le boulot et le fardeau avec un investissement tel que chaque utilisation de Mjolnir la rapproche de la mort ? Est-ce vraiment l’identité de la personne qui tient le marteau qui définit Thor ?

Le problème a d’ailleurs été largement moqué dans les pages des différents comics Thor depuis 2014, exhibant des poster “False Thor” ou “Not My Thor” placardés un peu partout dans Asgard. Odin lui-même s’opposait à ce que Jane garde le marteau, qui ne lui revient pas de droit. Mais c’est quand même bel et bien son sortilège qui fait que Mjolnir la considère digne.

Concernant Batman, le problème est un peu différent. La discussion provient d’échange autour du film Joker avec Joaquin Phoenix lors de l’annonce de la présence de Thomas Wayne. Là encore, levée de boucliers des fans : si Thomas est en vie, alors Batman n’existe pas.

brett-cullen

Brett Cullen jouera Thomas Wayne dans le film Joker avec Joaquin Phoenix.

Et là, patatra. Alors oui, je le conçois, la mort des parents de Bruce est un élément déclencheur dans sa transition vers Batman. Mais est-ce vraiment une bonne idée de conclure aussi rapidement à l’absence de Batman dans le film ?

On pourrait déjà imaginer, dans un premier temps, qu’on soit sur un elseworld à la Flashpoint où c’est en réalité Thomas Wayne qui a l’identité du Batman. Ou bien même quelqu’un de complètement différent, quelqu’un qui pourrait servir de modèle pour un Bruce qui n’a pas connu un tel trauma dans sa jeunesse ? Ou même qui pourrait le vivre plus tard dans sa vie et devenir le Batman à l’âge adulte ?

L’identité du héros ou le symbole du héros ?

Ce qui me marque le plus dans les 2 cas que je vous expose, c’est l’importance que l’on donne à l’identité de la personne qui porte le masque. Dans l’inconscient collectif, Batman c’est Bruce Wayne, Iron Man c’est Tony Stark et Captain America c’est Steve Rogers. Alors lorsque l’on cherche à présenter quelque chose de différent (Sam Wilson qui prend le bouclier, Iron Heart/Riri Williams qui porte l’armure) ça hurle au dénaturement du personnage. Mais en même temps, ça hurle parce que les Big Two ne proposent plus rien de différent, du déjà-vu, des histoires sans saveurs qui ne font rien progresser.

identite_du_heros

Clark Kent est Superman. Mais Superman est-il forcément Clark Kent ?

Se pose alors une question essentielle : est-ce l’identité de l’homme derrière le masque qui fait l’identité du masque ? A mon avis, non.

Quand je lis un Hulk, est-ce que je lis une histoire sur Bruce Banner, ou est-ce que je veux voir un récit intéressant sur des personnes en proie à une dualité schizophrénique avec un monstre pas content du tout ?

Quand je lis un Batman, est-ce que j’ai besoin que Bruce Wayne aie perdu ses parents quand il était gamin pour être content de le voir tenter de déjouer les plans du Joker ?

Alors qu’est-ce qui fait vraiment l’ADN du personnage, son identité secrète ou ses actions, ses valeurs, ses idéaux ?

Reste un contre argument de taille, et le seul que je veux bien entendre : les actions font *UN* héros, tandis que l’identité fait *LE* héros. Reste à savoir où l’on place le curseur de l’identité. Toute personne portant Mjolnir est-il Thor ? Ou bien sont-ils juste imbus du pouvoir de Thor pendant un temps ? Est-ce qu’un homme habillé de noir et une cape à Gotham a besoin de voir ses parents mourir pour être le Batman ?

Dans un monde où l’on accepte de multiples versions du personnage dans de multiples univers, pourquoi est-il si difficile d’accepter que le nom de Batman puisse être porté par un autre que Bruce Wayne, ou par un Bruce Wayne qui n’a pas exactement vécu les mêmes choses ?

L’identité se définit comme la somme de nos expériences. Ainsi, si quelqu’un revient en arrière et change une de mes expériences, je ne serai plus la même personne aujourd’hui. Alors si Bruce ne voit pas mourir ses parents, il ne sera pas le Batman que l’on (prétend) connaître depuis 80 ans. Mais est-il pour autant “pas Batman” ?

Ce qui m’attriste le plus dans cette histoire, c’est qu’on résume un personnage avec des décennies de développement à quelques évènements. Tony Stark est un alcoolique, et il n’a pas touché à une goutte d’alcool depuis plusieurs années. Est-ce que ça fait de lui un autre Iron Man parce qu’il ne boit plus ?

demon_in_a_bottle.jpg

Et la diversité dans tout ça ?

Et oui, vous ne pensiez quand même pas qu’on allait parler de changement sans parler de diversité ?

L’idée de Marvel dans le changement de certains de ces « vieux » personnages était d’apporter un vent de fraîcheur, et surtout de la diversité dans sa ligne éditoriale : un Captain America et un Iron Man noir(e), une Ms Marvel musulmane,…

marvel_new_generation.jpg
La nouvelle génération Marvel : Thor femme, Hulk asiatique, Cap noir, etc. 

Et si l’intention est louable, l’exécution en est pour le moins… Meh.

Aucun souci sur le fait d’avoir de la diversité sur des personnages connus, mais ça rend juste l’impression de quelque chose de forcé, de limite… Marketing ?

Pour certains exemples, on comprend le changement. Sam Wilson qui reprend le bouclier de Captain après des années à être son side-kick, c’est limite logique que le bouclier lui revienne. De même pour Jane Foster, on l’a toujours su plus ou moins worthy de Mjolnir, et compte tenue de son histoire avec Odinson, on peut facilement l’imaginer vouloir occuper la place vacante pour ne pas laisser les Royaumes sans Thor. Miles Morales a été Spider-Man depuis des années dans l’univers Ultimate et X-23 se balade depuis un moment avec des griffes à la Wolvie. Enfin, Kamala Khan est là depuis 5 ans et prend le nom de Ms. Marvel plus par hommage à son idole Carol Danvers. Mais surtout ce qui fait de ces exemples des personnages attachants c’est qu’ils ont une vraie histoire.

Pour d’autres, en revanche, on se demande clairement si c’est pas une idée de marketeux pour faire de la fausse inclusion, et – n’ayons pas peur des mots – remplir des quotas. Prenons par exemple Iron Heart, Riri Williams, jeune fille, noire, la « nouvelle » Iron Man. Le personnage est introduit de façon limite anecdotique, et surtout n’a aucun développement ni aucune profondeur à part « Aidez-moi Mr Stark j’arrive pas à tout faire toute seule ». Pire encore, elle passe la majorité des issues après la disparition de Tony suite à Civil War II à continuer de vivre dans l’ombre de Tony, sans prendre son indépendance, et toujours sans vraiment de profondeur. C’était du moins vrai jusqu’à la nouvelle ongoing « Iron Heart » sortie à l’occasion du Fresh Start, qui donne enfin une vraie identité et une vraie personnalité à cette nouvelle héroïne. Au final, un personnage un peu creux, qui méritait pourtant mieux…

o-CAPTAIN-AMERICA-NOIR-570.jpg

Avoir un personnage issu d’une minorité dans les comics c’est déjà hyper important pour tout ce qui est représentativité, mais surtout ça permet de discuter de problèmes différents. Je prends pour exemple le magnifique « Sam Wilson: Captain America » qui mettait un personnage noir en symbole de l’Amérique. Une vraie critique de la société raciste qui montait déjà à l’époque aux US, et surtout des scènes extrêmement intéressantes sur la violence policière envers les personnes de couleur, et la justice à double vitesse dont sont souvent victimes ces populations. Et franchement, j’aurais tellement aimé une Riri qui limite déteste Tony Stark, un ancien vendeur et producteur d’armes, compte tenu de sa propre histoire personnelle compliquée avec les armes à feux… Mais non, on reste au stade de la groupie, alors qu’on aurait pu avoir une vraie critique intéressante de la culture des armes aux US…

Je parle beaucoup de personnes de couleurs, mais d’un point de vue sexualité c’est pas beaucoup mieux. Faire de Iceman un personnage gay, qui débarque comme un cheveux sur la soupe, sans même un développement ou quoi… Et là encore, chaque fois qu’on parle de sa sexualité, c’est pour montrer qu’il est gay, ce qui ne fonctionne pas vraiment dans une logique d’inclusion, mais plus dans une logique de « Eh, regardez, on a un personnage gay ! » Il y a pourtant tout un tas de personnages LGBT+ dans l’univers Marvel (et sûrement chez DC, mais mon manque de connaissances chez eux m’empêche d’en parler vraiment) qui mériteraient d’avoir une plus grande place dans l’univers, si tant est qu’on puisse leur donner des histoires intéressantes… Prenons America Chavez, qui était extrêmement intéressante dans Ultimates², ou bien encore Moondragon et Phyla-Vell dans la partie cosmique. Leur sexualité n’est pas une excuse à la diversité, et c’est traité intelligemment et sans forcer le trait.

Un des comics récents qui selon moi fonctionne le mieux en terme de diversité et de passage de changement d’identité du héros c’est l’univers Black Hammer. On a de tout, un alien homosexuel, un héros chef de bande noir,… De la diversité non forcée, et surtout dont le caractère qui fait leur diversité n’est pas le seul point déterminant du personnage. Chaque fois qu’on parle de leur « différence », c’est pour faire avancer l’histoire, et non pas pour appuyer un peu plus le point. Quant au passage de pouvoir, la fille du héros mort reprend son marteau, son nom, sans que ça ne pose le moindre problème à personne. Black Hammer est une idée, un symbole.

En conclusion…

Je sais, je sais, mon article ne vous donne pas vraiment de réponse. Et en même temps, qui suis-je pour vous imposer une façon de penser ?

Personnellement, je pense qu’il est assez intéressant de séparer l’identité du héros. Prenons l’exemple de Into the Spider-Verse récemment, chaque identité différente de Spidey apporte quelque chose d’unique, un point de vue différent, un traitement particulier, en partageant toutes les valeurs de Spider-Man. Et quel est notre droit de décider, parmi toutes ces facettes, qui est le vrai, seul et unique Spidey ? 

spiderman-into-the-spider-verse.jpg

Et au final, est-ce que c’est utile comme débat ? Nos héros ne sont-ils pas tous multi-facette ? Ne sont-ils pas des « Héros aux mille et un Visages » ? Le monomythe de Joseph Campbell (décrit dans le livre habilement nommé ci-avant) nous apprend que tous les héros sont foncièrement les mêmes, et ce qui fait du héros le héros c’est bien ses actes, ses symboles. L’identité importe peu, ce qu’on retient, c’est son parcours et la façon dont il agit face à l’adversité. 

Cependant, si pour vous Thor doit forcément être Odinson, eh bien c’est tant mieux. Et si vous êtes plus du côté symbolisme qu’identité, c’est bien aussi. Tant que chacun s’y retrouve et passe un bon moment, aucune raison de s’en faire 😉

 

Merci pour la lecture, c’est un sujet qui divise beaucoup, et on est toujours contents d’avoir votre avis, alors n’hésitez pas à le partager dans les commentaires ou sur les réseaux sociaux !

Pour ceux qui s’intéressent au monomythe de Joseph Campbell et voudraient des exemples complets, je vous propose ce petit lien avec entre autres une application à Star Wars Episode IV qui pourra vous éclairer un peu sur cette théorie ! Sinon Le Héros aux mille et un Visages a été réédité en VO et en VF il y a peu, si vous voulez pousser le vice jusqu’à le lire 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s