La semaine passée je vous parlais d’Atomic Robo et de son label Paperback qui réussit un sans faute en sortant d’excellents comics. C’est également le cas de la maison Snorgleux qui dispose d’un catalogue de qualité avec Animosity pour ne citer que lui. Quand en plus l’éditeur se paie les droits d’adaptation française d’un récit complet en un tome de Warren Ellis et Phil Hester il y a de quoi être tenté ! Sans plus tarder passons à l’analyse de Shipwreck.

rco014_1484152225

Bon on va commencer simplement, si vous n’avez pas encore acheté ce comics, faites-le ! Tout de suite ! Allez, quittez cette page et foncez vous le procurer ! Je ne vais pas spoiler le déroulé du récit comme d’habitude mais sérieusement découvrez-le sans idées préconçues. Découvrez-le avec un esprit vide de toute notion, vide de toute représentation. Cela vous en fera le plus grand bien et je pense que vous pourrez prendre une claque de la même intensité que moi. Vous êtes prévenus maintenant allons-y !

Il est très compliqué de résumer Shipwreck sans révéler des informations de l’intrigue pour une raison que je vous exposerais par la suite. Au lieu de résumer avec mes mots je vais vous proposer la quatrième de couverture de l’éditeur, ça sera moins original mais ça permettra de ne pas en dire trop ou trop peu.

Seul survivant d’un naufrage aussi singulier que secret, le Dr Charpentier ne sait pas où il se trouve. Vraisemblablement piégé sur une route sans fin, à la poursuite d’un saboteur qui détient la clé de son salut, ou de sa perte.

rco015.jpg

Voilà le point de départ, un homme plongé dans un mystère et qui ère à la recherche d’un homme et de la compréhension. Et c’est pour cette raison que le tome est difficilement résumable car il s’agit d’un mystère complet lorsqu’on ouvre la première page. Warren Ellis va nous distiller les pièces du puzzle lentement au fur et à mesure de l’avancée de son personnage et je ne suis même pas sûr d’avoir tout découvert à la première lecture. Le personnage avance de situations en situations, de lieux en lieux et de rencontres en rencontres. Quel plaisir de ressentir cette sensation, de ne pas tout comprendre au début pour voir au final les explications nous être données au compte goutte. Quel plaisir de ne pas connaître un univers, ses règles, ses personnages et leurs passés. A la lecture de ce comics je retrouve cette joie d’être déboussolé en démarrant une histoire, cette joie que j’ai perdu face à des séries que je connais comme Batman pour ne citer que lui. Si vous cherchez une série au scénario bien mené, qui prend son temps et dévoile son univers au fil des chapitres Shipwreck sera fait pour vous ! Je n’en dis pas plus concernant l’histoire pour vous laisser découvrir ses rebondissements.

Passons maintenant à la partie graphique de l’oeuvre. Et l’essai est somptueusement transformé par Phil Hester. Bien que le monsieur ait de la bouteille dans l’industrie c’était le premier comics que je lisais sous son trait. Et bordel quelle claque ! Quel univers immersif il arrive à créer, des illustrations en osmose avec le scénario mis en place notamment sur le mystère de la terre et des personnages. Un style minimaliste encore une fois, avec très peu de détails mais qui en exprime tellement. Parfois on peut proposer une vision simple et sans fioritures qui marche bien plus que quelque chose qui regorge d’informations. Shipwreck en est l’exemple parfait !

rco003_1478709637

Dès les premières pages on est emporté dans ce tourbillon. Au départ sans dialogues et juste avec une narration visuelle. L’encrage est également très présent et notable, tout comme la colorisation. Comme vous pouvez le voir nous sommes sur des tons ternes, des couleurs dé-saturées, pas de flashys ici et cela colle encore une fois parfaitement à l’histoire du Dr Charpentier perdu dans son malheur et dans sa recherche. D’ailleurs Snorgleux propose en annexe l’évolution de deux pages du scénario, en passant par le crayonné, l’encrage, la colorisation et le lettrage. Pour tout ceux qui aiment savoir les dessous de la création je vous conseille franchement d’y jeter un oeil.

Et si ce n’est que cela mais Phil Hester regorge d’idées de découpage et de mise en scène. Cela fait très longtemps que je cherche un exemple précis de page à analyser dans mes reviews. Une page qui m’aurait sauté aux yeux par sa fluidité et je l’ai trouvé ici. Là voici.

rco019

A première vue rien de bien différent mais étudions cela plus en détails. Tout d’abord l’œil est attiré par la première case, assez rapidement nous passons à la seconde et c’est là que le dessinateur nous propose un cheminement visuel pour comprendre pleinement sa scène. La seconde case était sur la partie droite, on baisse l’oeil vers le héros en contre jour, héros qui tient un balai vers le haut, balai qui nous amène vers ce globe et cette traînée de sang. Puis la chaussure, la brochette, le couteau et le comptoir pour enfin basculer sur la case finale et la finalisation de l’action. Grâce à la mise en scène des éléments du décor Phil Hester a forcé notre oeil à suivre le mouvement pour atterrir exactement où il le souhaitait. Et voilà ce que cela donne avec une explication visuelle.

RCO019.jpg

Et comme d’habitude je vous propose un petit florilège de cassages de rétines.

Shipwreck est une véritable claque, un petit bijou en un tome. Warren Ellis nous propose une aventure mystérieuse qui dévoile ses enjeux lentement et qui mérite assurément une seconde lecture. De son côté Phil Hester complète parfaitement l’oeuvre avec un style simple mais grandiose, une colorisation parfaite, des idées de découpage et de mises en scène à faire étudier (dur de continuer à trouver des superlatifs). Bref Shipwreck est un comics à posséder !

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67

 

4 réflexions sur “Shipwreck : Comics Review

      1. Je suis assez difficile sur le graphisme et beaucoup de comics me déçoivent sur ce plan (j’ai eu beaucoup de mal avec Larck sur Lazarus malgré un super scénar, par exemple). Je trouve que les américains n’ont pas notre exigence franco-belge. Mais j’irais regarder plus en détail. Merci

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s