Ho ho ho !

Vous vous doutiez bien qu’on allait pas vous laisser passer Noël sans une petite review en plein dans le thème. En ce jour de Réveillon on vous propose l’analyse de Batman Noël, le comics de Lee Bermejo qui, on vous le donne dans le mille, se passe durant la période des fêtes. Cette oeuvre est-elle le cadeau comics idéal à déposer sous le sapin ? On va essayer d’y répondre dans l’article.

img_20181211_1200271984895070.jpg

Pas de congés maladie

C’est Noël à Gotham City mais le protecteur de la ville n’a pas le droit à une journée de repos dont il aurait pourtant grand besoin. Mais le Joker ne prend pas de vacances et continue de terroriser la ville. Néanmoins l’histoire va plutôt se lier à l’un de ses employés et qui obligeait de travailler pour le psychopathe pour subvenir à ses besoins et notamment pour payer les factures médicales de son fils malade. Le récit sera d’ailleurs narré via son fils et l’histoire qu’il aura pu lui raconter. Ces deux personnages vont permettre la mise en place de l’intrigue afin que Batman puisse appréhender le Joker mais également pour qu’il se remette en question et à en apprenne davantage sur lui-même.

Parlons déjà d’une idée tellement simple qu’elle en devient géniale et qui balaie la caractérisation invincible et trop commune des super-héros humains. Dans ce tome, Batman est malade ! Pas malade au point de mourir d’un cancer ou de ce genre de maladie grave. Batman a ce qui ressemble au départ à un gros rhume et qui s’avère être une pneumonie. Batman a attrapé une pneumonie à cause de son hygiène de vue en tant que justicier, en ne dormant que quelques heures par nuit, en sautant de toit en toit par des températures négatives, … Vous le voyez le génie ? Enfin, je dis enfin, un auteur qui ajoute un brin de réalisme à l’univers du chevalier noir. Enfin Batman n’est plus invulnérable et peut contracter des choses du quotidien. Ca parait tellement logique qu’à un moment il ne puisse plus opérer son rôle de justicier à 100% de ses capacités. C’est tout bonnement impossible. En plus de tomber sous le sens, ça permet aussi de montrer Bruce de manière plus humaine et attachante. Un Batman qui a ses faiblesses et qui peut dans un mauvais moment perdre à cause de son caractère humain. Et c’est tout ce qui le différencie avec Superman, qui fait une brève apparition.

img_20181211_120137-1495835348.jpg

L’esprit de Noël est abordé notamment via la présence du jeune garçon qui, malgré sa maladie et les conditions d’extrême pauvreté dans lequel son père et lui vivent, garde son âme d’enfant et sa joie de vivre. Leur introduction permet aussi de voir une partie de Gotham qu’on oublie trop régulièrement dans les comics à mon sens. Cette partie de la ville en proie à la misère et la pauvreté. Bermejo réalise un très bon travail pour lui donner vie et se sent réellement projeté dans ces quartiers délabrés.

Mais surtout la présence de ces deux protagonistes habituellement inconnus, va permettre au chevalier noir de se remettre en question et de remettre en question ses méthodes. Le personnage dispose d’une vraie évolution et ce sur un nombre de pages plutôt restreint. Même si on pourrait reprocher au scénario de ne pas montrer grand chose en terme d’événements au premier plan, il dispose d’un fond bien plus complexe et intéressant qu’il n’y parait.

Je me permets d’ailleurs d’ajouter rapidement que je deviens au fur et à mesure un grand fan de la méthode de narration utilisé par l’auteur. Le fait de voir les écrits directement dans les décors et non dans des encarts à par entière renforce l’immersion je trouve. Ça peut paraître idiot mais ressent une plus grande cohérence et bien sûr cela est aussi dû au fait que le narrateur soit un membre de l’intrigue et non quelqu’un d’omniscient. Bermejo n’est pas que doué aux dessins donc.

img_20181211_115918-409813606.jpg

Plus les mots

Oui, j’ai plus les mots. J’ai plus les mots pour définir à quel point les visuels créés par Lee Bermejo sont des œuvres d’art. Son travail est encore une fois magistrale. Que ce soit sur l’ambiance mise en place avec la période temporelle dans laquelle on ressent parfaitement l’hiver glaciale. Que ce soit sur les la projection dans les différents environnements et notamment cette partie pauvre de la ville. Et bien sûr que ce soit sur la représentation des personnages d’une manière tellement iconique. Bermejo réalise un véritable sans faute ! Je n’ai rien d’autre à dire, profitez du coup de crayon de l’intéressé et prenez plaisir à voir des artistes de la sorte travailler sur des personnages que l’on apprécie autant !

Court, intense, profond et sublime. Voilà quelques adjectifs pour définir ce Batman Noël de Lee Bermejo. L’auteur/dessinateur nous plonge dans un Gotham hivernal et peu accueillant et fourmille d’idées créatives pour mettre en place une histoire qui se focalise avant tout sur son personnage principal et son évolution au travers de ses actions passées. Vous voulez lire un bon comics Batman demain pour fêter la période de Noël ? Alors foncez sur cet indispensable !

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-66

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s