Bienvenue dans ce nouvel article de l’Atelier Comics de Noël, notre calendrier de l’avent participatif. C’est au tour de Zephiranth de se lancer dans l’aventure et on l’en remercie grandement. Avant de lire ce qu’il a à vous proposer je me permets de vous partager son compte Twitter. N’hésitez pas à aller le suivre si ce n’est pas déjà fait. Je laisse la place maintenant pour son partage.

Il paraît qu’il parle aux poissons…

Nous y sommes, Arthur Curry va enfin avoir droit à son propre long-métrage dans le World of DC. En effet, demain sortira dans les salles françaises le tout premier film dédié à Aquaman et c’est James Wan, accompagné de Jason Momoa, Amber Heard, Patrick Wilson et bien d’autres, qui nous livrera sa vision du mythe atlante version DC Comics.

Nettement moins populaire que Batman, Superman ou encore Wonder Woman en France, mais surtout assez méconnu, le personnage d’Aquaman a pourtant traversé les époques depuis sa création en 1941. Les années apportant leur lot de modifications, partant de petites retouches sur le caractère du personnage à plusieurs refontes de l’origin story, il peut être difficile de s’y retrouver. Nous allons donc tenter dans cet article, de vous résumer les informations essentielles de l’Histoire du personnage, afin que vous soyez fin prêts pour vous rendre en salle dès demain.

La période Pré-Flashpoint

IMAGE 1

Imaginé par Paul Norris et Mort Weisinger, Aquaman est apparu pour la première fois en 1941, dans la dernière partie du magazine More Fun Comics #73. Le concurrent Funnies Inc. ayant déjà son super-héros aquatique, le fameux Namor, apparu en 1939 dans Marvel Comics #1, DC se devait de combler ce manque dans son catalogue.

Notre héros fait une entrée remarquée en plein âge d’or des comics en combattant des sous-marins nazis, essayant de couler un navire de réfugiés. Le ton est relativement léger et l’origine du personnage, contée par lui-même, est encore bien loin de celle que l’on connaît aujourd’hui. Il est le fils d’un célèbre explorateur des fonds marins et d’une mère décédée quand il n’était encore qu’un bébé. Son père, dont il tait le nom, avait découvert la cité perdue d’Atlantis et s’y était installé. Bien au chaud dans sa maison étanche, il étudiait la civilisation disparue d’Atlantis, sa science, sa technologie et y découvrit le moyen de permettre à son fils de vivre en milieu sous-marin et d’améliorer ses capacités physiques.

Aquaman est donc capable de respirer sous l’eau, est doté d’une force et de sens surhumains et peut communiquer avec les animaux marins…

Dans cette version, il peut littéralement « parler » aux poissons, puisqu’il s’agit de communiquer avec eux dans leur propre langage ; capacité qui sera d’ailleurs souvent l’objet de railleries pour les plus taquins d’entre nous…

Après avoir combattu nazis et pirates pendant une bonne partie du Golden Age, à travers ses publications dans More Fun Comics puis Adventure Comics, Aquaman va connaître le premier changement majeur de son origin story. Dans Adventure Comics #260 Robert Bernstein introduit l’alias aujourd’hui bien connu d’Aquaman, Arthur Curry. C’est donc le début d’une nouvelle ère pour le héros. Dans sa version de l’âge d’argent, Arthur Curry est le fils d’Atlanna, une atlante et d’un gardien de phare, Tom Curry.

Atlanna qui avait quitté Atlantis, fut gravement blessée lors d’une tempête. Tom la trouva inconsciente et pris soin d’elle. Ils finirent par tomber amoureux et eurent un fils. Ici, les capacités d’Arthur lui viennent donc de ses origines et non plus des « expériences » de son père. Les premières pierres du Aquaman d’aujourd’hui sont posées. Ses pouvoirs restent plus ou moins les mêmes, sauf concernant la communication avec les animaux marins, qui dorénavant s’opère par télépathie.

Cette période est probablement l’une des plus importantes de l’histoire du personnage, puisque quelques mois après, la Justice League of America voit le jour. Aquaman en est l’un des sept membres fondateurs, aux côtés de Batman, Superman, Wonder Woman, Martian Manhunter, Flash et Green Lantern.

C’est aussi pendant le Silver Age qu’apparaissent certaines des figures les plus emblématiques de la mythologie d’Aquaman. Mera, Black Manta, Vulko, Aquagirl, sont parmi les plus connus, même s’il s’agit de versions pour la plupart assez éloignées de celles qui vivent aujourd’hui dans les cases du DC Rebirth. Parmi ces têtes d’affiche, apparaît le fameux Orm, qui est l’antagoniste principal du film. S’il s’agit déjà du demi-frère d’Arthur, il est en revanche totalement humain lors de sa première apparition. Fils de Tom Curry et de Mary O’Sullivan, rencontrée après la mort d’Atlanna, Orm deviendra le terrible Ocean Master, après avoir perdu la mémoire et disparu un temps.

Suivant toute une série de nouvelles aventures pour notre héros, dont l’excellent Death of a Prince dans les années 70, édité tout récemment en France par Urban Comics, arrive l’âge moderne. Et voilà que de gros changements interviennent à nouveau dans l’histoire de notre atlante préféré.

Atlanna était mariée au roi Trevis qui ne pouvait pas avoir d’enfant. Une nuit, Atlan rendit visite à Atlanna en songe et elle tomba enceinte. Bien conscient que le petit Orin n’était pas son fils à cause de ses cheveux blonds, synonyme de malédiction chez les superstitieux atlantes, Trevis fit exiler le petit. Notre héros fut alors recueilli par Porm, la reine des dauphins, qui lui apprit à nager et pêcher, et s’occupa de lui pendant une partie de son enfance.

Après une rencontre malheureuse avec des pêcheurs qui occasionna la mort de son frère adoptif Drin, il quitta la famille. Puis, il finit par rencontrer Tom Curry, qui l’adopta à son tour. Ainsi, Orin devint à nouveau Arthur Curry.

Ensuite, plusieurs auteurs apposent plus ou moins leur marque sur le personnage, apportant avec eux leur lot de nouvelles idées, tels que Peter David, Dan Jurgens, Rick Veitch, Kurt Busiek, John Ostrander, Will Pfeifer, Keiff Giffen et bien d’autres…

Aquaman est un personnage particulièrement intéressant de par les thèmes qu’il a permis d’explorer au cours des différentes époques. Notamment lorsqu’il s’agit de politique, et d’identité. Originaire de deux mondes méfiants voire hostiles l’un envers l’autre, Arthur n’est jamais pleinement accepté ni par les atlantes, ni par le peuple de la surface. Une quête d’identité qui transparaît dans beaucoup de récits sur le héros et qui permet aux auteurs de creuser sa personnalité de manière unique. Malgré cela, et beaucoup de très bons récits sérieux, sombres et souvent complexes, le personnage a longtemps gardé et garde encore dans une certaine mesure, une image de héros un peu ridicule, cible de toutes sortes de moqueries et montages peu flatteurs. Sûrement due en grande partie à sa version golden age puis à l’image complètement désuète exposée dans la série animée Aquaman de la fin des années 60 et dans Super-Friends ensuite, la perception du héros qui parle aux poissons va grâce à Geoff Johns et au nouveau départ opéré par DC, grandement évoluer en 2011.

Image-2

New 52, la renaissance ?

Après plus de 70 ans de développement, l’univers partagé DC et sa continuité sont devenus particulièrement complexes et difficiles d’accès pour les nouveaux lecteurs. Partant de ce constat et de l’incapacité de DC à détrôner Marvel de sa première place sur le marché depuis des années, Dan Didio, Jim Lee et Geoff Johns décident, de lancer un « reboot » (quasi) complet de l’univers DC, connu sous le nom de New 52 ou Renaissance en France. En 2011, les différentes séries repartent donc au numéro 1 et le nouveau lecteur est invité à découvrir cette toute fraîche itération du DC Universe. Le canon ayant été, à quelques exceptions près remis à zéro, Geoff Johns décide qu’il est temps qu’Aquaman soit définitivement pris au sérieux et prenne la place qui lui revient de droit dans le coeur des lecteurs.

IMAGE-3

Avec la nouvelle série dédiée au personnage, Johns reprend en grande partie la base de l’origin story de l’âge d’argent, Arthur Curry y est donc le fils de Tom Curry et d’Atlanna, mais il y apporte quelques modifications : Atlanna est reine d’Atlantis et cette fois, c’est elle qui porte secours à Tom, alors qu’il essaie de sauver un navire à la dérive.

« ça fait quoi… d’être Aquaman ? Eh bien vous savez… Les blagues, les sketchs à la télé ou sur Youtube. Qu’est-ce que ça fait d’être la risée de tout le pays ? De n’être le super-héros préféré de personne ? ».

Dès les premières pages, Johns fait référence directement dans son histoire, via les mots de plusieurs personnages, à l’injuste méconnaissance du public concernant l’atlante, afin d’accentuer le contraste entre celle-ci et l’excellent personnage qu’est réellement Aquaman. Arthur Curry est tout aussi profond et intéressant qu’un Bruce Wayne ou un Clark Kent, et ça, Geoff Johns compte bien le démontrer à nouveau. Il nous présente un héros noble, charismatique, puissant et complexe, toujours aussi déchiré entre ses deux mondes d’origine et ce que chacun attend de lui. Un élément assez symbolique et représentatif de cette volonté de casser l’image désuète du personnage, est l’affirmation qu’en fait, Arthur ne parle pas aux poissons, leur cerveau est trop primitif pour ça, il les incite simplement par télépathie à lui venir en aide.

Dans ce run, reconnu comme l’un des tous meilleurs, il sera opposé à son frère Orm, le terrible Ocean Master dans l’un des events les plus spectaculaires de New 52, à son nemesis bien connu Black Manta, aux terribles monstres de la Fosse et à bien d’autres ennemis tout aussi redoutables.

Geoff Johns n’est clairement pas le premier auteur à prendre le héros au sérieux, mais il est sans doute celui qui a le mieux réussi à attirer de nouveaux lecteurs vers Aquaman, bien aidé il est vrai, par la remise à plat de la continuité.

Jeff Parker prend la suite de Johns au numéro 26 avec une histoire globalement toujours de bonne qualité.

Il est donc fortement conseillé à tout ceux qui voudraient découvrir cet univers, de se procurer les deux tomes de l’édition intégrale publiés par Urban Comics.

Enfin, en 2016, arrive le DC Rebirth, avec un nouveau redémarrage des séries au numéro 1. Cette fois il s’agit d’un relaunch, et non d’un reboot, on garde donc la continuité New 52, l’histoire continue.

C’est Dan Abnett qui prend la relève et la nouvelle série se concentre beaucoup, à ses débuts, sur la politique et la diplomatie entre humains et atlantes. Arthur souhaite que les relations entre ces deux mondes s’apaisent. Pour ça, il crée une ambassade atlante à Amnesty Bay et fait de Mera son ambassadrice. Le travail sera difficile et le couple royal le sait, la surface a de bonnes raisons d’avoir peur après l’attaque massive menée par Ocean Master lors de l’event Throne of Atlantis (New 52).  De plus, les menaces sont nombreuses et certains ne voient pas d’un bon oeil la cohabitation pacifique que le roi rêve d’instaurer.

Globalement la série est bien accueillie par le lectorat et c’est également une lecture à conseiller. Urban Comics a déjà publié 4 tomes du Aquaman Rebirth.

Après ce tour non-exhaustif, mais nous l’espérons, au moins un petit peu instructif, vous devriez avoir ce qu’il vous faut pour vous intéresser à Aquaman et à son univers riche, vaste et passionnant.

Urban Comics a fourni un très bon travail d’édition ces derniers temps concernant le héros aquatique, vous devriez pouvoir trouver votre bonheur. Disponibles en VF les Aquaman de la période New 52 en édition intégrale, les Aquaman Rebirth, comme dit précédemment, mais également les très intéressants Aquaman Sub Diego (2 tomes) et La Mort du Prince sont à conseiller. Tout ces récits sont de bonne facture et dans l’ensemble très accessibles. On espère tout de même qu’Urban Comics va continuer le travail et nous fera profiter d’encore bien d’autres histoires dans l’avenir. Un peu de Golden et de Silver Age pourquoi pas ?

Et qu’en est-il du film alors ? De quelle version du personnage s’inspire-t-il ? Et bien si l’on en croit les dires de James Wan, New 52 et les années 60 en sont les inspirations principales. Et en voyant les trailers, cela semble assez évident en effet. N’oublions pas que Geoff Johns est crédité au scénario du film et que son run fait partie des plus appréciés de l’histoire du héros. Ce qui, vous en conviendrez, rend le choix assez pertinent. Reste donc à voir si le film sera à la hauteur d’un personnage aussi important et s’il sera capable de capter toute la noblesse et le charisme d’Arthur Curry, l’homme qui parle aux poissons donc, mais qui ne se résume pas à ça, loin de là !

IMAGE-4

Je tiens à remercier Martin pour nous avoir à tous ouvert son blog. Merci à toi l’ami ! Je salue également tous les autres petits lutins qui ont participé à ce calendrier de l’avant. N’hésitez pas à aller jeter un oeil à leur travail, vous y trouverez de très chouettes textes et images.

Quant à moi, je voulais juste préciser que si je suis resté vague sur les histoires de chaque époque, c’est afin de laisser découvrir à tous ceux qui pourraient s’y intéresser, les tenants et aboutissants de chaque récit. J’ai aussi volontairement laissé de côté certains éléments pour éviter de compliquer outre mesure le résumé. Il est cependant possible que j’aie oublié des choses importantes, si c’est le cas je vous prie de m’en excuser. Difficile d’être exhaustif quand on s’attaque à un univers aussi riche et complet, mais le but était de résumer l’essentiel sans faire un article trop long et ennuyeux. En tout cas, si ne serait-ce qu’une personne, apprend quelque chose sur le personnage grâce à cet article, j’en serais déjà très fier. Merci à vous tous de m’avoir lu, joyeux Noël, et bonne séance à tous ceux qui se rendront en salle pour voir ce que le World of DC nous a préparé en cette fin d’année 2018.

Une réflexion sur “18 Décembre : L’Atelier Comics de Noël 2018

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s