Saga est l’une des séries de comics indépendantes les plus connus. Elle a, à mon sens, transcendé les frontières de son média, c’est à dire qu’elle a su attirer des personnes qui ne lisaient pas de comic books à la base. J’ai même l’impression que sa fanbase est plutôt composé de personnes qui ne lisent pas beaucoup de comics. Actuellement il y a 9 tomes de publiés chez nous chez Urban Comics. Et pour être franc je n’ai jamais été trop attiré par cette série, déjà parce que j’avais un nombre très conséquent de tomes à rattraper et que ça démoralise clairement et aussi parce que je ne me suis jamais vraiment penché dessus. Par contre, lors du dernier Black Friday Izneo a fait des promotions sur les 4 premiers tomes à 2€. Alors oui c’est du numérique mais ça correspond à une très bonne porte d’entrée pour moi. Alors Saga, c’est si bien que ça ?

4

Un maelstrom bien géré

Brian K. Vaughan nous plonge dans cette galaxie opposant les peuples de la planète appelée Continent et de sa lune, la Couronne. Sauf qu’en plus de cela les deux peuples sont des espèces différentes, l’une avec des cornes sur la tête, l’autre avec des ailes dans le dos. Et le récit nous propose de suivre Marko et Alana, chacun représentant d’une des deux espèces, qui viennent de donner vie à une petite hybride. Bien sûr l’union et la naissance ne sont pas vus d’un bon œil et il vont être traqués par les deux factions.

Le piège avec ce genre de récits super populaires c’est d’être déçu à cause d’une over-hype. « Saga c’est le meilleur comics du monde », … C’est courant et je sais que quand on a fait une review d’un tome sur lequel on est dithyrambiques l’esprit s’attend à quelque chose de grandiose (l’exemple de White Knight me vient à l’esprit par exemple). Du coup j’avais beaucoup d’attentes sur le lancement de la série et je peux avouer que ce démarrage est très prometteur.

La force de la narration de Brian K. Vaughan vient de la création de son univers. Tout est à la fois très complexe dans ses recherches et très simple dans ses explications et représentations. Un coup de chapeau est à tirer à l’auteur parce que c’est assez rare de réussir à produire ce genre de résultat. On a une impression de cohérence parfaite lorsqu’on lui les pages de Saga. Rien ne semble sortir du cadre et pour cause le cadre de l’oeuvre semble presque infini. Tout ce qui est proposé fonctionne, et il réussit à allier une partie technologique, alien, magique, … sans qu’on ressente un trop plein.

5

Un sous-texte prometteur

En plus de ceux que le tome nous montre en surface, une guerre intra-planétaire et une course à la liberté pour deux amoureux épris l’un de l’autre, on sent que Vaughan en a sous le pied et commence à distiller les thèmes de son oeuvre.

Bien sûr, on ne peut que faire le parallèle de Marko et Alana avec Roméo et Juliette. Deux amoureux de clans ou d’espèces en conflit et qui vont faire triompher leur amour du mieux qu’ils le peuvent. J’attends vraiment beaucoup de voir quelle réinterprétation l’auteur va pouvoir donner à ce mythe de la littérature. J’ai pour le moment toute confiance qu’il n’accouchera pas d’intrigue simpliste sur cette partie. Au vu de la création de son univers il se doit d’avoir une idée bien précise en tête.

En plus de cela, on ressent bien que d’autres thèmes vont être développés. Le fait d’élever un enfant pendant une période de guerre par exemple sera intéressant à développer. Marko semble être un pacifiste suite à ce qu’il a vu pendant son service et j’espère qu’on pourra toucher un propos intelligent sur la place de l’armée dans notre société.

7

Au niveau des représentations de Fiona Staples je suis partagé. Dans un premier temps je retrouve un style assez commun et que j’ai l’impression d’avoir déjà vu sur des séries mainstream. Néanmoins je nuancerais mes propos, même si son style est assez classique, il se trouve pour moi dans le haut du panier de ce que j’entends par classique. Je n’ai pas été déçu par ses représentations, simplement il manque ce petit quelque chose, ce petit grain de folie que j’affectionne pour que je sois conquis. A certains moments, je sentais que je pouvais chavirer mais la sensation ne durait pas suffisamment longtemps. D’un autre côté je trouve le travail de colorisation et d’encrage vraiment magnifique.

Alors, Saga c’est si bien que ça ? Forcément il est quasiment impossible de répondre à cette question au bout de 6 chapitres. Ce premier tome est une excellente introduction à l’univers. Les enjeux qui touchent Marko et Alana sont très simples à prendre à main, la mise en place de l’univers, de ses espèces, de ses lois est très recherché et à la fois compréhensible. J’attends de voir comment cela va se poursuivre dans les tomes suivants. Au niveau graphique Fiona Staples réalise un travail de qualité, les couleurs et l’encrage sont sublimes, mais j’espère que cela va encore prendre de l’ampleur par la suite.

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-65

2 réflexions sur “Saga #1 : Comics Review

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s