Bonjour bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans cette nouvelle review qui va vous emmener aujourd’hui du côté des Etats-Unis, dans le Texas, à la découverte (ou re-découverte) d’une famille de vampires ! Avec quelques jours de retards, plongeons-nous dans une ambiance Halloween, à l’occasion de la sortie ce mercredi 07 novembre du tome 2 de Redneck chez Delcourt !

Redneck_01-1

Redneck, écrit par Donny Cates accompagné par Lisandro Estherren et Dee Cunniffe pour l’équipe artistique, raconte l’histoire d’une famille de vampires, les Bowmans. A l’instar de la dynastie Cullen chez Twilight (vous avez le droit de me fustiger pour avoir fait une référence à Twilight), les Bowmans ne se nourrissent pas de sang humain, mais de sang de vache, qu’ils élèvent eux-même. Ils tiennent le petit resto barbecue du coin, et vivent une vie bien tranquille et rangée à l’abris du soleil dans leur ferme. Sauf que si tout était parfait, on va pas se mentir, ça ferait pas un bon bouquin. Les Bowmans sont historiquement en conflit avec les Landrys, famille catholique extrêmement présente et influente dans la région.

Au final, c’est surtout ce conflit qui va nous intéresser dans le premier tome. Au-delà de nous introduire les différents personnages, et de découvrir leur passé, on va surtout suivre le déroulement de cette guerre des clans quand le sang de l’un d’entre eux va couler. Le tome 2 s’attarde un peu plus sur les conséquences de cette rivalité, et les résultats de la bataille entre les deux. Le status quo est complètement changé, les Bowmans sont obligés de s’exiler. Comment vont-ils survivre dans un environnement hostile, en dehors de leur ferme, leur zone de confort ?

Redneck01-04

Côté scénario, c’est donc une histoire assez classique d’oppositions de familles qu’on voit depuis longtemps, servie par un background vampirique. Et on a de bons vrais vampires comme on les aime, pas ceux qui brillent au soleil (bon sang, faut que j’arrête avec les références à Twilight), mais ceux qui peuvent te tuer 20 personnes le temps de cligner des yeux. A travers cette querelle, on en apprend un peu plus sur les personnages, leur passé, leur vie avant d’être vampires. Et le coeur du bouquin, pour moi, il est là, dans les personnages.

Car c’est là que Donny Cates excelle. Il arrive à créer des personnages à la fois brillants (non, pas comme Edward), classes, imposants, et en même temps extrêmement complexes et bourrés de failles, les rendant hyper attachants. Chaque personnage a un petit quelque chose, qui les rend à la fois touchant et diablement menaçant.

Côté artistique… C’est partagé 🙂 Personnellement j’aime beaucoup les dessins, ils ont un côté un peu… Inachevé, un peu superficiel, très vague. Je trouve que ça aide beaucoup à se plonger dans une atmosphère décalée, détachée de notre réalité. Ca peut en rebuter certains, ce que je peux comprendre, mais ça reste de l’art, et c’est très personnel. Je trouve tout à fait remarquables les parties un peu plus horrifiques quand les vampires se déchaînent. L’entourage devient très sombre, les yeux des vampires sont d’un rouge vif, pénétrant, qui te met relativement mal à l’aise au fond de ton canapé.

Redneck06_2.jpg

Niveau cover, on a droit à un peu de tout, mais c’est toujours assez « léger » en détails. On a principalement un close-up sur une situation qui sera développée dans l’issue, et qui sert à bien donner le ton de ce qu’on va découvrir en tournant les pages. C’est intelligemment fait, sans pour autant te mettre une claque. Simple, propre, efficace.

Alors en conclusion, c’est bien Redneck ? Réponse courte : meh.

Vous voulez plus de détails ? OK. C’est pas mauvais, mais c’est pas non plus fou fou comme truc. Les personnages sont très intéressants, mais l’intrigue derrière reste relativement classique. Trop classique peut-être. On attend de la vraie nouveauté, quelque chose de vraiment différent. Malheureusement, ça reste trop sur la surface. On commence à voir le début de quelque chose plus intéressant au début du tome 3 qui est en cours de parution aux US, à voir comment ça suit. Cates nous a habitué à de bonnes choses, et on retrouve sa patte dans les personnages qu’on a ici, mais on attend encore plus. Il manque encore un bout pour qu’on referme le bouquin en se disant « Wow ».

Tony

Une réflexion sur “Petit tour chez Delcourt : Redneck vol. 1 et 2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s