Bonjour cher(e) passionné(e) de littérature, installe toi confortablement dans ton canapé, ta chaise de bureau ou l’endroit privilégié où tu poses tes fesses. Aujourd’hui je vais te parler de l’une des plus grosses sorties de l’année chez DC Comics et Urban. Demain sort dans nos vertes contrées un petit tome dont tu as dû entendre parler sur l’année qui vient de s’écouler. En effet dans cet article on va aborder le récit elseworld Batman White Knight de Sean Gordon Murphy, la rock star de l’éditeur !

img_20181006_164954_hdr912867791.jpg

Petite présentation de l’oeuvre dans un premier temps. Comme je l’ai mentionné nous sommes dans un récit elseworld à la continuité de DC. Murphy développe donc son propre univers autour du chevalier noir, en exploitant des concepts bien connus des fans comme les différents Robin, Batgirl, … tout en y ajoutant sa touche et ses petits changements. On a notamment un Batman beaucoup plus extrême que ce à quoi on peut être habitué et cela va l’amener à franchir la ligne lors d’une de ces confrontations avec le Joker. Il va forcé ce dernier à avaler des pilules sans savoir l’effet que celles-ci pourraient avoir sur le criminel. Un séjour à l’hôpital plus tard, le Joker se réveille guéri de sa folie et a en tête de laver son nom en intentant un procès contre Batman, le GCPD (la police de Gotham) et la ville elle-même. Fini le Joker maniaque et baron du crime, Murphy nous présente Jack Napier, génie prêt à tout pour améliorer la ville qu’il aime et la débarrasser de son super-héros masqué.

img_20181006_154704_hdr-1015184776.jpg

Déjà rien que comme le présente le premier chapitre et mon résumé rapide, on est sur pitch ultra intéressant. La rédemption du Joker est assez rarement abordé dans les histoires mainstream du chevalier noir et Murphy s’y attaque à bras le corps. Jack Napier va se mettre en ordre de marche afin de rendre la ville meilleure en s’attaquant à Batman et la corruption, non plus par les armes mais via la voie légale et diplomatique. Quand dans un autre temps Batman agit comme un anarchiste qui défie les lois et sombre de plus en plus dans l’extrémisme, on a donc une inversion totale des rôles dont on est habitué. Murphy explore également les motivations, si l’on peut dire, du Joker à combattre sans relâche le chevalier noir. Il nous propose une explication beaucoup plus romancée et personnelle qui donne plus de relief au personnage et qui colle parfaitement avec sa folie.

Le fait qui m’a le plus marqué lors de la relecture des 8 chapitres vient du rythme qu’injecte Murphy dans son scénario. Que ce soit le rythme des scènes d’action couplés avec les dialogues de celles-ci. Notamment la scène où Batman disjoncte et donne les pilules au Joker qui mêle les coups physiques de la chauve souris aux reparties verbales de son opposant. Mais surtout le rythme de chaque chapitre dans le tout du récit. Aucun chapitre n’est utile, aucun ! Ils apportent tous leurs pierres à l’édifice que construit l’auteur et produisent cette envie de continuer à lire le suivant pour connaître le dénouement. Murphy arrive à produire une histoire sans moment de relâche, sans chapitre en dessous des autres, sans déception. Et je dois dire que je préfère de loin me concentrer sur un récit court de cette qualité plutôt que sur un run de cent chapitres qui allie le bon et le très mauvais.

img_20181006_171914_hdr759317060.jpg

Vous l’avez peut-être lu ailleurs et je serais bref sur le sujet pour vous garder le plaisir de découvrir cette partie mais si vous êtes fans du personnage d’Harley Quinn, pas de la bimbo en mini-short, vous allez être comblé par l’écriture qu’a Murphy sur le personnage.

Pour finir sur la partie scénario et pour ceux qui, comme moi, avez lu la série en VO je vous encourage à la relire d’une traite. Cela a été une vraie révélation pour moi, le rythme va vous éclater à la figure. En tout cas pour ma part cette relecture impose ce White Knight comme un classique du chevalier noir au même titre que des Year One, Un Long Halloween ou Dark Knight Returns.

Vous le savez un bon scénario ne fait pas tout dans le jugement d’un comics, Locke & Key étant bien placé pour en parler. Pour devenir complètement culte un tome se doit d’avoir une partie graphique à la hauteur, et si vous me suivez sur Twitter vous savez déjà l’amour que je porte pour les illustrations de Sean Murphy. Son style déstructuré me parle et que dire de la personnalité qu’il dégage au travers de ceux-ci. Via ces dessins on est en présence d’une vraie oeuvre d’auteur, à mille lieux d’une oeuvre de commande ! Les cassages de rétine sont légions, que ce soit sur les pages pleines, les doubles pages, via des compositions alléchantes ou tout simplement la beauté du trait. Et que dire du travail des ombres sur les différents personnages et leurs symboliques, c’est simple mais tellement efficace. Tout est beau dans cet ouvrage ! Disposant des chapitres en couleur et au vue des visuels en noir et blanc distillés par Murphy sur les réseaux je vais me ruer sur l’édition N&B !

img_20181006_155719_hdr1957245150.jpg

White Knight était extrêmement attendu par les fans du chevalier noir au vu du talent de l’auteur qui y était attaché et de la liberté éditoriale qui lui était promise avec la construction de son univers à part. Et Sean Murphy ne déçoit absolument pas, il dépasse même les attentes que je pouvais avoir ! Un pitch intéressant et qui va plus loin que son simple résumé, mis en lumière par des illustrations démentielles et un rythme à couper le souffle. White Knight s’impose à mon sens déjà comme un classique du chevalier noir !

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67

 

Une réflexion sur “Comics Review 94 : Batman White Knight

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s