Bonjour cher(e) passionné(e) de littérature, installe toi confortablement dans ton canapé, ta chaise de bureau ou l’endroit privilégié où tu poses tes fesses. Une fois n’est pas coutume je ne vais pas parler de tome librairie dans cette review. Je consomme exclusivement ce format pour mes lectures comics, excepté depuis quelques temps. A la suite de l’achat de Batman Europa je me suis dit que le rapport prix par page des kiosques récit complet de Urban Comics était quand même super intéressant. Oui je sais, en 2018 et quand la mort annoncé des kiosques arrive petit à petit je commence à comprendre l’intérêt du format, mais je vous rassure je l’assume et le vis bien 🙂 Et donc pour mon deuxième achat kiosque je me suis tourné vers le récit complet sur le personnage de Nightwing dont on va parler maintenant.

img_20181010_130738_hdr307660626.jpg

Ce tome nous renvoie aux premières heures de notre héros en solitaire. Celui-ci étant paru dans les années 90 il conte la première aventure en tant que Nightwing de Dick Grayson dans la ville de Bludhaven. Le récit démarre alors que 21 corps ont été repêchés dans la baie de Gotham. Après quelques recherches il semble que les corps proviennent de la ville adjacente, Bludhaven, et c’est Dick qui est chargé de s’y rendre afin de faire la lumière sur toute cette affaire.

L’avantage de ce titre c’est qu’il ne nécessite pratiquement aucune notion de l’univers DC et du chevalier noir. A part quelques mentions à Oracle et une brève apparition de Batman, les auteurs nous offrent un nouveau héros qui pourrait très bien être un inconnu mais qui s’avère être Dick Grayson, le premier Robin. On suit sa première aventure en solitaire dans sa nouvelle ville et sur une enquête de meurtre. Donc si, comme moi, vous ne connaissez pas le personnage de Nightwing et que vous souhaitez le découvrir, on peut difficilement faire meilleure porte d’entrée que celle-ci. En plus pour 6€ même si le tome vous déplaît le risque que vous pourrez prendre n’était pas énorme. La narration est d’ailleurs très agréable, on ne s’ennuie pas dans ce tome et on a sous les yeux une pure enquête. On reste très fortement dans l’univers de Batman forcément mais tout cela est bien traité. L’antagoniste du récit reste dans l’ombre jusqu’à être révélé dans les derniers chapitres. Les auteurs laissent d’ailleurs certaines pistes tout au long de l’histoire pour essayer de vous faire deviner qui il pourrait être et c’est très bien mis en oeuvre. La relation avec la police de Bludhaven apporte également cette petite touche de corruption inhérente à l’époque.

img_20181010_124753_hdr2047578673.jpg

En parlant d’époque, préparez-vous car on est en plein dans les années 90 avec cette histoire. Vous savez l’époque où régnait les corps ultra musclés, les hommes badass à la queue de cheval et bien sûr les anti-héros. Dick surfe, à mon sens, avec la ligne dans ce récit. Il n’est bien sûr pas le méchant mais les méthodes qu’il emploie sont par moment très borderline. Il a carrément une ligne de dialogue dans un chapitre où il dit qu’il a un peu délaissé l’enquête ces derniers jours pour casser des bouches. Si vous avez été bercé par cette époque vous allez adorer cette lecture, pour d’autres il faut vous y faire mais le récit, sans être la lecture de l’année, conserve des points forts notables.

Pour finir passons rapidement à la partie graphique. Comme je l’ai dit dans le paragraphe précédent, les années 90 en plus de proposer un certain type de personnage ont également leurs représentations graphiques bien à elle. Ce tome n’y échappe pas. Comme je l’ai dit Nightwing a une musculature digne de Schwarzy et porte fièrement la queue de cheval. Les personnages féminins sont également très voluptueuses pour leur dire gentiment.

Les représentations sont somme toute agréables et le découpage propose des idées qu’on a plus trop l’habitude de voir dans les récits actuels. Le seul gros bémol que je pourrais dire sur cette partie vient de la mise en scène des phases d’actions. En effet elles sont tout bonnement illisibles par moment. Le dessinateur se perd en ajoutant beaucoup trop de choses dans ces planches lors des combats entre personnages. Cela a pour effet de perdre complètement le lecteur, on ne sait plus dans quel sens nos yeux doivent se déplacer, on ne saisit pas ce qui est dessiné et l’action n’a donc plus aucun sens.

Ce récit complet sur Nightwing n’est pas la lecture de l’année. Néanmoins si vous souhaitez découvrir le personnage, vous pourrez difficilement trouver une meilleure porte d’entrée de par son prix et l’absence de connaissances nécessaires. Le récit est prenant jusqu’à la bataille finale et la révélation de l’antagoniste et propose une enquête bien ficelée. La partie graphique est quant à elle très imprégnée de son époque mais souffre d’un gros manque de lisibilité des scènes d’action.

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-65 WD-Icon-65

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s