Bonjour à tous ! Aujourd’hui, on part une fois de plus découvrir le travail de l’excellent Rick Remender. Pour cela, on parle de Seven to eternity et on va bien voir si c’est à la hauteur de la réputation de notre grand auteur et de son équipe.

REVIEW Seven to ethernity 3

Nous sommes ici face a une oeuvre qui tient particulièrement à cœur à Rick Remender. Une œuvre longtemps préparée en collaboration avec Jérôme Openä un ami de longue date avec qui il a travaillé à maintes reprises.
Ils décrivent ici un univers assez complexe bien loin de notre réalité. Un monde fait de magie et de races diverses qui prend place autour d’une histoire digne d’un bon livre d’héroic fantasy. On voit que l’histoire et l’univers sont mûrement réfléchis. Chaque personnage a une réel identité visuelle mis en lumière par Mr Openä et colorisé par Matt Hollingsworth l’un des coloristes les plus talentueux du globe (il a colorisé Tokyo Ghost donc forcément ça joue sur mon jugement). Le dessin est très organique est parfois un peu trop chargé ce qui peut déplaire visuellement puisque cela rend difficile la compréhension de certains passages.

REVIEW Seven to ethernity 7

L’histoire est celle du fils d’un des derniers mozark, des individus capable de faire appelle aux pouvoirs des « Anciens » pour acquérir de puissants dons. Celui-ci vit reclus aux limites du monde découvert avec sa famille dans une paix relative qui va très vite prendre fin.

L’auteur va nous imposer un rythme rapide au sein de la première moitié de l’oeuvre. Et cela commence par la mort du grand-père de la famille très tôt dans le récit. C’est d’ailleurs de cet événement dont découlera le début de l’aventure. Pour le lecteur cette mort peut paraître assez confuse puisque l’on comprend juste qu’un tyran dirige le monde et qu’il est venu obtenir une certaine vengeance. Mais cette vengeance sera complète seulement quand le fils de la famille Osidis aura accepté d’écouter la proposition du tyran autrement connu sous le nom de maître des murmures.

REVIEW Seven to ethernity 2

Ce fameux maître des murmures est comparable au tyran Galbatorix présent dans les romans fantastique Eragon. Un homme qui peut contrôler toutes les personnes qui ont acceptés sa proposition et qui change la planète peu à peu dans le but d’imposer sa vision d’un monde uni. C’est un ennemi qui a vraiment une aura malsaine. Il est puissant et calculateur. Il est difficile de savoir ce qu’il compte faire ou ce qu’il veut obtenir.

Face à lui, il va trouver un groupe de mozark qui vont tenter de sauver le monde. Ce groupe est forcément divisé, composé d’individus qui ne peuvent pas se côtoyer, mais qui vont être allié dans ce but commun. On va donc suivre le récit du groupe, mais plus particulièrement l’état d’esprit d’Adam Osidis qui vit constamment dans une atmosphère de peur et d’hésitation. Il a du mal à trouver sa place dans ce monde ou sa famille est détesté de tous. Ce n’est donc pas un héros courageux qu’on suit, mais un héros faible d’esprit comme Led dans Tokyo Ghost. Il va être tiraillé entre les valeurs de son père, l’envie de céder a la tentation d’écouter et pourquoi pas d’accepter la proposition du maître. Il alterne entre de l’égoïsme malsain et une envie de faire le bien dans une guerre ou il n’a pas sa place. D’ailleurs, cet état d’esprit est profondément développé grâce au style de narration assez particulier de cette oeuvre. En effet, on fonctionne par chapitre, chacun s’attardant sur une scène ou un événement REVIEW Seven to ethernity 6important. Entre ces chapitres, on retrouve deux pages manuscrites dans un style de carnet de bord du héros dans lequel il raconte ce qui se passe entre les scènes dans le groupe, ce qu’il ressent, ce qu’il craint… Tout cela permet de connaître le héros en profondeur sans encombrer inutilement les dessins.

 

Je recommande ce tome 1 malgré le fait qu’on peut avoir du mal à s’attacher à l’univers décrit en ce début de série. La suite peut être très intéressante dans son développement surtout pour les personnages appartenant directement a la famille Osidis. La fille de notre héros va sûrement avoir un rôle important dans l’oeuvre et aura le droit à un traitement particulier que je suis curieux de découvrir.

2 réflexions sur “Parlons en! SEVEN TO ETERNITY Tome 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s