Bonjour cher(e) passionné(e) de littérature, installe toi confortablement dans ton canapé, ta chaise de bureau ou l’endroit privilégié où tu poses tes fesses. Dans cette review on va parler à la fois d’un sujet d’actualité et d’un très ancien. Le recueil des épopées de Green Lantern et Green Arrow a été publié dans les années 80 par DC Comics donc ça commence à dater légèrement même si tu verras que les sujets sont toujours aussi parlants dans notre société actuelle. Et je parle d’actualité car comme tu le sais la Comic Con Paris approche à grand pas et Neal Adams, dessinateur et en partie encreur de cette série, sera présent sur place. J’espère d’ailleurs lui faire dédicacer ce tome, mais c’est une autre histoire. Après avoir été convaincu par le premier ouvrage de son run sur Batman, vais-je également être conquis par le duo qu’il forme avec Dennis O’Neil sur cette série ?

img_20181004_185714881179918-e1538825294702.jpg

Le duo a donc eu la responsabilité de la série Green Lantern afin d’y relater les aventures du chevalier cosmique dépêché sur Terre. Nous allons suivre nos deux héros tout de vert vêtus dans leur aventure à Spiral City ou bien dans un road trip à travers l’Amérique. A quel moment la décision d’incorporer l’archer a-t-elle été faite ? Je n’ai pas la réponse. Néanmoins Oliver Queen est présent dans tous les chapitres qui sont contenus dans ce tome, à l’exception du dernier. En allant plus loin j’ai même l’impression que Green Arrow est le vrai héros de cette histoire et non Hal Jordan. Alors que l’homme aux cheveux blonds est dépeint de manière héroïque, en ne refusant jamais une cause noble en défendant les citoyens délaissés, … le Green Lantern est quand à lui beaucoup plus réticent. Il est systématiquement montré comme celui qui traîne des pieds ou qui reproche à Arrow de partir en croisade trop facilement. L’archer est effectivement une véritable tête brûlée mais il incarne beaucoup plus l’archétype du héros que ne peut le faire Hal. Troublant sachant que l’on lit des épisodes de la série Green Lantern.

Mais cela tient plus du détail, ces chapitres ne sont pas rentrés dans l’histoire pour la caractérisation des deux personnages, quoique. Ils sont surtout devenus légendaires pour l’impact et les risques éditoriaux qui ont été pris. En effet les auteurs touchent du doigt des sujets extrêmement sensibles que ce soit pour l’époque ou pour le monde actuel, en y sautant les deux pieds joints. On n’évite donc pas les sujets de racisme et la défense des personnes de couleurs, on aborde également le militantisme, poussé parfois à l’extrême pour défendre ses positions, l’écologie est également de la partie avec la vision très dure des patrons de multinationales qui s’en tamponnent. On a un tome très militant et si on prend légèrement de recul on peut se dire que si cet ouvrage sortait maintenant il aurait le même impact. Aucun de ces sujets n’a été résolu durant les 30-40 dernières années, certains se sont d’ailleurs aggravés. Le travail de lanceurs d’alerte que peuvent avoir les auteurs ici a malheureusement été vain sur un grand nombre de sujets et c’est d’autant plus dommage que l’humanité ne semble pas vouloir tirer les leçons de ce que des gens bien plus intelligents et humains disent depuis des décennies. A bon entendeur.

img_20181002_204929_hdr1202144046.jpg

Et pour finir sur le scénario, comment ne pas parler des deux chapitres les plus marquants de ce recueil. Je veux bien sûr parler de ceux qui abordent le sujet de la drogue et de celle de jeunes adolescents. Il m’apparaît absolument impossible qu’une histoire de la sorte puisse jamais sortir de nos jours chez DC, en montrant un jeune super héros en complète déchéance, en train de se shooter ou en manque. L’audace est grandiose et donne naissance à un chapitre tout simplement fort. Et réfléchissons deux minutes là-dessus. Cette histoire est sorti pendant la période de la fameuse Comic Code Authority qui retoquait tout ce qui était trop violent, trop sexuel et tout ce qui pouvait atteindre la sensibilité du jeune lectorat. N’est-ce pas affligeant de se dire qu’une époque ultra régulée comme celle-là pouvait tout de même produire des comics engagés alors que la nôtre n’en est absolument pas capable ? A quel moment a-t-on déraillé ? La lecture de ce comics est donc également une réalisation de l’époque dans laquelle on vit. Une époque qui s’offusque lorsque le pénis d’un super héros apparaît sur papier ou quand une femme prend la place d’un homme sous un costume. En regardant sous cet angle, ce n’est pas les comics qui étaient mieux avant mais la fandom qui les lisaient.

Trêve de politique, parlons des illustrations de notre bon vieux Neal Adams qui réalise du très bon job encore une fois. Malgré tout j’ai plus ressenti son impact sur son run sur Batman que dans les pages de cette oeuvre. Le seul élément qui m’est réellement marqué vient de la représentation graphique de son Green Lantern. Je n’ai pas lu énormément d’époque du personnage mais j’ai du mal à voir qui pourrait battre le lantern d’Adams. Son costume est classe, il renvoie une vraie prestance pour le personnage que je ne retrouve pas dans les comics actuels. J’ai bon espoir que Liam Sharp tente de reprendre ce titre.

 

Ce tome complet du run d’O’Neil et Adams sur Green Lantern et Green Arrow est une putin de claque pour l’audace dont il fait preuve. Les sujets qu’il aborde étaient déjà borderline à l’époque et le sont toujours maintenant. Il pourrait vous pousser à vous interroger sur la société dans laquelle nous vivons. Le caractère légendaire de l’oeuvre n’est plus à faire mais il ne doit absolument pas tomber dans l’oubli, son importance est beaucoup trop grande.

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67

 

Une réflexion sur “Comics Review 92 : Green Lantern / Green Arrow

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s