Bonjour cher(e) passionné(e) de littérature, installe toi confortablement dans ton canapé, ta chaise de bureau ou l’endroit privilégié où tu poses tes fesses. On t’embarque aujourd’hui dans une épopée mythologique et chevaleresque avec ce God Country scénarisé par Donny Cates, dessiné par Geoff Shawn et colorisé par Jason Wordie. Le tome est édité par Image Comics et sort chez nous sous le label Indies de Urban Comics qui regorge de petites pépites. Ce God Country sera-t-il l’une d’entre elles ?

img_20180920_214156_hdr-805745472.jpg

L’auteur nous plonge dans le désert du Texas, dans l’Amérique bien profonde. Roy se rend dans la demeure familiale où l’attend le shérif de la ville, en effet son père, Emmet, atteint d’Alzheimer s’est enfuit de la maison pendant la journée et a blessé un policier. Ils ont du le tenir en joue afin qu’il coopère et rentre chez lui. Le shérif tente donc de convaincre Roy de placer son père en maison hospitalière afin qu’il ne soit plus un danger pour lui-même ou la société. Le soir même une tempête extrêmement violente s’abat sur la région et elle amène avec elle un démon. Celui-ci tente de s’en prendre à la famille et c’est alors qu’Emett le détruit armé d’une épée magique. De plus, grâce à cette épée le patriarche a retrouvé l’ensemble de ses souvenirs, il est en mesure de se rappeler les noms des membres de sa famille, le destin de son défunte épouse, … Cela vient malheureusement avec un prix, il ne peut quitter l’épée sous peine de redevenir qui il était, et surtout le propriétaire légitime de celle-ci va tout faire pour la récupérer.

img_20180920_221740_hdr270656314.jpg

Comme vous le voyez le pitch est complètement déjanté. Donny Cates allie un sujet très terre à terre et sérieux comme la maladie d’Alzheimer avec une aventure mythologique et épique. Et cela marche du tonnerre ! La partie mythologique prend légèrement le dessus à mon goût mais l’auteur distille néanmoins des moments où l’on peut ressentir la souffrance qu’engendre cette maladie. Pour peu que vous ayez un membre de votre famille qui souffre de celle-ci vous serez touchés par le thème abordé par ce comics. Cela donne lieu à des moments émouvants, même si on sent que Cates n’est pas spécialement à l’aise avec ceux-ci. J’ai l’impression que ce n’est pas dans ces parties où il excelle, son sujet est touchant mais il manque ce petit quelque chose pour nous faire monter la petite larme.

Et puis en plus d’un sujet sérieux qui reste bien maîtrisé, toute la partie mythologique et chevaleresque de l’oeuvre est dantesque. L’auteur réussit à mettre en place un univers très fourni en quelques pages. On sent l’influence de Kirby et de ses New Gods sans que cela soit un bête copier-coller. Emmet va devoir affronter des ennemis très puissants dans plusieurs lieux bien distincts. On peut ressentir une petite vibe à la David contre Goliath avec un humain « chétif » qui s’en va combattre des dieux immortels ayant la capacité de détruire des planètes. Je dis chétif parce que le Emmet est bâti comme un bon fermier du Texas, la bidoche à bière incluse, et surtout car il dispose d’une épée légendaire. Cates réussit donc à allier un pan d’histoire émouvant, de l’action et une mise en place d’univers pour former un récit passionnant, prenant et à la fois cool et sérieux.

img_20180920_220144_hdr66193425.jpg

En temps normal à ce moment-là de mes reviews je vous aurais parlé de la partie graphique, mais aujourd’hui on va faire les choses différemment et je dis on car pour les lignes qui vont suivre je vais laisser la place à thelordgio, qui a déjà écrit sur le blog, pour nous donner son ressenti de cette histoire. Je reviens par la suite pour vous parler de la partie graphique.

Cette histoire n’a jamais été celle d’une épée… ce comics a été pour moi une claque monumental, je ne vais pas vous cacher que depuis un moment je ne lis plus trop de comics, Marvel me gonfle royalement et DC m’ennuie énormément, cela fut trois longs mois sans lire un comics, bon vous me direz qu’il y a d’autre forme de récit, manga, livre etc. Mais j’avais l’habitude de lire des comics déjà pour me motiver à finir BLENDED CRUSADE, mon Issue Marvel, et aussi car malgré ma baisse d’estime pour les BIG TWO, j’ai toujours l’attente d’une histoire qui me fera ressentir des émotions que les super héros en collant ont du mal à faire ces temps-ci.

Et là je tombe sur GOD COUNTRY, je vais pas vous résumer le comics car Martin l’a fait plus haut. Au final de quoi parle-t-on dans ce comics, d’un vieil homme atteint d’Alzheimer voulant laisser une trace positif dans la vie de son fils  et surtout voulant partir avec les souvenirs de sa vie passée sur terre. Nos expériences passées nous façonnent tous les jours à chaque instant de notre vie, notre personnalité est construite en grande partie par rapport à ça. Alors oui on n’a pas tous des super-pouvoirs, une épée ultra puissante qui parle, mais malgré tout nous somme une composante importante de notre petite vie. Il est important de communiquer, mais ce n’est pas facile. Roy n’a pas eu le temps de dire à son père qu’il l’aimait mais vous, vous pouvez le faire. On discute de choses inutiles chaque jour et on n’ose pas dire les choses qu’on a sur le cœur.

Pour le moment nous n’avons pas l’âge d’Emmett, mais on y arrivera, la maladie arrive et on finira par mourir mais le monde continuera de tourner, la question c’est que va-t-on léguer à la génération suivante quand ils pourront voir tous nos messages sur twitter, facebook et autre réseaux sociaux ? On ne pourra pas mentir en tentant de garder les propos les plus importants de notre vie.

Je m’égare un peu du comics mais cette histoire n’a jamais été celle d’une épée…ni même celle d’Emmett et sa famille non cette histoire c’est la vôtre, commencer à vivre votre propre vie. Sur ce je dois téléphoner à mon père pour lui souhaiter un bon anniversaire, on se reverra dans une prochaine critique peut-être.

img_20180920_221039_hdr457952739.jpg

On est donc sur une base solide pour en faire un bon comics. Mais qu’en est-il de la partie graphique réalisé par Geoff Shawn ? Et bien elle réussit le tour de force d’éclipser en partie le récit à mon goût ! Les illustrations sont magnifiques, d’une richesse à couper le souffle. Je pense n’avoir jamais pris une claque pareille à la lecture d’un comics, le style de Shawn me sied parfaitement. On pourrait lui opposer une représentation des visages brouillonnes, même moi qui suit bon public j’ai ressenti cela. Mais si vous arrivez à passer outre ce petit bémol vous allez entrer dans un monde de beauté. Toutes les trois pages vous allez prendre une claque monumentale. Comme si les dieux du récit sortaient du comics et vous administrer les tatanes qu’ils réservaient à Emmet. La richesse des compositions de Shawn fait clairement la force de cette oeuvre et si vous êtes prêts à embarquer dans son univers vous n’en ressortirez pas indemnes. De plus le travail de colorisation de Jason Wordie sublime davantage les planches qui nous sont offertes. Il utilise une diversité de couleurs impressionnante pour notre plus grand plaisir.

Je vois souvent le débat de savoir ce qui est le plus important dans un comics, le scénario ou les dessins. Cet ouvrage démontre que l’on peut avoir une histoire bien ficelée mais que l’aspect graphique prenne complètement le dessus. C’est pour cela que personnellement je mets plus en avant la partie graphique. Je suis capable de plus apprécier un tome magnifique avec un scénario en retrait plutôt que l’inverse. C’est par exemple le cas de Locke & Key qui dispose d’idées scénaristiques géniales mais dont les illustrations sont très en dessous.

God Country est un tome exceptionnel. Exceptionnel pour son scénario qui jongle entre une mythologie à la Kirby et une histoire qui se penche sur les effets de la maladie d’Alzheimer et ce que seraient prêts à faire ses patients pour s’en soustraire. Mais surtout exceptionnel grâce aux illustrations de Geoff Shaw et à la colorisation de Jason Wordie. Préparez vous à des cassages de rétine en pagaille ! Ce tome est sans aucun doute mon coup de cœur de cette rentrée et restera dans ma mémoire pour l’instant ! A lire absolument !

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s