Bonjour cher(e) passionné(e) de littérature, installe toi confortablement dans ton canapé, ta chaise de bureau ou l’endroit privilégié où tu poses tes fesses. Tu le sais, en ce moment c’est l’été, il fait beau, il fait chaud et c’est un temps parfait pour lire des comics. C’est aussi la période des sagas de l’été, Tony nous en partage une sur les travaux de Tim Sale et Jeph Loeb chez Marvel mais on a aussi le droit à une saga comics republié en France par Hi Comics. En effet chaque mois un nouveau tome de Locke & Key est publié et ça nous mène jusqu’en octobre il me semble. Je t’ai déjà parlé du premier ouvrage de la collection et il est donc temps de partir sur le second pour voir si la qualité du titre est toujours présente ?

Le premier tome m’avait beaucoup plu, de part l’histoire que Joe Hill mettait en place, l’intrigue était très intéressante et je ne me remets toujours pas de l’idée de cette série. Utiliser des clés pour mettre en place un système de pouvoirs et une idée ultra originale à mon goût et je ne m’en lasse pas, et surtout j’ai hâte d’en découvrir plus. Le second tome nous renvoie suivre les aventures de la famille Locke après leur déménagement dans la maison familiale de Keyhouse. Celui-ci se concentre sur la découverte d’une nouvelle clé par Bode, le cadet de la famille, à la fin du 1er volume et sur les pouvoirs que celle-ci renferme. Il continue également à développer l’antagoniste principal de la série, Bodge, qui avait réussi à s’échapper du puits.

img_20180722_150805_hdr-119274834.jpg

Joe Hill continue à maîtriser parfaitement la manière dont il fait progresser son histoire, la découverte des pouvoirs de la nouvelle clé est très prenante et le pouvoir en lui-même est encore une fois une idée brillante. Cela donne accès à tout un tas de situations loufoques et parfaitement retranscrites et cela fait évoluer les différents personnages ainsi que les relations entre eux. Donc en plus de proposer une idée originale, elle est également présente comme ressort narratif de progression, on sent bien que Joe Hill n’est pas un novice niveau écriture. En plus de cela, le second pan de l’histoire se concentre sur la mise en place de Bodge qui continue à être un antagoniste très puissant. Grâce à sa clé de téléportation il peut se matérialiser à n’importe quel endroit en quelques instants, ce qui le rend extrêmement difficile à combattre. De plus l’auteur le développe comme une entité prête à tout pour arriver à son but, et il ne vaut mieux pas être en travers de son chemin.

Vous le comprenez Joe Hill met en place un univers cohérent et ultra passionnant, il me tarde de connaitre la suite. Mais j’ai mes réserves malgré tout sur cette oeuvre, et ces réserves portent sur la partie graphique réalisée par Gabriel Rodriguez. Je reconnais le travail de l’auteur qui met en place des planches vraiment magnifiques et qui disposent d’une construction et d’un remplissage très recherchés. Je trouve que sur ce point le dessinateur a progressé entre ses deux premiers tomes et c’est déjà un bel exploit sur seulement deux tomes. J’attends de voir ce qu’il va être capable de réaliser par la suite. Néanmoins je ne peux me séparer de l’idée que j’ai sur sa manière de représenter les visages. Je suis complètement réfractaire à ses visages et aux yeux beaucoup trop imposants des personnages, et c’est dommage car ça me gâche légèrement la lecture. J’ai d’ailleurs du mal à ressortir des visuels pour illustrer les articles de cette série car je les apprécient très peu. J’adore l’histoire de Joe Hill mais les dessins de Gabriel Rodriguez ne me parlent absolument pas et baisse donc le ressenti que j’ai de cette oeuvre. Les visages sont beaucoup trop cartoons ou d’inspirations mangas à mon sens. Bodge devient une menace beaucoup moins puissance à cause de son visage, la maladie de Rufus, l’enfant handicapé de Ellie, ne m’était même pas venu à l’esprit avant qu’elle soit mentionné car sa représentation n’est pas bonne. De manière plus globale, même si l’histoire se base sur des enfants, je trouve que les illustrations de Rodriguez ne collent pas à l’univers surnaturel et paranormal de Joe Hill.

Locke & Key continue son petit bonhomme de chemin et Joe Hill maîtrise toujours sa narration et regorge encore une fois d’idées pour ses clés et les différents pouvoirs qu’elles contiennent. J’ai hâte de savoir ce qu’il nous réserve pour les tomes suivants, en plus d’être dans l’attente des actions de Bodge pour la suite. Néanmoins mon ressenti de l’oeuvre continue d’être faussé à cause de la partie graphique de Gabriel Rodriguez dont je ne suis absolument pas friand même s’il propose des compositions un peu plus intéressantes sur la globalité. Au bout de deux tomes je me fais à l’idée que ce défaut sera toujours présent mais je ne vais en aucun cas lâcher la série qui est beaucoup trop passionnante.

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-65

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s