Bonjour cher(e) passionné(e) de littérature, installe toi confortablement dans ton canapé, ta chaise de bureau ou l’endroit privilégié où tu poses tes fesses. Aujourd’hui je t’embarque dans le passé plutôt lointain d’un de mes, et peut-être de ton, personnages favoris à savoir Batman. Dès que quelque chose qui touche au chevalier noir sort je me précipite assez régulièrement dessus, et ce nouvel ouvrage sorti chez Urban Comics n’y fait pas défaut. Quand l’éditeur nous propose en deux imposants volumes les épisodes de la légende Neal Adams sur le personnage on ne peut résister à la tentation. Ils contiennent le travail du monsieur dans le début des années 70 sur les séries Brave & The Bold, Detective Comics et la série Batman. N’étant pas un très grand fan de comics assez anciens et donc de cette période, je n’étais pas sûr de quoi m’attendre. Si tu as la même sensibilité que moi sur cette partie je vais te rassurer dans la suite de cet article.

J’ai toujours trouvé compliqué d’apprécier un tome que l’on te présentait comme légendaire. En effet sans avoir le contexte de parution il est difficile d’apprécier l’oeuvre comme les personnes qui l’ont appréciée à sa sortie. Par exemple le Batman Year One de Miller a été une révolution dans les années 80 en réinventant la backstory de Bruce Wayne. Mais lire cet ouvrage dans les années 2010 ne marque pas autant qu’à l’époque car on est maintenant tous habitués à cette origine pour le personnage. L’exercice de transposition est donc toujours assez compliqué, tout du moins pour moi. Ici nous devons encore une fois effectuer cette gymnastique mentale pour essayer de bien comprendre l’impact qu’a pu avoir Neal Adams lorsqu’il a travaillé sur Batman. Pour resituer nous sommes à l’époque du Batman de Adam West à la télé, un personnage ultra kitsh qui ne donne pas ses lettres de noblesse aux personnages, même si ce n’était pas le but et que cela peut rester appréciable. Adams, les scénaristes et les éditorialistes de chez DC vont donc décider de partir dans la direction opposée et de rendre le personnage de nouveau plus sombre.

img_20180718_092955_hdr1969436281.jpg

Comme je l’ai dit plus haut, ce tome regroupe des épisodes de plusieurs séries différentes, à savoir World’s Finest, The Brave & The Bold, Detective, Detective Comics et Batman. Le premier est une série regroupant les deux plus grands héros de l’univers DC, notre chevalier noir et Superman bien sûr. Vous connaissez peut-être The Brave & The Bold car la série continue toujours de temps en temps ces dernières années, elle regroupe deux héros de l’univers DC pour un team-up, Batman et Deadman par exemple, Batman et le Creeper, … Et pour finir Detective Comics et Batman qui sont les deux séries liées au croisée en cape et à sa bat-family et qui sont donc le plus proche de sa trame principale.

Le seul reproche que j’aurais à faire à cet ouvrage est un défaut commun aux publications de récits anciens chez DC. Et vous l’avez peut-être deviné mais avec une multitude de séries différentes il est très compliqué de ressortir une trame commune comme on peut l’avoir dans les nouvelles parutions. En effet les scénaristes de l’époque préférait écrire des histoires courtes qui avaient leur résolution au sein même du numéro. La première grosse partie est donc de cette teneur, une histoire courte qui en suit une autre sans avoir d’impact les unes sur les autres. C’est un peu dommage car on manque de liant et c’est un peu déroutant par rapport à ceux dont on est habitués maintenant. La fin du tome rattrape un peu ce soucis avec l’introduction de la série Detective Comics qui dispose d’une narration qui aura des liens entre les épisodes, avec par exemple le personnage de Manbat. Néanmoins même si les histoires ne sont pas liés elles ne perdent pas leur intérêt. En effet la lecture est extrêmement agréable et passionnante, si vous êtes fan du personnage vous serez immédiatement plongé dans ses aventures et vous souhaiterez lire l’épisode suivant dès la dernière page atteinte. Chaque histoire développe une intrigue nouvelle, avec de nouveaux protagonistes et l’on ne s’ennuie absolument pas.

Mais la grande force de cette oeuvre vient évidemment de sa partie graphique. L’oeuvre d’Urban regroupe les travaux de Neal Adams sur le personnage et Adams est avant tout un dessinateur, bien qu’il opère également en tant qu’encreur et scénariste sur d’autres séries. Si vous avez du mal, comme moi, avec les illustrations de comics peu récents je vous conseille de feuilleter l’ouvrage pour vous faire une idée de ce qu’il regorge. C’est une des rares où j’ai réellement compris pourquoi un dessinateur avait autant marqué l’histoire de l’industrie du comics. Sa représentation de Batman est absolument magistral, son trait est fort et puissant, on retrouve un personnage badass dont les actions sont lisibles et compréhensibles. Le côté sombre est parfaitement retranscrit, bref on est sur du Batman comme on l’aime. En plus de tout cela, le découpage d’Adams est absolument magnifique et regorge d’idées que j’adore et c’est encore plus ici qu’il se démarque à mon sens. C’est la première oeuvre des années 70 où je vois des découpages réfléchis, qui se fondent avec les éléments du décor, de l’action retranscrit ou des habits des personnages.

Attention qui dit vieux comics, dit également des traductions qui ont pris du plomb dans l’aile comme vous devez le savoir. On évite malheureusement pas ici cet écueil, même si il me semble légèrement mieux maîtrisé qu’une oeuvre comme le Quatrième Monde par exemple.

img_20180716_191528-1391523810.jpg

Malgré mon amour assez fade des publications de cette époque j’ai pris un immense plaisir à lire les numéros de Neal Adams. Je comprends maintenant beaucoup plus la légende qui entoure le monsieur et à quel point celle-ci n’est pas volé. Je me procurerais avec certitude le second et dernier volet de cette collection, qui en fait pour moi un indispensable de Batman. Attendez vous à me voir parler d’autres oeuvres du monsieur car ma curiosité a clairement été attisé.

 

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-66

 

3 réflexions sur “Comics Review 69 : Batman par Neal Adams #1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s