En commençant cette review, je me suis demandé si je devais vous expliquer qui est Alan Moore, ce vieil anglais aigris venu de l’Angleterre, cet anarchiste barbu et sexuellement décomplexé, amateur d’ésotérisme et la personne qui a sans le vouloir (avec Frank Miller, un être tout aussi anarchiste, grande idole de notre très cher Gordon) fait passer les comics dans une ère sombre, torturée et pessimiste  pour la joie des lecteurs de comics. 

Pendant que Geoff Johns viole le cadavre de Watchmen dans son bureau à L.A., je vais revenir sur un comics sous-côté de notre ami Alan Moore (Qui vous emmerde au passage DC Comics.)

TOP1O ? Mais qu’est-ce donc ce comics, un gros bébé de 656 pages accouché par Urban Comics, une maison d’édition qui fait du très bon travail et que chaque jour on remercie d’avoir repris les droits à Panini Comics, qui de mois en mois part dans le foutage de gueule le plus total, mais je m’égare désolé.

 01 

Donc nous partons ensemble pour Neopolis, le lieu principal de TOP10, une ville où chacun des habitants à un super pouvoir, du plus utile au plus débile. C’est dans cette mégalopole futuriste que se trouve le commissariat du dixième district, des flics qui devront faire régner la loi. Arrivant dans ce  commissariat, la nouvelle recrue Robyn Slinger fera ces premier pas et servira d’un point de vu narratif à nous présenter la ville ainsi que ces personnages héroïques. Elle fera équipe avec SMAX (en majuscule s’il vous plaît) un géant bleu  de plus de deux mètres venu d’un monde féerique et fantastique. Mais il n’y a pas que lui, le commissariat a une belle brochette de personnages, que j’aimerais que vous découvriez personnellement en ouvrant les pages de cet excellent comics.

Chaque personnage est différent, mais arrive à cohabiter les uns avec les autres malgré les différences multiples de chacun, tant au niveau de leurs physionomie et de leurs penchant sexuel.

02

Au final c’est surement le message principal de ce récit, un message que distille Alan Moore avec sagesse et humour, un message de tolérance (malgré les conflits, qui existeront toujours quoi que nous fassions). Les différences de chacun ne sont clairement pas un argument marketing comme chez Marvel (ho Bendis est chez DC Comics maintenant haha !), ils sont comme ils sont, le plus important c’est d’être ouvert d’esprit et de laisser l’autre se développer sans parasitage télévisuelle. Je suis censé vous faire une critique de TOP10 mais vous connaissez Alan Moore tout comme moi, ça serait gâcher le récit, il y a tellement de passage intéressant dans ce comics que j’aimerais vous le laissez le découvrir.

Pour moi il est clair que DC Comics aurait dû pomper avec force TOP10 plutôt que de déterrer le cadavre exquis de WATCHMEN (et opérer un acte de nécrophilie artistique immonde). Le message de fond de TOP10 est d’actualité et parfaitement maîtrisé par Alan Moore qui comme à son habitude sait anticiper le futur. Et je pense personnellement que Geoff Johns aurait mieux maîtrisé le récit avec ces personnages qui sont moins compliqué à gérer que ce du Best-Seller du barbu.

Ceci aurait dû être la conclusion je pense, mais je dois aussi vous parler des dessins que je trouve à mi-chemin entre le moderne (nos comics actuels) et des vieux comics (les vieux comics pas besoin de parenthèse).

03

Neopolis est vraiment une mégalopole particulièrement intéressante, chaque coin de la ville regorge d’hommages et de parodies à de nombreux comics. Il y en a tellement que ce soit au niveau des habitants qu’au niveau des décors, la ville est un personnage à part entière comme Gotham pour… (vous savez qui, je ne vais pas vous faire un dessin, hein ? Ou sinon je demanderais à Alfred de le faire…).

04

Pour conclure vraiment cette fois, TOP10 est un vrai coup de coeur, je vous invite à découvrir ce chef d’oeuvre méconnu de Alan Moore, rempli de personnages intéressants avec de fortes personnalités, et bourré de rebondissement. Moore arrive à marier avec perfection les enquêtes policières avec les univers héroïques, les deux genres s’entrechoquent pour le meilleur comme pour le pire, mais surtout le meilleur.

Après lecture de ce comics , vous trouverez évident que DC Comics aurait dû s’inspirer de TOP10 pour avancer dans la bonne direction. Fin.  

PS de Alan Moore : Je ne remercie pas les gens qui achète WATCHMEN, si vous aimez cette oeuvre ne l’achetez plus, n’en parlez plus, et demandez à DC Comics d’arrêter d’imprimer ce comics, pour que je récupère les droits de cette merde.

Bisou barbu. Mr Moore. 

5 réflexions sur “TOP10 : CE QUE DC COMICS AURAIT DU ÊTRE

  1. Merci pour cette découverte. Je n’en avais jamais entendu parler. Je suis admiratif de l’intelligence de tout ce que touche Alan Moore même si j’ai parfois du mal à entrer dedans, notamment du fait de ses choix de dessinateurs que je trouve souvent assez mauvais. Cela ne semble pas le cas ici, du coup je crois que je vais aller lire ceci rapidement…

    Aimé par 1 personne

      1. je réalise que j’avais lu (sur conseil d’un libraire) Forty niners, spin-of de Top 10, fort bien dessiné, au look rétro assez spécial et aux thématiques toutes mooriennes (uniques). Comme dans un album DC, quand on n’a pas fini son cursus, on est paumé, mais c’est aussi intéressant qu’un Kingdom Come. Parfois c’est pas grave de rien capter 😉

        Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s