Bonjour cher(e) passionné(e) de littérature, installe toi confortablement car aujourd’hui on part pour une aventure qui allie le passé, un meurtrier qui a réussi à échapper à Scotland Yard et l’un des personnages de la pop culture le plus connu et adulé. Et oui Gotham by Gaslight va nous conter la rencontre entre Batman et Jack l’Eventreur dans ce qui est considéré comme l’un des premiers récits elseworld de DC Comics. Pour rappel les récits elseworlds voient nos personnages favoris dans des situations et des environnements qui ne leur sont pas coutumiers, comme dans notre exemple Bruce Wayne et les personnages connus de son entourage se retrouvant dans l’Angleterre victorienne de la fin du 19ème siècle.

Le pitch est donc très intéressant et inédit, Batman au temps des dirigeables, de l’énergie à vapeur et des duels à l’épée que demandez de plus. Urban a attendu la sortie de l’adaptation en animé de ce récit pour nous sortir une édition de 120 pages contenant ce récit et sa suite Master of the Future, ainsi que le DVD pour 20€. L’investissement me semble plutôt sympathique, à compter que vous ayez envie de voir le film animé, sinon 20€ pour un comics de 120 pages est un petit peu cher, vous voilà prévenu.

Comme je vous l’ai dit ce récit se déroule à la fin du 19ème siècle, dans un premier temps à Londres, où l’on montre les meurtres de Jack l’Eventreur. Bruce Wayne est également sur place, non pas pour enquêter mais pour s’adonner à des voyages dans tout le continent, il regrettera d’ailleurs rapidement de ne pas avoir jeté un oeil plus attentif à cette affaire. De retour à Gotham, Bruce va endosser son costume et combattre le crime, toujours dans le but de venger ses parents et de rendre sa ville plus sûr. Dans le même temps les mêmes types de crime se reproduisent à Gotham et ces deux apparitions vont se mêler. Le second récit Master of the Future est une suite se passant plusieurs années à la suite et qui voit Bruce endossait à nouveau son costume pour combattre un personnage qui menace une exposition universelle qui se déroule dans sa ville.

img_20180702_190531_hdr284112261.jpg

L’un des points forts de cet ouvrage est la retranscription des événements dans cette époque, les auteurs nous transportent dans le passé de manière très fidèle à mon sens. Les dessins de Mike Mignola dans la première histoire colle d’ailleurs parfaitement à cette période temporelle, en plus de magnifier le personnage de Batman. Mais comme vous avez l’habitude, je parlerais plus en détail de la partie graphique par la suite. Brian Augustyn arrive à mettre en place une histoire crédible et qui tient debout, son intrigue est intéressante et elle met Bruce dos au mur de manière assez inédite et donc extrêmement appréciable. Sans vous révéler cette situation, je peux vous dire que la police et Gordon n’est pas aveugle comme elle l’est souvent et que leurs actions auront un impact sur l’histoire et sur Batman. Si vous appréciez l’univers du chevalier noir vous allez apprécier ce léger changement de dynamique, qui est possible grâce au fait que l’on se trouve dans un elseworld. Cette catégorisation de récit permet également d’autres libertés, comme la définition de nouvelles origines pour certains faits marquants de la vie de notre orphelin, notamment la mort de ses parents mise en scène dans un ton de gris magnifique. Et pour les amateurs de Batman v Superman, l’auteur vous réserve une petite surprise avec Martha….

img_20180702_183409_hdr1209548938.jpg

La seconde partie du récit est en dessous de celle qui la précède, cette suite reste dans l’univers mise en place par les auteurs mais déjà l’histoire est beaucoup moins intéressante. L’antagoniste principal est un nouvel arrivant qui au final n’aura pas beaucoup, voir pas du tout, d’impact et cela donne donc quelque chose d’extrêmement classique pour le personnage. De plus le changement de dessinateur n’aide pas non plus, car Mignola avait mis la barre très haut.

Scénaristiquement Gotham By Gaslight est une réussite, sa suite Master of the Future l’est un peu moins, mais les deux récits partagent un point faible concernant leur longueur. En effet avec une soixantaine de pages chacun ils sont beaucoup trop courts à mon goût. La première partie aurait vraiment mérité de s’étendre un peu plus, quitte à ce qu’elle soit uniquement présente dans cette publication. Dommage car l’ambiance installée était vraiment superbe et collée avec le côté sombre de Batman.

J’en ai déjà légèrement parlé dans cette review, mais nous avons deux dessinateurs à l’oeuvre ici, la première partie est sublimée par Mike Mignola (que vous connaissez peut-être car il est le papa de Hellboy) et la suite est réalisée par Eduardo Barreto. Ce dernier réalise un très bon travail, avec notamment une très bonne idée de montrer la peau autour des yeux dans le costume de Batman. Ça ne semble rien dit comme cela mais cela donne un côté beaucoup plus accessible et vulnérable au personnage. Ses dessins sont plus définis que ceux de Mignola et ont des couleurs un peu plus puissantes, mais justement les différences qu’ils apportent sont ce que j’avais apprécié sur la première partie. Mignola a un trait qui colle parfaitement à la chauve souris et d’autant plus à cette période de temps où il peut mettre en scène des allées brumeuses par exemple. J’aurais néanmoins aimé avoir une planche complète où l’on puisse voir le costume complet de notre personnage.

 

Ce Gotham by Gaslight nous présente le chevalier noir dans un récit elseworld qui l’envoie à la fin du 19ème siècle combattre Jack l’Eventreur. L’idée fait saliver dite comme cela et son exécution est vraiment solide, on est en présence d’un tome qui délivre ce qu’il promet et qui satisfera les fans du personnage. Les dessins de Mike Mignola n’enlèvent rien à cette impression, néanmoins la courte longueur de ces deux histoires est un défaut. J’aurais voulu partir sur du plus long terme avec cet univers.

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-65

 

4 réflexions sur “Comics Review 64 : Batman Gotham by Gaslight

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s