Bonjour cher(e) passionné(e) de littérature, installe toi confortablement car nous sommes sur le point d’embarquer dans la review d’un des tomes charnières du personnage de Batman. Il y a quelques temps j’avais effectué l’analyse de Death in the Family, en rimes qui plus est, qui montrait la mort du second Robin, Jason Todd. Aujourd’hui on enchaîne avec une suite de ce récit qu’est Under the Red Hood dans son titre original.

Black Mask est le nouveau patron de la pègre de Gotham, mais un nouvel opposant commence à faire surface et à empiéter sur son business. Batman n’est bien sûr pas loin pour vérifier ce qui se trame et intervenir si besoin. Nous allons donc suivre dans ce tome en trois actes la montée en puissance de Red Hood pour la prise de contrôle de la ville et l’exécution de son plan qui impliquerait grandement le chevalier noir.

Au niveau narratif les deux premiers actes m’ont vraiment tenu en haleine. Le rythme y est très rapide et la confrontation entre Black Mask et Red Hood est passionnante à suivre. On pourrait déplorer le fait que Batman soit en grande partie au second plan de l’histoire et la subit plutôt qu’il n’agit dessus. La fin de l’acte 1 révèle qui se trouve sous le masque rouge et pourquoi Bruce a eu autant de mal à s’occuper de lui. Le second quant à lui continue d’afficher l’exécution du plan de Red Hood jusqu’au paroxysme de celui-ci qui retourne une certaine situation du passé et qui est plutôt bien trouvé. Néanmoins celui-ci me déçoit un peu, je trouve sa résolution beaucoup trop rapide et sans impact sur la suite de l’histoire. Car bien que le tome comprenne un troisième acte, la fin réelle de l’intrigue est aux deux tiers de l’oeuvre. La suite étant la compilation des 6 chapitres de la série Red Hood : The Lost Days qui montre comment ce personnage mystérieux a revêtu le masque et à amélioré ses compétences. La structure du livre est donc assez décevante, on finit sur 6 chapitres bien moins intéressants alors qu’on aurait voulu une suite à l’acte 2. Je suis vraiment frustré de cette fin tout comme l’utilisation de certains caméos de personnages dans les deux premiers actes tels que Mister Freeze ou Deathstroke. Ceux-ci ne sont pas utilisés du tout alors qu’ils auraient pu élever l’intrigue et les scènes d’actions, ça m’a vraiment fait penser à du fan service du type, une confrontation entre Deathstroke et Red Hood arrive mais ce n’est jamais le cas.

img_20180624_104050_hdr446919808.jpg

Cela entache à mon goût le ressenti que j’ai sur l’oeuvre alors que j’étais plutôt enthousiaste lors de la lecture des deux premiers actes. Malheureusement je connaissais l’identité du personnage sous le masque avant la lecture, ce qui enlève une bonne partie de l’impact que le tome peut avoir. L’auteur Judd Winick réussit malgré tout à mettre en place une enquête passionnante et qui est très agréable à suivre.

Maintenant passons à la partie graphique de l’oeuvre et la je vais être beaucoup moins enthousiaste. La partie principale des deux premiers actes est assuré par Doug Manhke, et son dessin est d’un ennui assez monumental. Rien ne ressort, rien n’est mis en avant, les visages sont moches et peu expressifs, même la représentation du masque rouge est complètement raté. C’est un très gros point faible de ce livre qui en ressort à mon sens uniquement comme une bonne histoire avec une représentation médiocre. J’ai eu une lueur d’espoir lorsque Shane Davis a illustré le premier chapitre du deuxième acte mais ce n’était que de courte durée. Pour vous faire une idée voici comment est dessiné Black Mask par trois dessinateurs différents dans ce tome, je vous laisse deviner lequel a travaillé le plus ici, petit indice c’est le plus moche.

 

La partie graphique du troisième acte sur la série Red Hood The Lost Days est quant à elle beaucoup plus intéressante avec des représentations qui ressemble à de la peinture et ça change tout.

 

Ce tome l’Enigme de Red Hood est mi-figue mi-raisin, d’un côté la narration des deux premiers actes est très bien maîtrisé et met en place une intrigue passionnante. Néanmoins sa partie graphique est très en dessous de ce que j’attends d’un tome sur le chevalier noir. De plus malgré un tome de 512 pages j’en viens à me dire où est la suite à la fin de l’acte 2 ? Les 6 derniers chapitres étant une série annexe ils ne servent qu’à compléter l’histoire mais en aucun cas à combler ce manque que je ressens.

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-66 WD-Icon-65

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s