Bonjour cher(e) passionné(e) de littérature, installe toi confortablement car on s’apprête ensemble à partir dans une aventure avec des géants, des marteaux magiques et du cassage de bouches. Aujourd’hui je vais vous parler du roman graphique I Kill Giants de Joe Kelly et Ken Niimura publié par Hi Comics en France. On a d’ailleurs droit à une belle édition avec des bonus qui vont au delà de la simple galerie de couverture avec une longue interview des auteurs qui est très intéressante. Le comics fait beaucoup parler de lui et les retours sont unanimes et ditiranbiques, est-ce un sans faute pour moi également ?

img_20180620_131226-686208573.jpg

Ce tome nous présente Barbara, une jeune adolescente un peu dans son monde, qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense et qui semble extrêmement solitaire. À la maison même constat, sa grande sœur l’élève, son frère et elle, sans grande réussite et sans qu’elle n’ait le mode d’emploi pour. À côté de ça Barbara se présente comme une chasseuse de géants, une protectrice de l’humanité armée de son marteau Coveleski. Le récit va donc s’atteler à répondre à toutes les questions qu’il met en place, liées au marteau, à son combat contre les géants, à son besoin de solitude, …

La narration de Joe Kelly est vraiment maîtrisée, son intrigue est prenante et le tome se dévore allègrement. Cela est suffisamment bien géré pour développer une attente quand à la résolution des nombreuses intrigues et questions (mais je reviendrais la dessus). Les personnages ne sont pas plus développés que cela, ils n’ont pas vraiment de développement en dehors de la trame principale, ce qui peut être un peu dommage. Ils arrivent à être plutôt attachants néanmoins le projection n’a pas vraiment fonctionné sur moi. Cela est peut-être dû à l’âge du personnage principal. Une de mes craintes lors de la lecture était d’avoir un livre un peu trop enfantin, il avait été nominé aux Eisner Awards dans une catégorie pour adolescents. Au final aucun soucis là dessus, le propos est adulte et est simplement transposé sur des enfants. De plus l’auteur et le dessinateur distille des actions assez violentes aux différents personnages qui ajoute encore à ce ton mature de l’oeuvre.

De manière générale je suis satisfait de cette lecture au niveau scénaristique, mais j’ai toutefois quelques réserves. Le soucis d’un récit qui base toute sa narration sur une résolution de plusieurs questions c’est de décevoir lors des différentes révélations. La grande question de savoir ce que représentent les géants et pourquoi Barbara les combat ne déçoit absolument pas et c’est tant mieux car c’était le point central de l’intrigue. Malheureusement je n’ai pas du tout été surpris par celui-ci, je trouve que c’était l’explication la plus logique voir la plus simple. L’exécution reste bien gérée mais je reste légèrement sur ma faim. Il y a d’ailleurs certaines parties sans réponse, l’auteur distille notamment certaines références au baseball sans donner une explication à la fin. Je m’attendais à une connexion quelconque avec Barbara sur le nom du marteau par exemple.

Venons en à la partie graphique qui comme vous avez pu le voir est en noir et blanc, ou plutôt en noir et blanc et gris. En aucun cas je n’ai eu à déplorer le manque de couleurs dans cette ouvrage, il n’en a finalement pas besoin. Cela permet de créer une ambiance très intéressante et prenante qui joue aussi sur l’implication dans l’histoire. Le découpage quant à lui est explosif, change de pages en pages et rend la lecture très simple et rapide. Et Ken Niimura réalise un magnifique travail au sens global mais surtout la où on l’attend sur un tome qui traite de géants. Le gigantisme des créatures est très bien représenté, avec un très fin travail sur les proportions. Ses géants aux gueules cassées sont parfaits et leurs révélations ne déçoient absolument pas.

I Kill Giants est un roman graphique à lire au moins une fois, sa narration est maîtrisée et prenante et son design en noir et blanc saura vous conquérir. J’ai néanmoins quelques réserves sur certaines résolutions qui peuvent être vu à l’avance ou certaines manquantes. Pour moi ce n’est pas la claque annoncée mais ça reste une lecture très divertissante et qui s’en sort avec les honneurs.

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-65

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s