Salut à tous, j’espère que vous allez bien et que vous êtes prêts à partir sur la review d’un nouveau tome DC Comics de l’ère actuelle Rebirth. Au fur et à mesure des sorties de Urban je vous donne mon avis sur les différentes séries que je suis, à savoir Batman (sur laquelle j’ai du retard), Wonder Woman, Green Lantern ainsi que Deathstroke ou Super Sons. Aujourd’hui on part sur le second tome de la série dédié au corps intergalactique protecteur de planètes et porteurs d’anneaux de volonté, aka les Green Lantern.

J’avais trouvé le premier tome plutôt intéressant, la lecture était très agréable et les dessins me semblaient extrêmement beaux. J’avais notamment des réserves, sur le peu d’originalité des projections mentales de nos héros et des dialogues qui frôlaient le ridicule, surtout par rapport à Guy Gardner. Et le premier soucis qui m’est venu lors de la lecture de ce second volet est que je n’avais pratiquement aucun souvenir du précédent. Il n’y a eu pourtant que 4 mois entre ceux-ci mais exceptés les grandes lignes du récit je ne me souvenais absolument pas de ce qui s’était passé et encore moins de ce qui était advenu de nos héros à la fin du tome. Et malheureusement cela permet de situer le niveau d’une série si au bout de quelques mois la mémoire des événements qui y sont racontés est complètement effacé. Ce second tome ne déroge pas à la règle dans ce sens, je pense honnêtement que je vais très rapidement l’oublier.

Ce second tome reprend après le sacrifice de Hal Jordan lors de son combat face à Sinestro (ce dont je n’avais plus aucun souvenir, pour dire). Les corps des Green et des Yellow lantern décident de s’allier pour faire régner plus efficacement l’ordre dans la galaxie et partent en mission sur la planète Xudar qui semble être attaquée. Arrivée sur place, ils se rendent compte qu’ils sont pris au piège et ne peuvent s’échapper d’une prison de verre. Cette manigance est l’oeuvre de Larfleeze, l’agent orange, et unique détenteur de l’anneau orange de l’avarice. Les deux corps vont donc devoir oeuvrer ensemble pour se sauver de ce pétrin.

img_20180521_152033_hdr-181838339.jpg

L’histoire se passe assez rapidement, sans qu’on ressente de grosses faiblesses dans le récit mais on a un goût assez bizarre à la fin de la lecture, comme si tout ce qui s’était passé n’avait pas grand intérêt. Les péripéties sont plutôt bien amenés, l’écriture est rythmée avec l’enchaînement des différentes menaces mais il manque quelque chose. C’est assez difficile à définir mais le récit ne décolle pas, il est fade et sans saveur. Il est à l’image de ces deux premiers tomes, complètement oubliable. J’ai l’habitude de prendre pas mal de notes lors de mes lectures sur les éléments que je trouve intéressant sur la structure du récit, les évolutions des différents personnages ou même les illustrations, mais ici je n’avais rien à noter. Ce tome surfe sur une espèce de platitude qui empêche de réellement l’apprécier. Tout cela en étant pas spécialement mauvais encore une fois. Est-ce qu’au final cela vient du fait que je n’ai pas réellement d’attache avec les différents personnages ? Ou bien cela est-il dû à un récit très plat ? Je n’ai pas vraiment la réponse à cette question.

Sur la partie graphique, on a différents artistes qui opèrent notamment Rafa Sandoval et Ethan Van Sciver. Leurs styles est assez proche et la cohérence entre les chapitres est bien respecté. On a le droit à de très belles planches mais ça ne va pas plus loin que cela. Pas vraiment d’idée de découpage ou de mise en scène n’est proposé par l’un des auteurs, on reste sur du travail pour avoir la moyenne mais sans forcer non plus. Le problème que j’avais dans le premier tome est toujours bien présent avec le peu d’originalité des projections mentales des green lantern, ça en devient assez pitoyables de voir les sempiternels avions, chars, poings américains, … A croire que les représentants du corps ont tous le même esprit très étriqué, c’est vraiment dommage pour une série cosmique qui pourrait proposer beaucoup plus. A noter néanmoins le travail sur la couleur qui est encore une fois assez remarquable, notamment de la part de Jason Wright.

 

Ce second tome de Green Lantern est donc une belle déception pour ma part, je pensais que cette série était l’une de mes préférés de l’ère Rebirth mais je me rends compte avec ce tome et l’oubli total du précédent que celle-ci n’est pas aussi bonne que je ne le pensais. Je ne suis pas du tout impliqué par les péripéties montrés ou par les personnages, je pense donc ne pas continuer à la suivre et attendrais plutôt le semi relaunch avec l’arrivée de Grant Morrison sur le titre.

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-66 WD-Icon-65 WD-Icon-65

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s