Salut tout le monde et merci d’être une nouvelle fois présent pour cette nouvelle review sur le blog. 48ème du nom, cette review portera aujourd’hui sur un tome que j’ai depuis pas mal de temps dans ma librairie et que je n’arrivais pas à commencer. Avec une petite période de creux dans ma PAL (Pile à Lire) je me suis décidé à me lancer dans la lecture de ce Justice League : Crise d’identité et grand bien m’en a pris.

Cet ouvrage est donc un récit complet sur la Justice League, pas de tome 2 à posséder, ça rassure le porte monnaie déjà. De plus il comporte non moins de 344 pages comprenant l’histoire de Crise d’identité et 2 chapitres d’un run de l’équipe un peu plus ancien mais qui est mentionné dans les premières pages. Ca fait donc un beau petit pavé, et malgré cela je l’ai terminé sans fermer le livre ! L’histoire est absolument passionnante. Il faut également savoir que vous n’avez pas besoin d’avoir une grande maîtrise de l’univers DC pour le lire, légèrement de ses personnages mais aucun récit précédent n’est nécessaire pour comprendre celui-ci.

Le postulat de départ fait suite au meurtre de la femme d’Extensiman, un super héros capable d’étendre les parties de son corps (Mister Fantastic en gros), bien sûr on ne connait pas l’identité du meutrier de Sue. La ligue va donc se mettre en chasse de celui-ci par tous les moyens, en créant des sous-équipes qui enquêteront chacune sur un ou plusieurs suspects. Après l’enterrement de celle-ci, un petit groupe comprenant Green Arrow, Hawkman, Zatana, Black Canary, Flash, Green Lantern, Atom et Ralph Dibny aka Extensiman semblent quant à eux être certains de l’identité du meurtrier, en la personne du Dr Light. On va donc suivre leur enquête qui au fur et à mesure va révéler des informations et des secrets cachés au sein de la Ligue. De plus les attaques sur les familles des super-héros ne vont pas s’arrêter à ce meurtre, et nos héros vont donc se poser la question « A qui profite le crime ? ».

img_20180507_142004_hdr-1232898907.jpg

Je ne saurais trop marqué le fait que cet ouvrage est passionnant, vous aurez beaucoup de mal à lâcher la lecture avant d’être arrivé au bout tellement son histoire est maîtrisée, Brad Meltzer avance son récit de main de maître avec pratiquement aucun repos ou temps faible. Il met notamment en place des substory très intéressantes et qui s’intègrent parfaitement à la trame principale mais également des fausses pistes quant à l’identité du responsable des ces crimes.

A ma grande surprise, le propos du récit est très adulte, on est pas dans un univers enfantin avec des super-héros qui triomphent de tout, bien au contraire. Meltzer montre certains de nos héros sous un jour nouveau, capables de prendre des décisions très ambiguës à la limite de l’extrémisme. Une des grosses révélations de cet ouvrage est que notre petit groupe de héros a été jusqu’à pratiquer la lobotomie du Dr Light après qu’il ait violé Sue Dibny dans le satellite de la Ligue de Justice. Suite à cet événement il a menacé de faire subir ce genre d’événements à chaque membre de la famille de chacun de nos héros. C’est pour cela que Ralph pense immédiatement à lui comme coupable à la suite du meurtre de sa femme. J’ai été donc agréablement surpris de voir une histoire si adulte, qui ne prend pas de pincettes, qui parle de viol (même si celui-ci n’est que suggéré et pas explicitement représenté), qui parle de lavage de cerveau des super-vilains pour éviter des représailles et des pertes collatérales. Je ne pensais pas une compagnie mainstream tel que DC capable de pousser la réflexion sur le rayon d’actions de leurs héros face à ces menaces.

Pour sortir un peu de cette partie l’auteur arrive également le tour de force de réussir un combat magnifiquement mené et scénarisé. Notre groupe se retrouve face au Dr Light qui a recruté Deathstroke pour le protéger, et bordel que Meltzer nous présente le terminator dans sa plus badass expression. Le combat est une merveille de story-telling en montrant que notre anti-héros a plusieurs coups d’avance sur chacun de ses adversaires, il sait qui attaquer en comment le mettre hors d’état de nuire, il anticipe les coups de chacun de ses opposants même s’il est en sous-nombre. Ce combat fait vraiment partie des plus intenses que j’ai eu à lire dans un comic book.

L’histoire est donc proche de la perfection mais quand est-il de la partie graphique ? Crise d’identité est sorti en 2004 aux US, sa partie graphique est donc assez réminiscente de cette période, elle allie les très bons points avec des pages à la fois magnifiques et qui jouent sur des procédés de découpage et de compositions très intéressants.

 

Mais le plus gros problème de ce tome pour moi vient effectivement de sa partie graphique et de la représentation de certains visages de la part de Rags Morales. J’ai clairement été très gêné par la proportion de ses visages et notamment de la grandeur des yeux des différents personnages. On atteint une limite où l’on est un peu horrifié par la manière dont nous regarde les héros, c’est à la limite du flippant.

 

Ce crise d’identité est une histoire vraiment brillante dans sa narration, l’auteur arrive à nous subjuguer tout au long de la lecture, la seule manière de le décrire est de dire qu’il est passionnant tout simplement et me fait un peu pensé à Un Long Halloween par exemple. La fin pourra en laisser certains sur leur faim à mon avis, j’étais indécis au début mais après réflexion je suis tout de même conquis par celle-ci qui me semble très intelligente par rapport à tout le propos de l’histoire. Le petit bémol de cet ouvrage vient de sa partie graphique qui est un peu datée et surtout la proportion assez bizarre des visages, notamment des yeux. Néanmoins si vous êtes fans de super-héros de l’univers DC, vous vous devez de posséder cet ouvrage !

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-66

 

14 réflexions sur “Comics Review 48 : Crise d’identité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s