Bienvenue à tous dans Comics Review, l’article où je review et j’analyse mes différentes lectures, 40 ème numéro aujourd’hui avec un comics connu ou « de légende » et avec lequel j’ai commencé la lecture des comics. Comme à chaque dizaine je propose un sondage sur Twitter avec 4 choix et vous élisez ce que vous voulez me voir analyser. Voilà les résultats :

Comme les votes le montrent ceux qui ont voté ont choisi de mettre en avant le elseworld Superman Red Son. Je tenais bien sûr à tous vous remercier pour vos votes, vous êtes pratiquement à chaque fois plus nombreux et j’en suis très content et pour ceux qui ne le sont pas n’hésitez pas à me follow sur Twitter.

Pour ceux qui n’auraient jamais lu cet ouvrage je vais donc vous faire une introduction rapide avant de réellement partir dans l’analyse de celui-ci. Mark Millar nous propose un récit elseworld sur Superman et certains autres héros de l’écurie DC, un elseworld étant un récit se passant hors de la continuité principale des héros DC Comics. Les auteurs sont donc en mesure d’écrire des histoires inédites dans leur postulat de départ mais également dans celui d’arrivée car ils n’impacteront pas les publications classiques de l’éditeur. Une aubaine pour les scénaristes qui souhaitent sortir des sentiers battus et se soustraire au status-quo imposé, mais également pour les éditeurs qui peuvent miser sur des artistes de renom en leur donnant carte blanche. Et dans ce elseworld Millar part d’un postulat simple qui est de se demander ce qui ce serait passé si, au lieu d’atterrir dans le Kansas, la navette de Superman s’était crashé dans l’Ukraine soviétique des années 50.

L’idée est déjà très intéressante à explorer, les premières pages nous montrent la révélation au monde de Superman par la Russie dirigée par Joseph Stalline, celui-ci voulant utiliser l’homme d’acier comme arme de dissuasion dans la course à la domination mondiale face aux Etats-Unis. Mark Millar tire complètement avantage de ne pas être dans la continuité DC, il fait ce qu’il veut avec les personnages et il le fait bien. Il arrive à renverser l’ordre établi que l’on connait de ceux-ci soit en les basculant à 180 degrés soit en changeant un simple aspect de leur vie. On se peut s’empêcher de jouer le jeu de la comparaison entre cet univers et celui que l’on connait, on en vient à sourire lorsque Lex Luthor (scientifique et chef d’entreprise américain) émet l’hypothèse que si Superman avait atterri en Amérique ils auraient été de très bons amis. En parlant de Lex j’ai été très content de voir que Millar prouvait son intelligence dans son récit, il n’est pas juste intelligent parce qu’on le dit, il l’est par ses actes (ses pauses café à martyriser ses employés aux échecs, aux plans élaborés pour tenter de faire tomber Superman, …). L’un des problèmes que j’ai avec les univers super-héroïques de DC ou Marvel c’est que tout le monde est le plus intelligent du monde ou l’un des plus intelligents du monde dans son domaine, à croire que les imbéciles ça ne devient pas super-héros. Ici on ne prend pas pour argent comptant le fait que Luthor soit brillant, il l’est parce qu’on nous le montre et cette méthode est bien plus intelligente à mon goût, c’est la technique du « show don’ tell ».

Millar arrive également à faire évoluer ces personnages tout au long de son récit, et notamment le personnage de Superman (no shit sherlock, c’est le personnage principal). Cette évolution est très intéressante, on début avec un Superman qui ne cherche qu’à aider les humains, à faire le bien et à ne pas se mêler d’affaires politiques qui le dépassent et le désintéressent. Il est d’ailleurs très cynique avec la propagande qui est effectué envers sa personne. Dans ces aspects l’homme d’acier qui nous est présenté en début de tome est similaire à celui qui défend la bannière étoilée tel qu’on le connait. Néanmoins au fur et à mesure de l’avancée de l’intrigue et des choix qu’il se voit forcer de faire, son caractère va changer pour au final tourner vers le despote autoritaire capable d’ignominies qu’il s’était juré de combattre. J’ai notamment adoré le parallèle entre ce que Sup essaie de mettre en place dans le monde et ce que la société de Krypton avait instauré, à savoir le contrôle de chaque individu en leur donnant un but dans la vie, un métier, des hobbys sans leur en laisser le choix et sans qu’ils puissent jamais s’en soustraire (ma connaissance de l’univers de l’homme d’acier est assez faible donc je ne sais pas si le Krypton des comics a également instauré le contrôle et le registre des naissances, mais en tout c’est que le film Man of Steel nous montre). Le fait que Superman devienne l’incarnation du régime que ses parents Lara et Jor-L se sont évertués à combattre, jusqu’à donner vie à un enfant naturel, est tout simplement sublime.

J’ai bien blablaté sur le scénario de ce Red Son mais qu’en est-il de sa partie graphique ? Sans être une déception elle reste assez classique à mon goût. Elle ressort comme un style très daté dans son époque à savoir les années 2000. L’équipe créative réalise un travail correct sans néanmoins arriver à élever le récit plus haut qu’il ne l’est. Certaines planches sont intéressantes mais légèrement trop lisses pour me satisfaire pleinement.

 

Malgré tout un Batman en chapka reste l’idée du siècle !!!

img_20180413_193224_hdr-805707442.jpg

Ce Superman Red Son est un excellent elseworld qui réinvente complètement et de manière maîtrisée l’histoire de l’homme d’acier et d’une partie des héros de DC Comics. C’est une des histoires du personnage que j’apprécie le plus même si je n’ai pas assez de lectures à mon actif pour vous dire que c’est une bonne histoire de Superman. Le seul bémol que j’ai réellement est sur son style graphique un peu trop aseptisé.

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-65

 

4 réflexions sur “Comics Review 40 : Superman Red Son

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s