Bienvenue à tous dans Comics Review, l’article où je review et j’analyse mes différentes lectures, 39 ème numéro aujourd’hui portant sur un nouveau tome aux éditions Hi Comics, que l’on continue à supporter pour qu’il garde le cap en nous proposant toujours plus de licences intéressantes. On retourne dans l’univers des Tortues Ninja après le one shot sur l’Histoire Secrète du Foot Clan, avec le 1er tome de la série principale de nos 4 héros reptiliens, à savoir la Guerre de Krang.

Première chose à noter concernant l’édition des bandes dessinées des tortues, elles sont maintenant sous le jargon de Hi Comics, mais cela n’était pas le cas il y a encore quelques mois ou années puisque c’était les éditions Soleil qui publiait ces récits. D’après les informations que j’ai pu trouver sur la toile (n’hésitez pas à me dire si celles-ci sont fausses), le dernier tome édité par Soleil date de fin 2013, plus de 4 ans sans suite sur cette série en France. Et avant de se lancer dans la lecture de ce comics il faut savoir qu’il fait suite aux éditions publiées par Soleil il y a quelques années, on arrive donc dans un univers déjà établi. Les tortues ont déjà un background, maître Splinter est bien sûr présent et ils forment une équipe avec April Oneil et Casey Jones. Une légère connaissance de l’univers des tortues est donc nécessaire, mais même moi qui n’en connait que la surface a réussi à s’en sortir, vous ne devriez donc pas avoir de problème.

Hi Comics ayant sorti cet ouvrage en même temps que le one shot sur le clan foot la comparaison va s’imposer d’elle même, et malheureusement pour celui qui nous intéresse aujourd’hui elle n’est pas vraiment flatteuse. Autant ce one-shot était une vraie réussite sur tous les points (scénaristique et graphique), autant ce récit a peiné à me passionner pleinement. L’ouvrage nous conte une enquête inter-dimensionnelle menée par nos homonymes d’artistes de la Renaissance, qui va les mener à combattre Krang sur une planète qu’ils ne connaissent pas afin de sauver la Terre d’une terraformation. Dans un premier temps j’en ai un petit peu marre de voir aborder ce sujet à toutes les sauces dans différents médias sur les dernières années. Pour ne citer qu’eux on a eu droit à de la terraformation dans Man of Steel, dans Justice League (oui le DCEU l’utilise beaucoup trop) ou encore dans Prometheus, ça commence donc à faire beaucoup en ne citant que les oeuvres mainstream. A part cela le récit est extrêmement classique et ne propose pratiquement rien de neuf, il est agréable à lire et est plutôt prenant mais sans que cela soit marquant et sans laisser une empreinte dans mon esprit. Un jour après avoir lu le tome j’ai presque du mal à me remémorer son contenu.

Et malheureusement la partie graphique ne rattrape pas cet état de fait d’un récit sympathique mais sans réel atout. Pire il abaisse même la qualité de cet ouvrage en étant son plus gros point faible. En plus d’avoir un manque complet de planches marquantes et donc un manque total de prise de risque et de personnalité dans les illustrations, celles-ci manquent complètement de relief, ce que je ne m’étais rarement dit mais j’ai ressenti un effet de plat sur certaines cases par exemple. Les dessins souffrent également d’un manque de lisibilité à certains moments, notamment dans les scènes de combat sur la planète Neutrino avec un amoncellement de faisceaux laser, d’explosions, de couleurs proches du noir, ce qui mis bout à bout donne un rendu très sombre et à la limite de l’incompréhensible à certains moments. Les décors et arrières plans ne sont pas développés du tout, tout ce qui n’est pas au premier plan ne représente aucun intérêt, on se retrouve même à avoir des visages non dessinés.

Je peux paraître un peu sévère sur mon analyse de cette partie mais je n’ai pris aucun plaisir avec les dessins de Ben Bates qui représente même les tortues de manière beaucoup trop cartoons à mon goût. Pour ne pas aider ce style le fait de dessiner leurs visages avec un rond, une bouche et deux yeux blancs n’aident pas à faire passer des émotions dans leurs expressions faciales étant donné qu’elles n’en ont aucune.

img_20180409_174855-1835400465.jpg

Et c’est ici que le bât blesse, la comparaison entre les dessins de Ben Bates sur cet ouvrage et ceux de Mateus Santolouco sur le one-shot du clan foot qui est à un niveau exceptionnel, alors que Bates est complètement oubliable voir plutôt moche. Ci-dessous je vous propose une comparaison de deux planches qui se rapproche assez fortement, je vous laisse juger de la différence de qualité.

Ce premier tome des tortues ninja est une déception dans son ensemble car elle souffre très fortement de la comparaison avec le one-shot sur le foot clan. Son histoire intéressante quoique très classique ne permet pas de rattraper une partie graphique à la limite de la dérive. On attend avec grande impatience Mateus Santolouco sur le tome 2, ça fera un bien fou !

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-66 WD-Icon-65 WD-Icon-65

Une réflexion sur “Comics Review 39 : Les Tortues Ninja #1 La Guerre de Krang

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s