Bienvenue à tous dans Comics Review, l’article où je review et j’analyse mes différentes lectures, 38 ème numéro aujourd’hui avec l’un des événements les plus attendus pour les fans de l’univers comics de DC Comics (comme moi) de cette année. Dans cet article je vais vous parler de l’une des étapes du grand plan de DC pour leur relaunch Rebirth dont je review certaines séries sur le blog. Pour rappel, Rebirth avait commencé avec le tome DC Universe Rebirth, qui réintroduisait de manière spectaculaire Wally West dans les personnages récurrents mais surtout promettait la rencontre entre l’univers mainstream super-héroïque de DC et celui non moins connu de Watchmen. Le comics d’Alan Moore ayant toujours été hors continuité cela a fait grincer de nombreuses dents, l’éditeur a donc énormément d’indécis voir de réfractaire à convaincre sur cet event. The Button est la deuxième pierre posée dans l’édifice de ce crossover, le point d’orgue étant la maxi-série Doomsday Clock qui est en cours de publication aux US et qui malheureusement ne sortira pas tout de suite en France vu le retard accumulé dans sa publication, mais on ne perd pas espoir. Voilà de quoi replacer l’intrigue de Rebirth pour pouvoir apprécier cette review et la lecture de The Button.

Dans les dernières pages du DC Universe Rebirth, Batman avait trouvé le bouton ensanglanté (badge en français) du comédien  dans la batcave. Le tome qui nous intéresse aujourd’hui va nous conter l’enquête menée par Batman et Flash pour comprendre d’ou provient ce badge et comment il a pu atterrir là ou il est.

img_20180401_161530_hdr1119796768.jpg

L’une des originalité de ce tome provient de sa publication US qui est un peu différente de ce que l’on peut avoir l’habitude. En effet les 4 chapitres regroupés ici sont issus des publications Batman et Flash (à raison de 2 chapitres pour l’un et l’autre). L’histoire est bien sûr partagée entre les deux séries et on ne ressent aucune coupure entre les différents chapitres. Néanmoins il est à prendre en compte que les équipes créatives sur ces deux séries sont différentes, cela ne se ressent pas au niveau du scénario étant donné qu’il a été préparé de manière commune. La différence est nettement plus notoire sur la partie graphique de l’oeuvre, qui forcément nous montre deux dessinateurs, deux coloristes, … qui fonctionnent sur leurs séries. Il est donc possible de faire des comparaisons en fonction des chapitres pour mettre en avant une équipe créative que vous préférez. Au niveau des dessins Jason Fabok est à l’oeuvre sur les deux chapitres provenant de la publication Batman et Howard Porter s’occupe quant à lui des épisodes de Flash. Et je dois avouer que je préfère le trait plus mature de Fabok qui dépeint magnifiquement le chevalier noir alors que Porter amène un côté plus cartoon à ses dessins qui colle bien au personnage de Flash mais qui ne colle pas tout à fait dans un récit avec autant d’impact et d’importance sur l’univers DC.

De manière inverse j’ai préféré la colorisation de Hi-Fi sur les chapitres de Flash à celle de Brad Anderson sur Batman. Ne lisant pas la série Flash Rebirth je n’étais pas habitué à une telle colorisation chatoyante, avec une palette extrêmement large de violet, de bleu, de jaune, de rouge, des couleurs qu’on retrouve assez peu sur la série Batman par exemple. Ce procédé aurait pu détoner si les titres provenaient tous de la série du chevalier noir, mais le fait qu’ils proviennent de Flash rend son utilisation tout à fait plausible et en accord avec les personnages.

 

 

En plus d’une comparaison entre les styles graphiques des différents titres je peux vous dire que les dessins de ce tome sont assez sublimes, que la maturité du trait de Fabok dénote et détonne par rapport à celui de Porter, et inversement. Cela donne donc un comics très intéressant grâce à son éclectisme et sa profondeur.

Passons maintenant à ce que nous narre Joshua Williamson et Tom King avec The Button, je vous ai fait un rapide résumé en introduction de l’enquête menée par Batman et Flash pour comprendre la provenance du badge ensanglanté et l’importance qu’il pourrait avoir. Je n’irais pas plus loin dans la description du récit pour éviter de trop vous en révéler avant la lecture. Car oui je vous invite de tout cœur à lire ce comics qui va représenter une charnière dans l’univers DC pour les mois et années à venir. Sans aller trop loin dans les explications je peux également vous dire que j’ai énormément apprécié le premier chapitre qui met en scène Batman et Reverse Flash avec un sens du danger représentée via l’utilisation d’un minuteur sur les différentes cases et qui apporte un rythme très puissant. De plus la représentation de cette partie via les 9 panel grid (le fait de découper une page de comics en 9 carrés identiques) ravira les fans de Watchmen qui en a fait sa marque de fabrique.

img_20180401_162001_hdr350116976.jpg

Il y a un dernier point que je voudrais aborder, et je vais le faire sans donner d’indication sur l’action qui se passe dans ces pages. Je suis un grand fan de Batman comme vous le savez, c’est le personnage qui a bercé mon enfance, c’est celui qui m’a donné l’envie de lire des comics et de me lancer dans cette passion débordante. Tout ce que je peux vous dire c’est que le 3ème chapitre de ce tome (Batman #22 aux US) et le meilleur épisode du chevalier noir que j’ai pu lire à ce jour. La puissance de ce chapitre pour le personnage et pour nous lecteurs est tout bonnement indéfinissable. Si vous aimez le personnage, ces quelques pages vous raviront. C’est pour ce genre de planches que nous lisons des comics !

The Button est pour moi un comics exceptionnel, qui s’apprécie bien sûr d’autant plus lorsque l’on est fan des différents personnages et notamment de Batman. L’histoire permet d’avancer les pions dans l’event Rebirth qui amènera à la rencontre entre les Watchmen et l’univers DC. Sa partie graphique est solide et la présence de deux équipes créatives donne un caractère original à celui-ci. Je ne me suis pas remis de ce 3ème chapitre !!!

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67

 

16 réflexions sur “Comics Review 38 : The Button

  1. J’ai beaucoup aimé le dessin et la thématique malgré un côté un peu kitsch du tapis roulant. Par contre j’ai trouvé ça assez mineur si on ne le prend pas pour ce qu’il est:une introduction à doomsday clock. Comme on shot pour un novice c’est un peu court.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s