Bienvenue à tous dans Comics Review, l’article où je review et j’analyse mes différentes lectures, 32 ème numéro aujourd’hui avec la suite des publications de notre nouvel éditeur français Hi Comics. Lancé fin Janvier, j’avais eu la chance de pouvoir lire leur deux premiers tomes Rick et Morty et The Few, qui étaient tous les deux très bons. On continue à les soutenir car ils nous permettent d’avoir des histoires inédites en français et ça c’est super cool, avec leur dernier ouvrage Invisible Republic, avant la sortie des Tortues Ninjas à la fin du mois.

tumblr_nrnnjcamjj1up965ro1_500

Mais revenons à nos moutons avec Invisible Republic, publié par Image Comics chez nos amis outre-atlantique, scénarisé par Gabriel Hardman et Corinna Bechko, dessiné par Hardman et colorisé par Jordan Boyd.

Le tome nous plonge dans un futur dystopique si l’on peut dire, en l’an 2843, où l’homme a entreprit la colonisation de nouvelles planètes. Néanmoins cette civilisation, quoique développée au niveau technologique, ne déborde pas d’avancées comme on pourrait le penser, ou comme on peut le voir dans certaines œuvres futuristes. Cela permet malgré tout d’encrer le récit dans notre époque et permet une projection plus simple pour le lecteur. Le récit se passe à deux périodes de temps, la première en l’an 2843 suit le personnage de Croger Babb, journaliste, à la recherche d’une nouvelle histoire à raconter après le succès de son livre adapté au cinéma. Le début du tome le montre interviewant des passants sur la chute du régime Malory, qui s’est effondré il y a peu. Autant vous dire que ce n’est donc pas la joie parmi les habitants, qui souffrent de famine, de mal-logement, et qui sont laissés à l’abandon quasi totale. Notre cher journaliste va tomber sur un SDF faisant un feu et se rendre compte que le papier qu’il utilise contient les notes de vie de la cousine du précédent leader du royaume. A partir de ce moment il va chercher à construire son reportage sur ces documents.

La deuxième période de temps retracée est donc un flashback sur les péripéties de Maia (la personne ayant écrit ses « mémoires ») et son cousin Arthur qui deviendra par la suite le leader du régime. Au début du récit ils ne sont pas en position de force et le régime Malory n’est pas encore en place, on va donc suivre la manière d’ascension au pouvoir du personnage, bien que ce ne soit pas encore relaté complètement dans ce premier tome.

La première chose m’ayant marqué dans cet ouvrage vient de la partie graphique, et d’une idée permettant de séparer ces deux périodes de temps du livre. L’idée est tout à fait brillante et je n’avais encore jamais vu ce procédé utilisé dans un comics. Ci-dessous vous avez deux planches, une de la période 2843 et une de la période flashback, je vous laisse trouver la différence en cliquant sur chaque image.

Le découpage reste le même comme vous pouvez le voir, la colorisation également (procédé souvent utilisé pour relater un flashback), ici la différence est l’utilisation des bordures de cases et de bulles. Comme vous pouvez le voir dans les scènes de 2843 il n’y a aucune bordure pour surligner les cases ou pour délimiter les bulles de dialogue;  l’effet inverse est utilisée pour les scènes du passé où les bordures sont présentes. Ce seul effet permet de différencier la période de l’action si on y fait bien attention, simple et efficace. De plus je trouve que le fait de ne pas utiliser de bordures donne une originalité aux planches qui n’est pas pour me déplaire.

Pour continuer sur la partie graphique, je n’ai pas énormément de choses à rajouter, les dessins sont de très bonne qualité, avec certaines planches qui retiennent l’attention. J’aurais peut être un petite bémol à relever sur la colorisation qui sans être fade ne ressort pas complètement. Si vous feuilletez l’ouvrage vous verrez énormément de teintes de gris, j’imagine que cela provient aussi de l’envie de coller au ton de l’oeuvre, se passant dans le futur et sur une planète où les habitants sont livrés à eux-mêmes. Néanmoins on ne voit que très peu de formes ressortir à cause de cela, dommage.

L’histoire, quant à elle, prend place et démarre ses intrigues dans les deux périodes de temps, dans la montée du régime et l’ascension au pouvoir et du côté des recherches sur celle-ci. Ce tome reste avant tout une introduction à l’univers et à sa présentation (personnages et décors), je reste donc légèrement sur ma faim quand au déroulé de l’intrigue qui ne progresse que très peu. Je n’ai aucun doute sur le fait que cela va se décanter dans le tome 2 et que le récit prendra encore un peu plus d’ampleur.

Beaucoup de bonnes choses à noter dans ce tome, de très bons dessins et des idées de découpage inédites, une histoire qui se met en place et qui permettra de passer la seconde lors des prochains tomes. L’auteur prend son temps et c’est à la fois une bonne chose et un problème au niveau du rythme. Invisible Republic sera néanmoins une série à suivre en cette année 2018.

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-66 WD-Icon-65

2 réflexions sur “Comics Review 32 : Invisible Republic Tome 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s