Bienvenue à tous dans Comics Review, l’article où je review et j’analyse mes différentes lectures, 31 ème numéro aujourd’hui avec une première aventure dans l’univers d’un éditeur de comics que je n’ai encore jamais lu et évidemment jamais parlé sur le blog. J’ai embarqué dans le bateau de l’éditeur Valiant Comics, qui est publié dans nos contrées par Bliss Comics, avec le tome 1 de Britannia. Shall we begin ?

Britannia est un récit se passant dans la Rome Antique, il est donc hors continuité dans l’univers de Valiant. C’est une des raisons qui a motivé mon achat, le fait de ne pas avoir besoin de lectures passées pour comprendre pleinement cet ouvrage est un plus indéniable. La deuxième raison est que j’apprécie tout particulièrement l’univers de la Rome et la Grèce Antique, j’ai toujours été passionné par leurs coutumes (et pas que les orgies), leurs architectures, leurs mythologies, … Un comics sur cette période était donc le récit idéal pour moi, j’étais conquis avant même de commencer la lecture, je m’imaginais un récit épique à la Spartacus, la croisade d’Ulysse, …

Et ça commence bien, les trois premières pages servent d’exposition à l’univers dépeint dans ce livre, avec la présentation de la période (60 avant notre ère), des personnages importants et de leurs fonctions. De prime abord, une introduction c’est bien, ça améliore la compréhension et est indispensable surtout en début de tome, mais je ne vous en parlerais pas s’il n’y avait pas quelque chose en plus. Et le gros plus de cette introduction sont ces dessins. Ces trois pages sont réalisées par Raul Allen et colorisées par Patricia Martin, et celles-ci sont magnifiques, le travail de composition est réfléchi et inédit. Les couleurs sont extrêmement bien choisies pour amener du relief et de la vie. Autant vous dire qu’après trois pages pareil j’étais en passe d’être conquis.

Malheureusement ce sentiment est de courte durée et les problèmes commencent. Déjà Raul Allen n’est présent qu’au design de l’introduction, c’est Juan José Ryp qui réalise la partie graphique de ce tome. J’avais feuilleté l’ouvrage avant l’achat et j’avais donc vu une patte graphique assez neutre, sans réelle originalité. Cela va plus loin que ça, de manière générale je trouve les dessins de ce tome moches. Je trouve rarement un style graphique peu plaisant, je ne pense pas avoir utilisé ce terme sur le blog ou alors peut-être il y a longtemps sur la review de Kingsman mais je pense qu’ici le terme s’applique à mon grand regret. L’architecture des visages est assez ridicule, avec des expressions faciales grotesques. Les dessins sont donc assez moches, en plus de souffrir d’une coloration extrêmement fade, les couleurs ne sont pas chatoyantes, ce qui donne l’impression que l’opacité des graphismes a été baissé sur Photoshop et c’est extrêmement décevant. De plus tout cela est accentué par un manque d’audace dans les décors, oubliez la grandeur de la cité romaine, les plaines verdoyantes de la Bretagne, rien de tout cela ne sera proposé par l’auteur qui se contente d’un travail assez médiocre sans prise de risque ou proposition graphique intéressante. Cela dénote avec l’introduction qui est l’exact opposé du reste de ce livre et qui rend son contenu encore plus illusoire.

Certains pourront dire que la colorisation assez fade de l’oeuvre colle à son propos, à savoir une histoire horrifique. J’entends cette argument mais cela ne me fera pas déroger de mon point de vue que la colorisation et le trait de l’auteur ne me conviennent pas.

La partie graphique est ratée (de mon point de vue) mais une histoire intéressante peut compenser ce manque. Et bien encore une fois je suis extrêmement déçu. Sans connaitre l’histoire contée j’avais tout de même certaines attentes, dû à la période historique retranscrite, avec par exemple de la mythologique divine, des gladiateurs, des batailles mémorables, … Seulement on nous propose un récit horrifique, qui n’est pas spécialement mon style de récit favori, où l’on suit un ex-légionnaire romain qui est envoyé en mission par l’empereur en Bretagne pour enquêter sur un mystère qui se passe là-bas. Il va se rapprocher de la garnison romaine sur place pour résoudre une histoire de démons qui manipuleraient les esprits des villageois mais également des romains. Les quelconques attentes que j’avais sur l’histoire sont donc complètement démolies, je ne m’attendais pas du tout à ce style de récit. Et malheureusement (j’utilise beaucoup ce mot dans la review, cela situe ma déception) je n’ai pas du tout accroché à ce qui nous est conté.

C’est d’autant plus dommage que certaines parties sont intéressantes, même si en bien trop grand sous nombre. La véracité historique est très réussie avec par exemple les prêtresses appelées vestales qui sont en charge de la flamme éternelle de Rome, ce qui est tout à fait exact, ou encore les pièces de monnaies posées sur les yeux d’un défunt pour lui permettre de payer le passeur sur la rivière Styx. Pour un amateur de ce genre de mythologie ces détails sont un plus pour le récit. La non-censure du sang est également un atout pour retranscrire la violence et la barbarie de l’époque.

img_20180304_145223_hdr1259881214.jpg

Britannia est ma déception de ce début d’année. Malgré une introduction splendide, l’auteur n’arrive jamais à m’accrocher à son histoire qui manque cruellement d’épique et de fresques sublimes. La partie graphique est sans âme, comme lessivée par l’utilisation de couleurs extrêmement fades. Pour finaliser cette déconvenue je trouve les 15€ du tome assez élevé pour uniquement 128 pages. Le tome 2 saura-t-il rattraper cet échec avec un teasing de la présence de gladiateurs ?

 

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-65 WD-Icon-65 WD-Icon-65

17 réflexions sur “Comics Review 31 : Britannia Tome 1

  1. J’avais envie de le lire mais les dessins m’ont refroidi un peu….sinon valiant c’est très bon ! Commence par Ninjak, Divinity, Bloodshot….

    J'aime

      1. C’est assez différent tout de même…enfin pour le peu que j’ai lu lol
        Et pour Britania je l’aurai pris pour les mêmes raisons que toi !

        J'aime

      2. Oui je me doute mais en gros je pense devoir faire un choix sur un seul gros éditeur mainstream, donc DC Marvel et Valiant. Pour aussi pouvoir continuer à lire de l’indé chez Image, Dark Horse, … qui me satisfait de plus en plus

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s