Bienvenue à tous dans Comics Review, l’article où je review et j’analyse mes différentes lectures, 24ème numéro aujourd’hui consacré à du très ancien pour changer, encore plus ancien que les Killing Joke, Watchmen ou V pour Vendetta que j’ai pu reviewer par le passé, aujourd’hui on part dans les années 70 sous la plume et le pinceau d’une des légendes de l’industrie des comics, c’est parti pour Le Quatrième Monde.

Cette légende de l’industrie c’est Jack Kirby, Le King, une icône dans le monde comics US qui aura inspiré de grands nombre de lecteurs et de futurs dessinateurs ou scénaristes. Vous vous doutez bien que je sois trop jeune, dans la vie ou dans les comics, pour avoir connu Kirby en activité, je ne peux donc que lire et voir son travail passé et l’influence qu’il a eu sur le milieu. Pour ceux qui ne connaissent pas, je vais la faire en courte, en gros Kirby fait partie de ceux qui ont fondé Marvel dans les années 40, avec Stan Lee notamment. Lee avait à charge la partie scénaristique d’une grande partie partie des titres Marvel et Kirby s’occupait d’une grande partie des touches artistiques de ces comics. Ensemble ils ont donc créé des personnages comme Thor, Hulk, Les Quatre Fantastiques, Black Panther, … Disons qu’ils n’ont pas chômé !!! Si vous voulez en savoir un peu plus sur la carrière du monsieur, y’a pléthore de documentaires sur Youtube, par exemple celui-ci https://www.youtube.com/watch?v=XoXeiEXJrgc

Mais comme vous l’avez probablement remarqué depuis l’ouverture du blog, je ne lis pas de Marvel donc qu’est-ce qu’il vient faire ici l’un des artistes qui a fondé la maison des idées. Et bien je vais vous le faire ma p’tite dame. En fin de carrière Kirby a fait un passage chez la distinguée concurrence, chez DC, et il a créé sa branche dans l’univers Detective Comics si on peut dire, à savoir le 4ème Monde, c’est notamment lui qui a créé Darkseid et tout ce qui rapporte. Son apport, même court, chez DC a toujours une résonance 30 ans plus tard, que ce soit dans les comics ou dans les films. Urban Comics publie donc l’ensemble des publications touchant à ce monde dans 4 omnibus de fort bonne qualité. Tant que je suis sur la partie éditoriale je vais en toucher un mot, pour tirer mon chapeau à Urban pour publier ce genre d’ouvrages qui nous permet de lire une histoire qu’on aurait probablement jamais pu lire sans leur travail éditorial. C’est une chance inouïe d’avoir en main un tel comics. Le premier tome reprend par ordre chronologique de parution les différents publications de Kirby liés au Quatrième, la série Jimmy Olsen, Les Immortels, les Néo-Dieu et Mister Miracle. L’ordre est très important car on passe donc de séries en séries en fonction de leur ordre de parution historique, le choix me semble tout à fait justifiable mais cela rend la lecture un peu complexe malheureusement.

Commençons par un point fort avant tristement de passer aux points faibles. Les dessins sont très agréables, Kirby en plus d’être au scénario se charge également de la patte graphique de son univers et c’est plaisant à lire. Bien sûr c’est du graphisme des années 70 donc cela a un peu vieilli mais c’est probablement ce qui a le moins vieilli dans ce tome par rapport au reste. J’aurais aimé voir quelques représentations spécial Kirby, notamment au niveau des bâtiments ou il arrivait à imaginer une architecture futuriste assez folle, se rapprochant de l’architecture inca par exemple.

Néanmoins il aura quand même réussi à me donner un moment Wow, avec ses doubles planches en noires et blanches complètement psychédélique, et tout droit sortie d’une imagination folle.

Ensuite ça se gâte, et croyez-moi bien je voulais aimer ce comics, cela faisait des mois que j’avais envie de le lire, de voir l’esprit débordant de Kirby en action, de plonger dans le monde qu’il avait créé de toute pièces, d’admirer la badassitude de Darkseid en action. Je pensais réellement en prendre plein la vue. Autant dire que la déception post-lecture est assez majeure. Le grand Darkseid dans des moments dantesques, il faudra repasser pour cela (peut-être dans les tomes suivants), à la place vous allez avoir droit de suivre les aventures de Jimmy Olsen et d’une bande de gosses qui nous servent d’introduction au 4ème Monde. Le tome comprend plus de 400 pages et 16 chapitres, et à la sortie de ce tome je n’ai pratiquement rien appris autour du Quatrième Monde, les motivations de Darkseid ne sont pratiquement pas développés, il n’apparaît que dans une dizaine de pages, les Néo-Dieux n’ont pratiquement rien fait, Mister Miracle a droit à des histoires courtes sans lien avec une quelconque intrigue globale. En 400 pages on n’est donc pratiquement pas plus avancé que lorsqu’on a commencé la lecture et c’est ultra frustrant. Je comprends qu’Urban ait décidé de nous montrer toute la production de Kirby chez DC pour bien comprendre son travail et l’univers qu’il a voulu créer. Mais sérieusement y’a tellement à jeter dans ce qui est montré ici, en gros la série Immortels n’apporte rien, tout simplement. La série Jimmy Olsen entrouvre des pistes vers ce monde, mais reste très centré sur la Terre et n’a donc pas d’intérêt réel. C’est super dommage car gaspillé un tome complet de 400 pages pour ne rien montrer cela va décourager certains lecteurs à continuer, déjà au niveau de l’argent, à 35€ le tome qui ne raconte rien on l’a un peu en travers la gorge mais aussi pour la qualité scénaristique qui n’est pas au rendez-vous.

Et le dernier gros problème, très gros problème sont les dialogues !!! Je ne peux me prononcer sur le fait que les dialogues soient mauvais en version originale ou si le traducteur s’en est donné à cœur joie, la vérité se situe entre les deux je pense. Car les années 70 tu vas bien les sentir passer mon garçon, et je peux te dire que c’était pas mieux avant pour ce coup. Si tu aimes voir des dialogues entre personnages qui ont 23 de QI tu vas être servi, si ça te plait moyen l’épreuve va être longue. Et retiens bien le nom de la Légion des Petits Rapporteurs qui apparaissent dans la série Jimmy Olsen, tu vas apprendre à les détester du plus profond de ton être, eux champions du one-liner ridicule et débile.

img_20180124_1908581819090443.jpg

Le Quatrième Monde est une déception énorme pour moi, au vue des attentes que je nourrissais dans la lecture de cet univers. En 400 pages l’histoire n’avance pas et la partie qui m’a donné envie d’acheter ce comics n’est pratiquement pas présente. Les dialogues aggravent la situation avec des festivals de one-liner qui n’ont pour intérêt que de vous faire péter un plomb. La question est de savoir si je vais trouver l’énergie de continuer cette publication pour voir si je trouverais ce que j’étais venu chercher.

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-66 WD-Icon-65 WD-Icon-65

2 réflexions sur “Comics Review 24 : Le Quatrième Monde Tome 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s