Bienvenue à tous dans Comics Review, le format d’articles où je review et j’analyse mes différentes lectures, 16ème numéro aujourd’hui consacré à l’une de pierres angulaires du comics mainstream de ces dernières années, je veux parler du DC Universe Rebirth.

Rebirth est un soft-reboot de l’univers de DC Comics, les différents titres (Batman, Superman, Wonder Woman) ont redémarré au numéro 1, néanmoins on a pas un reboot complet étant donné que l’on conserve une partie de la continuité des titres depuis le début des parutions DC, on voudrait pas énerver trop les fans non plus. Ce tome permet donc de mettre en place les bases pour le « nouvel » univers DC et savoir quelle continuité est en place. De ce fait le tome n’est pas le plus simple à lire pour un néophyte, et je vais pas vous le cacher j’ai pas tout saisi non plus, malgré la partie reboot on garde quand même le postulat de ce qui s’est passé dans la période New 52 et étant donné que je n’ai pas tout lu là dessus c’est pas super simple.

Néanmoins j’ai décidé de me lancer dans la lecture pour pouvoir prendre le train en marche des parutions Rebirth, ce que je n’avais pas fait pour les New 52, pour ne pas avoir à rattraper trop de comics à l’avenir. De plus cela me permettra de review les prochaines lectures que je ferais sur cet arc (j’ai déjà Batman tome 1 et Wonder Woman tome 1).

Sur la narration, ce tome permet donc de définir la place de certains personnages, pas tous bien sûr, pour ensuite étendre leurs aventures dans leurs publications respectives. Néanmoins ce n’est pas le seul intérêt de celui-ci, le fil rouge de ces 4 chapitres est le personnage de Kid Flash qui mène une course contre la montre pour ne pas mourir. N’étant pas un lecteur de Flash, j’ai eu un peu de mal à savoir le problème lié à ce personnage, c’est la partie complexe dont je parlais tout à l’heure. Après quelques recherches j’ai donc pu comprendre que lors de la période New 52 Kid Flash a été emprisonné dans la Speed Force et ne peut plus en sortir, de plus il a été oublié par sa famille, ses amis, par l’ensemble de l’univers DC. Sa motivation est donc de vouloir revenir sur Terre et de ne pas mourir, ce qui met un peu d’enjeu pour ce tome. La force de la narration c’est d’arriver à nous faire croire au danger auquel Wally fait face, et ceux sans que j’ai un attachement émotionnel avec le personnage (cet attachement j’y reviendrais). Wally va donc chercher l’aide de plusieurs personnes pour l’aider à revenir sur Terre et à comprendre ce qui se passe. Le premier auquel il va rendre visite c’est bien sûr le plus grand détective du monde, la personne qui pour lui sera à même de résoudre ce mystère, on parle bien sûr de Batman.

img_20180104_211435_hdr1950250173.jpg

Je pose ça là mais note bien la qualité du dessin cher ami, on y reviendra !!!

Kid Flash va donc alterner la visite de différents personnages qui se souviennent plus de lui malheureusement, Batman, sa femme, Barry Allen le Flash, pour l’aider à revenir à la vie et ne pas sombrer pour toujours dans la Speed Force. Je reviendrais sur le dénouement de cet arc en parlant du dessin car les deux sont intimement liés.

L’ordre intérêt narratif, en bien ou en mal, de ce tome c’est également de mettre en mouvement le plan scénaristique de DC et de son instigateur Geoff Johns, à savoir de regrouper les univers DC Comics et Watchmen. Viol d’Alan Moore pour certains, idée brillante pour d’autres, je ne me lancerais pas à juger ce que nous propose DC sans aller plus loin. Ici on a uniquement les prémisses de cette réunion lorsque Batman trouve le badge ensanglanté du Comédien. J’attends de voir le déroulé de Doomsday Clock, qui va vraiment étendre cette idée, et du coup j’en parlerais sur le blog quand cela sera fini, c’est à dire pas tout de suite.

2487fa7c9490ac93b9a3768d932a566a

Venons-en au dénouement de l’arc de Kid Flash et surtout de la qualité graphique de ce tome. Car malgré sa difficulté narrative si vous n’êtes pas à jour dans les publications DC précédant celui-ci, Rebirth est absolument à lire rien que pour la claque que nous mettent Gary Franck et Phil Jiménez au dessin. Et la claque que tu prends sur ces deux pages réunissant Kid Flash et Flash est juste monumentale, MONUMENTALE !!!! Je n’ai jamais autant halluciné devant le travail d’un artiste, c’en est même assez compliqué à exprimer, c’est de loin les deux plus belles planches que j’ai lu cette année, voir peut être tout court. Rien que ce que raconte ses deux planches et comment elle le raconte donne à ce tome une place de choix dans mon top lecture cette année. Assez parlé, je vous laisse apprécier les deux planches.

img_20180104_214205-2026939724.jpg

img_20180104_214233-1553374234.jpg

Ai-je besoin de rajouter quelque chose ? Je comprends que certains styles graphiques peuvent plaire à certains et pas à d’autres mais j’ai du mal à voir comment on ne pourrait aimer cela. Les dernières review que j’ai faite portées surtout sur des comics avec une narration magnifique mais des dessins peut être en retrait, ici l’achat de DC Rebirth peut se faire uniquement pour le travail de Gary Franck et les autres artistes œuvrant sur ces 4 chapitres.

Et pour passer outre la partie graphique, ces deux planches sont tellement épiques dans ce qu’elle raconte. Elle montre le sacrifice de Wally pour prévenir son oncle d’une menace qui arrive, il a abandonné l’idée de pouvoir sortir de la Speed Force mais accueille son sort avec bonté, il remercie Barry pour lui avoir donné une vie extraordinaire, … La narration de ces deux planches est ultra-maîtrisé, je parlais d’impact émotionnel tout à l’heure, ici il est à son paroxysme, je n’ai jamais lu un comics Flash et pourtant j’étais pleinement investi dans le sort de Wally et je pense que peu importe l’issue de ces deux planches, celle-ci m’aurait satisfait.

DC Universe Rebirth est donc le comics charnière de l’univers DC de ces dernières années, il permet un soft-reboot des différentes publications tout en lançant des pistes qui seront explorés dans les mois ou années à venir. Son impact émotionnel n’est pas à prendre à la légère et les dessins de Gary Franck sont tout bonnement magistrales et rentabilisent totalement l’investissement. Ces deux planches entre Wally et Barry vont pour moi rentrer dans l’histoire tout simplement !!

 

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-65

5 réflexions sur “Comics Review 16 : DC Universe Rebirth

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s