Nouvelle review, cette fois-ci sur un tome très connu de l’univers récent de DC Comics, je vais vous parler de Flashpoint. Cette review me permettra ensuite de lancer les reviews de mes lectures sur le relaunch Rebirth qui est en cours en ce moment. La connaissance de Flashpoint n’est pas indispensable pour lire Rebirth mais je souhaite quand même faire cette review au préalable pour avoir une continuité sur le blog.

Une fois n’est pas coutume je ne vais pas commencer par un résumé de l’histoire et mon avis sur la structure du récit, ses enjeux, … mais je vais commencer par la partie graphique car c’est là ou j’ai le moins à dire, et on va pas se le cacher Flashpoint est connu pour son impact sur l’univers DC à travers son scénario plutôt que pour ses dessins. J’ai tendance à utiliser le terme convenu quant je lis un comics qui ne me déplaît pas visuellement sans qu’il ne m’apporte de moments ou je me dis « Ah ouais c’est du lourd la quand même ». Je le ressens aussi avec le nombre de visuels que je photographie pour le blog, je ne les utilise pas forcément tous en fonction de la structure de l’article mais c’est un bon indicateur de mon ressenti sur les dessins. Flashpoint fait donc le job mais sans nous envoyer plein les yeux.

img_20171129_18372941453988.jpg

Passons aux choses sérieuses maintenant, ça raconte quoi Flashpoint ?

Le récit commence avec Barry Allen, aka The Flash, qui se rend compte qu’il n’a plus ses pouvoirs et que sa mère est vivante (pour ceux qui ne connaissent pas le perso, la mère de Barry est morte étant jeune et c’est cet événement qui va l’amener à devenir The Flash). Il se rend compte qu’il est dans un monde qu’il ne reconnait plus, personne ne connait Superman, la Justice League, … Il va donc essayer de comprendre ce qu’il s’est passé et de retourner dans son monde avant d’inéluctable, à savoir la perte de souvenirs qu’il a de son monde.

Il va commencer par trouver de l’aide auprès de personnes qu’il connait dans son monde, et le premier auquel il pense est Bruce Wayne / Batman. Léger problème à son arrivée au manoir Wayne, Batman ne le reconnait pas et n’est pas très enclin à la conversation. Barry va faire la découverte que le Batman de ce monde n’est pas Bruce mais Thomas, son père !!! Tout gros fan du chevalier noir se prend une bonne claque et a le sourire aux lèvres direct. La grosse différence est que Thomas est un Batman assez différent de celui que l’on connait, il fait tout ce qu’il faut pour arriver à son but, et tuer fait partie de la liste.

img_20171128_185239-633874044.jpg

On se rend donc compte que Flashpoint est un récit « elseworld », c’est à dire qu’il contient des personnages que l’on connait mais dépeint d’une manière différente de l’habitude, Batman est donc incarné par Thomas Wayne et est ultra violent, Superman n’est jamais devenu un super héros et a été retenu par le gouvernement toute sa vie, Aquaman et Wonder Woman se livre une guerre sans mercis qui a fait des millions de morts civiles avec notamment la conquête du Royaume-Uni par les amazones. Bref ce monde est un joyeux foutoir.

L’avantage des récits elseworld c’est qu’ils permettent d’explorer des facettes des personnages que les publications standards sur ceux-ci ne peuvent pas. Thomas Wayne ne peut devenir Batman dans la continuité du personnage car il est mort, dans Superman Red Son, l’alien atterrit en Russie plutôt qu’aux US et devient le bras droit de Staline, … Mais le tour de force de Flashpoint vient du fait que ce soit un récit elseworld dans un sens, mais qu’il soit intégré à la continuité DC. Et pour preuve le tome a permis de relancer les publications de l’éditeur après 50 ans de continuité.

Flashpoint fait donc lieu de tournant dans l’histoire de DC Comics car il a engendré un relaunch, c’est à dire un redémarrage des personnages tout en gardant une partie de la continuité. En gros ce genre d’event est utilisé pour attirer de nouveaux lecteurs qui pourraient être effrayés par la quantité de comics à lire avant de pouvoir comprendre les publications actuelles, tout en gardant les anciens lecteurs.

Sans vouloir trop en dire sur le contenu du tome, je ne peux m’empêcher de parler de la fin du tome qui est imprimé dans les mémoires de tous les fans de Batman, un des moments les plus émouvants du personnage. Lors de son retour sur son monde, Flash rapporte une lettre écrite par Thomas Wayne à Bruce, peu de mots sont montrés mais la symbolique est magnifique.

img_20171129_185148-2055825134.jpg

Et sans aller trop loin mais ce moment sera étendu par l’event Rebirth, si vous voulez en savoir plus il faut attendre les prochaines reviews.

Flashpoint est donc un comics majeur de l’univers DC, il représente un tournant dans les publications de l’éditeur car il lance le relaunch de New 52. Le récit redéfinit les histoires de personnages connus du grand public, néanmoins je ne peux m’empêcher de penser qu’il dispose de cet aura grâce, ou à cause, de son effet sur la continuité via le relaunch plutôt que pour être un comics grandiose. Un travail plus frappant sur les dessins aurait peut-être l’emmener vers les sommets.

Note globale WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-67 WD-Icon-65 WD-Icon-65

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s